Logo : Sénat français

Direction de la séance

Projet de loi

Projet de loi de finances pour 2015

(1ère lecture)

SECONDE PARTIE

MISSION RECHERCHE ET ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

(n° 107 , 108 , 109, 112, 113)

N° II-294 rect.

2 décembre 2014


 

AMENDEMENT

présenté par

C Défavorable
G Défavorable
Adopté

MM. MÉZARD et CASTELLI, Mme LABORDE

et les membres du Groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen


Article 32 (crédits de la mission)

(ÉTAT B)


Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)

Programmes

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

 

+

-

+

-

Formations supérieures et recherche universitaire

Dont Titre 2 

70 000 000

 

70 000 000

 

Vie étudiante

 

 

 

 

Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires

35 000 000

 

35 000 000

 

Recherche spatiale

 

 

 

 

Recherche dans les domaines de l’énergie, du développement et de la mobilité durables

16 350 000

 

16 350 000

 

Recherche et enseignement supérieur en matière économique et industrielle

Dont Titre 2 

13 190 834

 

13 190 834

 

Recherche duale (civile et militaire)

 

 

 

 

Recherche culturelle et culture scientifique

 

 

 

 

Enseignement supérieur et recherche agricoles

Dont Titre 2 

1 000 000

 

1 000 000

 

TOTAL

135 540 834

 

135 540 834

 

SOLDE

135 540 834 

135 540 834 

Objet

L’Assemblée Nationale a adopté, à l’initiative du Gouvernement, un amendement visant à réduire les crédits du programme «  Formations supérieures et recherche universitaire » , relevant de la mission « Recherche et Enseignement Supérieur » (MIRES), à hauteur de 70 000 000 d’euros.

Or, seule l’innovation issue du travail de recherche des laboratoires et la formation au plus haut niveau des nouvelles générations permettront de donner à notre pays les moyens de renouer avec la croissance, et de reconquérir les parts de marché qu’il perd depuis des décennies faute de compétitivité scientifique et industrielle.

Il est donc primordial, malgré le contexte budgétaire contraint, de préserver les moyens  de l’enseignement supérieur et de la recherche qui constituent des axes prioritaires et structurants du redressement économique de notre pays.



NB :La présente rectification porte sur la liste des signataires.