Logo : Sénat français

Direction de la séance

Projet de loi

Transition énergétique

(1ère lecture)

(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)

(n° 264 rect. , 263 , 236, 237, 244)

N° 64 rect. quater

10 février 2015


 

AMENDEMENT

présenté par

C Demande de retrait
G Demande de retrait
Retiré

M. DÉTRAIGNE, Mme FÉRAT, MM. CANEVET et ROCHE, Mme MORIN-DESAILLY, MM. GUERRIAU, MARSEILLE, GABOUTY, BONNECARRÈRE, CADIC, DELAHAYE, KERN, BOCKEL

et les membres du Groupe Union des Démocrates et Indépendants - UC


ARTICLE 8


Après l'alinéa 26

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

« ...) Au dernier alinéa, les mots : « réalisées dans les installations classées visées à l’article L. 229-5 du code de l’environnement ou celles » sont supprimés ;

Objet

Actuellement, les actions éligibles au titre des certificats d’efficacité énergétique (CEE) ne peuvent porter sur une installation classée au titre des quotas de CO2 : le dernier alinéa de l'article L. 221-7 du code de l'énergie prévoit ainsi que : "Les économies d’énergie réalisées dans les installations classées visées à l’article L. 229-5 du code de l’environnement ... ne donnent pas lieu à délivrance de certificats d’économies d’énergie."

Or les économies d’énergies constituent un facteur essentiel de compétitivité de l’industrie européenne par rapport à des concurrents d’Amérique du Nord avantagés sur le prix de l’énergie ; il est donc souhaitable d’élargir au maximum la gamme des outils pour encourager ces économies d’énergie. Actuellement l’incitation financière représentée par le gain sur les quotas carbone n’est pas suffisante pour déclencher un certain nombre d’investissements nécessaires pour respecter les objectifs de la loi.

Cet amendement  propose d’étendre la portée des CEE sans en modifier le mode de financement et sans modifier le volume d’engagement des fournisseurs.



NB :La présente rectification porte sur la liste des signataires.