Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Comptes rendus > Compte rendu analytique   Retour
Retour Sommaire Suite

Mission interministérielle contre les sectes

      M. HYEST. – Créé en 1995, l'Observatoire des sectes, devenu ensuite mission interministérielle de lutte contre les sectes, a pour tâche de mieux connaître et de poursuivre des actions illicites des sectes, dont sont victimes, parfois dramatiquement, certains de leurs membres.

      Un hebdomadaire important nous a récemment rappelé que les sectes demeurent influentes dans notre pays, notamment dans le secteur humanitaire et celui de la formation. Il ne faut donc pas baisser les bras. Cela exige de mieux coordonner l'action de la mission interministérielle, qui regroupe les services de l'intérieur, de la justice, de l'éducation nationale et des affaires étrangères, et de lui donner les moyens appropriés.

      Or, cette mission est sans président depuis cinq mois, après la démission du précédent. Monsieur le Ministre de l'Intérieur, comment comptez-vous renforcer la lutte contre les sectes ? (Applaudissements au centre et à droite.)

      M. SARKOZY, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales. – Ce sujet est extrêmement préoccupant pour notre pays et la démarche du gouvernement s'inspire de deux principes.

      D'une part, nous n'aurons aucune faiblesse à l'encontre des dérives sectaires qui sont d'autant plus condamnables qu'elles touchent des personnes en situation de faiblesse. Les sectes abusent d'elles et elles ont des comportements et des attitudes tout simplement mafieux. Nous n'aurons donc à leur endroit aucune indulgence.

      Mais nous nous heurtons à une difficulté : nous devons respecter un autre grand principe qui nous vient de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et de la loi de 1905, le respect de tous les cultes et croyances. Si le bilan de la mission est excellent à tous points de vue, il est arrivé que le comportement de son animateur provoque des polémiques qui se sont révélées contre-productives. C'est la raison pour laquelle le Premier ministre a voulu conserver le pilotage de la mission à Matignon. Il proposera un dispositif plus ramassé avant la fin de l'année afin de mieux coordonner les actions des ministères de la Santé et de la Sécurité intérieure.

      Nous aurons donc l'occasion de reparler prochainement de ce sujet qui préoccupe le gouvernement. (Applaudissements à droite et au centre.)

Retour Sommaire Suite
Haut de page