Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Publication du rapport de la commission d’enquête sur le coût réel de l’électricité

Ladislas Poniatowski (UMP – Eure) et Jean Desessard (Ecolo – Paris),respectivement président et rapporteur de la commission d'enquête sur le coût réel de l'électricité, ont présenté mercredi 18 juillet les conclusions de leur rapport : "Électricité : assumer les coûts et préparer la transition énergétique".

 

 

 

Le prix de l’énergie : un sujet politique, économique, écologique et social

La commission d'enquête sur le coût réel de l'électricité a été créée le 8 février dernier à l'initiative du groupe écologiste.
Parmi les premières personnes auditionnées, Philippe de Ladoucette, président de la commission de régulation de l’énergie (CRE), estimait que "le prix de l’électricité devient un sujet de plus en plus important pour nos concitoyens. Il existe une précarité énergétique importante aujourd’hui en France, et toute évolution des prix de l’électricité a des conséquences pour environ 4 millions de ménages."

Le rapport s'appuie sur de nombreuses informations recensées à l’issue d’une centaine d'auditions dont la moitié en séance plénière, une série de déplacements sur le terrain, ainsi que sur une enquête sur la contribution au service public de l'électricité (CSPE).

 

Assumer les coûts et préparer la transition énergétique

"Le coût de l’électricité en France est aujourd’hui un des plus bas d’Europe", constate Jean Desessard. Le prix du mégawatt/heure d’énergie électrique est selon lui sous-estimé.

Selon le rapporteur de la commission d’enquête, cette sous-estimation serait due à un coût de la filière nucléaire "plus élevé qu’on ne le dit", ainsi qu’à des investissements trop faibles dans les énergies renouvelables et le transport d’électricité.

Pour les vingt années à venir, le rapport préconise de consommer moins d’électricité et de remettre en jeu la question du nucléaire. A l’échelle des usages domestiques notamment, d’importantes économies d’électricité pourraient être réalisées grâce à une meilleure information du consommateur, un système de bonus-malus (inspiré du dispositif existant pour l’automobile) ou encore une meilleure isolation des bâtiments. Concernant le nucléaire, "cela reste une filière historiquement compétitive mais pleine d’incertitude", explique le rapporteur. Ses coûts demeurent importants, notamment en raison de la gestion des déchets, du problème de l’assurance et de la sécurité des centrales.


Peut-on faire payer le coût réel de l’électricité ?

Le rapport recommande plusieurs mesures d’accompagnement vers une "politique de vérité des prix". Prenant en compte le souci légitime du pouvoir d’achat des Français, il suggère une politique volontariste de l’Etat pour soutenir les économies d’énergie dans l’habitat.

Enfin, la décentralisation et la réappropriation des politiques de l’électricité par les élus locaux favoriseraient selon le rapporteur une meilleure estimation de son prix.
"Le débat doit être poursuivi, souligne Ladislas Poniatowski (UMP – Eure), notamment avec les questionsdu tarif progressif de l’électricité et de la transition énergétique".

 

En savoir plus :