Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le Sénat débat sur l'engagement des forces armées françaises au Mali

Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Suite à la décision du chef de l'Etat de faire intervenir les forces armées françaises au Mali, le gouvernement a fait une déclaration devant les sénateurs, le mercredi 16 janvier. Cette intervention entre dans le cadre de l'application de l’article 35 de la Constitution, et a été suivie d'un débat sur l'engagement des forces armées en réponse à la demande d'intervention militaire formulée par le Président du Mali.

 

 

 

L'ordre du jour de la séance publique fixé par la Conférence des Présidents a été modifié. En effet, quelques jours après le début de l'intervention des forces armées françaises au Mali, le gouvernement est intervenu dans l'hémicycle du Sénat, mercredi 16 janvier à 15 heures. La déclaration a été suivie d'un débat sur l'engagement des forces armées françaises en réponse à la demande d'intervention militaire formulée par le Président du Mali.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a reçu, lundi 14 janvier à Matignon, les présidents des deux chambres ainsi que les présidents des groupes politiques et les présidents des commissions des affaires étrangères et de la défense des deux assemblées pour les avertir qu’il souhaitait mettre en place, dans de courts délais, un débat sans vote au Parlement.

 

En vidéo, la réaction des sénateurs

Jean-Louis Carrère (Soc. - Landes) est le Président de la commission des affaires étrangères du Sénat. Il explique les motivations et les objectifs de cette intervention des troupes armées françaises et revient sur les chiffres précis des forces armées sur place

Jean-Pierre Chevènement (RDSE - Territoire de Belfort) et Gérard Larcher (UMP - Yvelines) sont co-présidents d'un groupe de travail sénatorial sur la question sahélienne. Tous deux pointent l'urgence d'agir vite et avec force au Mali.

 

 

Le saviez-vous ?

Cette déclaration simultanée du gouvernement devant les deux assemblées le 16 janvier à 15h constitue l’application du deuxième alinea de l’article 35 de la Constitution : "Le gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n'est suivi d'aucun vote."

Cette déclaration en séance publique, ainsi que le débat, ont été retranscrits en direct sur le compte Twitter @Senat_Direct (#Mali #directsenat) et en vidéo sur le site du Sénat.

 

 

En savoir plus :

Photo : FlickR / Creative Commons / Oscar in the middle