Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le Sénat s’intéresse aux stéréotypes dans les manuels scolaires

Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Le jeudi 30 janvier, la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes a entamé ses travaux sur les stéréotypes dans les manuels scolaires.

 Comprendre les enjeux

 

En 1979, la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes demandait aux États signataires d’éliminer "toute conception stéréotypée des rôles de l’homme et de la femme à tous les niveaux et dans toutes les formes d’enseignement (…) en particulier, en révisant les livres et programmes scolaires" (source : article 10 de la Convention). 

En France, sous l’impulsion du ministère des droits de la Femme, après l’élection de François Mitterrand à la   présidence de la République, l’arrêté du 12 juillet 1982 intitulé "Action éducative contre les préjugés   sexistes" a incité les enseignants à "relever et critiquer dans l’ensemble des outils pédagogiques (…) la persistance éventuelle de stéréotypes sexistes".

Une étude réalisée par la Haute-autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) en 2008 fait état d’un traitement différent de l’image des hommes et des femmes, les premiers étant plus représentés.

  • "Parmi les enseignants interrogés, plus de la moitié identifient des stéréotypes féminins tels que les femmes "femmes de ménage" ou les femmes "actives aux petits métiers dévalorisés"
  • Plus d’un homme sur quatre est présenté en position supérieure (un patron/une secrétaire) ou occupant la figure la plus prestigieuse d’un secteur d’activité (un chirurgien/une gynécologue)."

(source : dossier de presse "La place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires").

En janvier 2014, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective a remis à Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, un rapport sur la lutte contre les stéréotypes filles-garçons. S’il fait état de certaines améliorations, le rapport dresse le constat d’une inégalité de représentations entre personnages masculins et féminins et de la persistance de positions sociales sexuées. Parmi ses recommandations, il propose de contractualiser avec les éditeurs un nombre équilibré de personnages féminins et masculins ainsi qu’une répartition équilibrées des rôles sociaux des hommes et femmes dans les manuels et la littérature pédagogiques.

 Suivre les travaux au Sénat

 

La délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes a souhaité à son tour se pencher sur le thème des stéréotypes dans les manuels scolaires. Son programme de travail :

Jeudi 30 janvier 2014 : auditions

  • à 10h30, Mélanie Gratacos, directrice du Centre Hubertine Auclert et Amandine Berton-Schmitt, chargée de mission éducation ;
  • à 11h45, Sylvie Cromer, sociologue, Université de Lille 2 et chercheur à l’INED.

 

Jeudi 20 février 2014 à 10h00: table ronde sur le thème "Etablir un diagnostic partagé et tracer les pistes de réflexion" en présence de :

  • Françoise Vouillaud, présidente de la commission stéréotypes du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE f/h) ;
  • Pascal Tisserant, enseignant-chercheur, coordinateur de l’étude "La place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires" rendue à la HALDE en 2008 ;
  • Un représentant du Laboratoire de l’égalité (laboratoire des stéréotypes)
  • Jérôme Teillard, directeur adjoint du cabinet au Ministère des droits des femmes, en charge des ABC de l’égalité ;
  • Johanna Barasz, conseillère technique en charge des ABC de l’égalité au Ministère de l’éducation nationale ;
  • Mélanie Gratacos, directrice, et Amandine Berton-Schmitt, chargée de mission éducation au Centre Hubertine Auclert.

 En savoir plus :

Photo Denis Gagnon

Mise en ligne : 27/01/2014