Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Culture scientifique, technique et industrielle : quelle gouvernance ?

Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mercredi 18 juin, la commission de la culture a organisé une table ronde sur la nouvelle gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI).

 

 

 

 Éléments clés

 Comprendre les enjeux

 

Dans un rapport fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, le sénateur Jean-Pierre LELEUX (UMP - Alpes-Maritimes) et la députée Maud OLIVIER (groupe Socialiste, républicain et citoyen - Essonne) rappellent que la "culture scientifique, technique et industrielle est un enjeu de politique publique" et souhaitent en faire une "priorité nationale", en proposant des cadres d'action destinés à améliorer le partage des savoirs et à promouvoir une gouvernance plus efficace.

Dans un décret d’avril 2012, le Gouvernement a créé un Conseil national de la culture scientifique, technique et industrielle, "afin de fédérer les acteurs au sein d'une nouvelle gouvernance" et "favoriser la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle" (source). Selon le rapport de l’OPECST, ce Conseil national est "loin de régler les problèmes de gouvernance de la CSTI", du fait notamment de la multiplicité des acteurs et champs impliqués. Les co-rapporteurs proposent à ce titre une meilleure coordination des autorités nationales, et une "diffusion plus ample et plus équitable des CSTI dans les territoires" afin de mieux associer les acteurs locaux.

En janvier 2014, Aurélie FILIPPETTI, ministre de la Culture, a précisé les contours d’une réforme de la gouvernance à venir qui "repose sur le retour d’un État stratège qui affirme son rôle de stratège en définissant une politique nationale en lien étroit avec les opérateurs dont le rôle est renforcé" (source).

 La table ronde

 

Mercredi 18 juin, la commission de la culture a organisé une table ronde sur la nouvelle gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) en présence de :

  • Maud OLIVIER, députée, et Jean-Pierre LELEUX, auteurs du rapport "Faire connaître et partager les cultures scientifiques, techniques et industrielles : un impératif" fait au nom de l’OPECST ;
  • Bernard ALAUX, directeur de Cap Sciences (Bordeaux) ;
  • Didier MOREAU, directeur de l'Espace Mendès France (Poitiers) ;
  • Hervé PRÉVOST, référent du Comité pour les relations nationales et internationales des Associations de jeunesse et d’éducation populaire (Cnajep) sur les questions de CSTI ;
  • Isabelle THIS SAINT JEAN, vice-présidente du conseil régional d'Île-de-France et vice-présidente de la commission « enseignement supérieur, recherche et innovation » de l'Association des régions de France (ARF) ;
  • Bernard CHEVASSUS-AU-LOUIS, président du comité de pilotage des investissements d’avenir sur la CSTI ;
  • François BOUVIER, président d'honneur de l'Association française des petits débrouillards (AFPD) ;
  • Jean TKACZUK, président de la commission "Recherche et enseignement supérieur" du Conseil régional de Midi-Pyrénées.

Cette table ronde a donné lieu à la publication d'un rapport d'information Un nouveau cadre pour les cultures scientifique, technique et industrielle de Marie-Christine BLANDIN, fait au nom de la commission de la culture.

Les vidéos de la table ronde sont disponibles à la demande.

En savoir plus :

Photo Flickr / cc / Audrey Bardon

Mise à jour : 24/6/2014