Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Hommage aux victimes des attentats qui ont meurtri la France

Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Lundi 13 novembre 2017, le Président du Sénat, Gérard LARCHER accompagne le Président de la République, Emmanuel MACRON dans les cérémonies d'hommage rendues par la France aux victimes des attentats du 13 novembre.




Le vendredi 27 novembre 2015 à 10h30, par solidarité avec les victimes et familles des victimes des attentats réunis aux Invalides, les sénateurs ont observé un moment de recueillement à l'ouverture de la séance publique, sous la présidence de Mme Isabelle Debré, Vice-Présidente du Sénat.

Une semaine après les attentats qui ont meurtri la France dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, le Sénat a observé le 20 novembre à 21h20 un moment de recueillement en hommage aux victimes, après avoir adopté à l'unanimité des suffrages exprimés, dans l'après-midi, le projet de loi prorogeant l’application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence et renforçant l’efficacité de ses dispositions.

 

Déjà, le 16 novembre, le Sénat avait observé une minute de silence, dans le cadre du deuil national. À 16 heures le même jour, le Président de la République s'est exprimé devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. À 21h30, le Président du Sénat a ouvert la séance en rendant hommage aux victimes des attentats.

Le Président du Sénat ouvre la séance en rendant hommage aux victimes des attentats (16 novembre 2015)

 

Lundi 16 novembre 2015, Gérard Larcher, Président du Sénat, a ouvert la séance du soir en rappelant, en hommage aux victimes du 13 novembre 2015, "ce matin nous nous sommes rassemblés très nombreux pour exprimer notre compassion, notre unité, notre détermination. La meilleure réponse à ceux qui veulent abattre la démocratie, c’est le fonctionnement de nos institutions".

 

Le Président de la République s'exprime devant le Congrès réuni à Versailles (16 novembre 2015)


Samedi 14 novembre 2015, François HOLLANDE, Président de la République a annoncé qu'il s'exprimera devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles afin de "rassembler la Nation dans cette épreuve". L'article 18 de la Constitution permet en effet au Président de la République de "prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l’objet d’aucun vote".

Le Président de la République s’est exprimé devant le Congrès du Parlement à Versailles lundi 16 novembre à 16 heures.

L’intervention du Président de la République était suivie d’un débat.

Le Congrès est la réunion des deux chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat).

Le Congrès ne peut être réuni que dans trois cas : une révision de la Constitution, pour autoriser l'adhésion d'un nouvel État à l'Union européenne et enfin comme c'est le cas lundi 16 novembre 2015, pour entendre une déclaration du Président de la République.
C'est la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 qui a modifié l'article 18 de la Constitution en permettant au Président de la République de s'exprimer devant le Parlement réuni en Congrès. Depuis 1875, il était en effet interdit au chef de l'État de prendre la parole devant les parlementaires au nom de la séparation des pouvoirs. Cette disposition a été utilisée pour la première par Nicolas SARKOZY lors de son allocution du 22 juin 2009. La déclaration peut être suivie d’un débat qui ne fait l’objet d’aucun vote. Le Président de la République ne participe ni n'assiste au débat.

Convoqué par le Président de la République, le Congrès du Parlement siège au château de Versailles, dans l’hémicycle de l’Aile du Midi. Il est régi par un Règlement propre, mais son Bureau est celui de l’Assemblée nationale.

En savoir plus

Suite aux attentats parisiens du 13 novembre, le Président de la République s'est exprimé devant le Parlement réuni en...

Posté par Sénat sur lundi 16 novembre 2015
 

Minute de silence au Sénat

En hommage aux victimes des attentats qui ont meurtri la France dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, le Sénat a observé une minute de silence dans le cadre du deuil national lundi 16 novembre à 12 heures.


Lire le discours prononcé par Gérard Larcher, Président du Sénat, en hommage aux victimes

 

Le Président de la République a décrété trois jours de deuil national afin de rendre hommage aux victimes des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015.

Un moment de recueillement a été organisé lundi 16 novembre à 12 heures, l'ensemble des Français devant pouvoir se joindre à cet hommage.

Enfin, les drapeaux sont mis en berne sur les bâtiments et édifices publics jusqu'au mardi 17 novembre inclus.

En savoir plus

 

Allocution de Gérard Larcher, Président du Sénat, suivie d'une minute de silence.Photos : Sénat / Sonia Kerlidou et Cécilia Lerouge

Posté par Sénat sur lundi 16 novembre 2015

Attentats de Paris : le Président du Sénat s’exprime au nom du Sénat tout entier (communiqué de presse du 14 novembre 2015)

 

 

Gérard Larcher tient à dire sa très profonde tristesse, et celle de l’ensemble du Sénat, devant le drame que vient de connaître notre pays.

Sa première pensée s’adresse aux  victimes de ces terribles attentats. Il témoigne également de son soutien et de sa fraternité aux familles et aux proches qui vivent un moment particulièrement douloureux.

Il  salue l’engagement et le courage des forces de sécurité, des militaires, des sapeurs- pompiers et des médecins qui sont intervenus.
 
Face au terrorisme et à la barbarie, Gérard Larcher soutiendra sans faille l’Exécutif dans la mise en œuvre de toutes les mesures qui permettront de protéger les Français, de préserver leur sécurité et de garantir l’ordre public, dans le  respect de nos principes démocratiques.

Aujourd’hui, l’État doit être fort et la Nation réunie.

Mais, pour la deuxième fois cette année, la France est meurtrie dans sa chair. Ses habitants sont tués sur le sol français au nom d’un islamisme radical.

C’est une guerre qui nous est déclarée et à laquelle nous devons répondre.

Cette situation sans précédent appelle désormais des réponses efficaces et adaptées, tant au plan national qu’international.

 En savoir plus :

Photo : © Sénat

Dernière mise à jour : 27/11/2015