Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Sécurité routière et limitation à 80 km/h

Dernière mise à jour le 19 avril 2018
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Jeudi 19 avril 2018,  Michel RAISON, Jean-Luc FICHET et Michèle VULLIEN ont présenté à la presse leur rapport sur la sécurité routière et la limitation à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central, sous la présidence de Hervé MAUREY et Philippe BAS.

 

 

 

Conférence de presse (19 avril 2018)

 

Jeudi 19 avril 2018, Michel RAISON, Jean-Luc FICHET et Michèle VULLIEN ont présenté à la presse leur rapport sur la sécurité routière et la limitation à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central, sous la présidence de Hervé MAUREY, président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, et Philippe BAS, président de la commission des lois.

 Comprendre les enjeux

 

Le 9 janvier 2018, à l’issue du comité interministériel de la sécurité routière, le Gouvernement a annoncé la mise en œuvre, au cours du quinquennat, de dix-huit mesures destinées à renforcer la sécurité routière. Parmi elles, figure dès juillet 2018 l'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens sans séparateur central. Cette mesure a suscité beaucoup d’émoi auprès d’un grand nombre d’usagers de la route et d’élus.

Pour répondre à ces inquiétudes, la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable et la commission des lois du Sénat ont entendu les explications du délégué interministériel à la sécurité routière et décidé, dès janvier 2018, la création d’un groupe de travail conjoint relatif à la sécurité routière afin de consulter acteurs institutionnels, experts et associations et d’évaluer, sans a priori, l’utilité et l’efficacité de cette mesure.

Constatant que la politique de lutte contre l’insécurité routière, après avoir enregistré d’importants résultats entre 1970 et 2010, marque le pas depuis désormais quelques années, les sénateurs s’accordent sur la nécessité d’une nouvelle impulsion.

Ils déplorent toutefois la méthode précipitée retenue par le Gouvernement, le manque de concertation ayant présidé à sa décision de limiter à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur certaines routes, ainsi que les faux-semblants du bilan de l’expérimentation menée sur trois tronçons entre 2015 et 2017. Ils préconisent en conséquence des mesures dont l’effet sera d’autant plus significatif qu’elles seront comprises et acceptées par la population.

 

En savoir plus :

Photo ©  Pixabay /Ratfink1973/CC0 Creative Commons