Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

La politique de sécurité et de défense commune (PSDC)

Dernière mise à jour le 3 octobre 2019
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mercredi 2 octobre 2019, Joël GUERRIAU, Ronan LE GLEUT et Gisèle JOURDA ont fait une communication à la suite de leur participation à la Conférence interparlementaire sur la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), devant la commission des affaires étrangères.

Retour en 3 questions avec les auteurs de cette communication

 

 Trois questions à Joël GUERRIAU, Ronan LE GLEUT et Gisèle JOURDA à la suite de leur participation à la Conférence interparlementaire sur la PESC-PSDC (3 octobre 2019)

 

Qu’est-ce que la Conférence interparlementaire sur la PESC-PSDC ?

 

La Conférence interparlementaire sur la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) a été créée en 2012, dans le cadre de la "dimension parlementaire" de la présidence de l’Union européenne. Elle a rassemblé, du 4 au 6 septembre derniers, à l’invitation du parlement finlandais, des délégations des commissions des affaires étrangères de tous les États membres, des députés du Parlement européen et des représentants des États associés à l’Union ou candidats à l’adhésion.

La Conférence interparlementaire permet d’échanger sur les stratégies de l’Union européenne en matière diplomatique et de défense et d’interroger la Haute-Représentante de l’Union, Mme Federica MOGHERINI, sur son action et, en l’espèce, sur son bilan.

 

 

Quel bilan peut-on faire de la PESC-PSDC alors qu’un nouveau Haut-Représentant entrera bientôt en fonctions ?

 

Le bilan est mitigé, car l’Union peine toujours à s’affirmer sur la scène internationale, face au triangle Washington-Moscou-Pékin. Le Brexit nous fragilise. Mais je préfère voir le "verre à moitié plein" plutôt que le "verre à moitié vide" : l’idée d’une défense européenne a beaucoup progressé. C’est désormais une priorité de la nouvelle Commission. La clause de solidarité de l’Union (article 42§7 du traité), invoquée par la France en 2015, a donné des résultats positifs. Dans le domaine capacitaire, la Coopération structurée permanente (PESCO), le Fonds européen de défense (FEDef) ont été lancés, ce qui est un tournant pour l’UE, mais ces évolutions doivent être consolidées.

La flexibilité doit être privilégiée : c’est ce que propose la France au travers de l’Initiative européenne d’intervention (IEI), qui rassemble 10 (et bientôt 13) pays, pour rapprocher les cultures stratégiques.

 

 

Quelles sont les priorités de la présidence finlandaise dans le domaine de la PESC-PSDC ?

 

La Conférence d’Helsinki a permis un échange très intéressant avec le Président de la République de Finlande, M. Sauli NIINISTÖ, dont la vision stratégique converge très largement avec celle de la France. La Finlande est un partenaire important dans la relation avec la Russie. Elle souhaite faire de l’Arctique un enjeu primordial. Elle est par ailleurs très engagée dans la lutte contre la menace hybride, ayant créé il y a deux ans un Centre d’excellence à ce sujet, en application d’une déclaration conjointe de l’UE et de l’OTAN en 2016.

En savoir plus :