Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Grand âge

Dernière mise à jour le 23 janvier 2020
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mercredi 15 janvier 2020, la commission des affaires sociales a entendu Myriam EL KHOMRI sur le grand âge.

 

 

 

 Comprendre les enjeux

 

Le 9 juillet 2018, à l'occasion de son discours devant le Parlement réuni en Congrès, le Président de la République avait annoncé l'inscription d'une réforme du grand âge et de l'autonomie au programme de travail du Gouvernement pour 2019. Une mission a alors été confiée à Dominique LIBAULT pour établir un diagnostic appuyé sur une large concertation et formuler des propositions.

Recevant le "rapport LIBAULT ", le 28 mars 2019, Agnès BUZYN, ministre des solidarités et de la santé, a annoncé le lancement d'une mission sur les métiers de la prise en charge de la perte d'autonomie, peu avant que le premier ministre ne confirme, dans son discours de politique générale de juin, l'intention du Gouvernement de déposer un projet de loi avant la fin de l'année.

De juillet à octobre 2019, Myriam EL KHOMRI a ainsi piloté les travaux d'une équipe projet - composée d'experts, d'élus, de représentants de fédérations et de services à domicile - sur l'attractivité des métiers du grand âge. Son rapport a été remis le 29 octobre 2019 à Agnès BUZYN.

Reprenant les estimations de la Drees de 2013 selon lesquelles le nombre de personnes âgées dépendantes atteindra presque 1,5 million en 2025, le rapport estime que la France aura besoin de former plus de 350 000 professionnels du grand âge d'ici 2024 : 260 000 pour compenser les départs en retraite et combler les vacances de postes, et 93 000 pour faire face au vieillissement et augmenter le taux d'encadrement des personnes en perte d'autonomie.

Le rapport formule de nombreuses propositions rassemblées autour de cinq axes, dont voici les principales :

- Axe 1 : Assurer de meilleures conditions d'emploi et de rémunération : créer 18 500 postes par an d'ici 2024, remettre à niveau les rémunérations des conventions collectives en supprimant notamment l'agrément national des conventions collectives du secteur, aider à la mobilité des professionnels.

- Axe 2 : faire la qualité de vie une priorité : faire porter par la branche AT-MP un programme de lutte contre la sinistralité, imposer 4 heures de temps collectif par mois, développer les groupements d'employeurs en les exonérant de TVA.

- Axe 3 : moderniser les formations et changer l'image des métiers : supprimer le concours d'aide soignant, tout quota national pour les entrées en formation, garantir la gratuité des formations, réduire l'éventail des diplômes, créer un campus des métiers du grand âge, créer un "senior BAFA", lancer une campagne de communication.

- Axe 4 : innover pour transformer les organisations : reconnaître et sécuriser les glissements de tâches, créer le métier de "care manager", promouvoir l'innovation organisationnelle...

- Axe 5 : mobiliser et coordonner les acteurs et les financements : réunir une conférence départementale des métiers du grand âge, créer une plateforme nationale de ces métiers, guichets unique de sécurisation des recrutements, réunir un comité national des métiers du grand âge chargé de cartographier et mobiliser les fonds disponibles, créer un observatoire des métiers du grand âge.

La mission pilotée par Myriam EL KHOMRI estime le coût d'un tel plan à environ 825 millions d'euros dès 2020.

Alors que le calendrier de la réforme est toujours inconnu, la commission des affaires sociales du Sénat prolonge ses propres travaux sur le grand âge - scandés notamment par le rapport d'avril 2019 sur le financement de la prise en charge des personnes âgées dépendantes en auditionnant Myriam EL KHOMRI le mercredi 15 janvier 2020.

 Les travaux de la commission des affaires sociales sur le grand âge

 

 

Audition de Myriam EL KHOMRI (15 janvier 2020)

Mercredi 15 janvier 2020, la commission des affaires sociales a entendu Myriam EL KHOMRI sur le grand âge.

En savoir plus :

Photo © pxhere CC0 Domaine public