Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Comment sortir de la crise traversée par la filière viande bovine française ?

Dernière mise à jour le 24 septembre 2020
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

 

Jeudi 24 septembre 2020, Jean BIZET, président de la commission des affaires européennes, a présenté à la presse ses propositions sur "Comment sortir de la crise traversée par la filière viande bovine" à la lumière de son récent rapport d'information "Agriculture et droit de la concurrence : redonner aux agriculteurs français un pouvoir de marché".

 

 

       

 

Conférence de presse (24 septembre 2020)

 

Jeudi 24 septembre 2020, Jean BIZET, président de la commission des affaires européennes, a présenté à la presse ses propositions sur "Comment sortir de la crise traversée par la filière viande bovine" à la lumière de son récent rapport d'information "Agriculture et droit de la concurrence : redonner aux agriculteurs français un pouvoir de marché".

 

 

 Comprendre les enjeux

 

La situation sinistrée de la filière viande bovine française représente, à elle seule, une illustration de l’impérieuse nécessité de sortir du statu quo en matière d’application des règles de concurrence à l’agriculture. Certes, le déclin dans notre pays de ce secteur économique ne s’explique pas principalement, loin s’en faut, par ce seul facteur et tient aussi aux comportements non coopératifs de nombreux acteurs. Pour autant, ce verrou réglementaire, conjugué à l’interprétation restrictive qui en est faite, représente un obstacle de taille à toute perspective de redressement.

Les graves faiblesses structurelles de la filière bovine française handicapent "par ricochet" notre pays dans l’appréciation des résultats des négociations commerciales internationales, menées pour le compte de la France et des autres États membres, par la Commission européenne, à laquelle les traités confient la compétence exclusive en matière de politique commerciale de l’Union.

Le rapport d’information adopté par la Commission des Affaires européennes du Sénat formule un ensemble de propositions concrètes, à l’attention des professionnels et des pouvoirs publics français, pour trouver une issue à cette crise sectorielle, qui n’affecte pas les autres pays européens.

Au-delà et d’une façon générale, ce rapport d’information plaide également en faveur d’un changement de paradigme en matière de concurrence et d’agriculture dans l’Union européenne. Pour ce faire, il se prononce en faveur du rapprochement avec une loi américaine centenaire : le Capper Volstead Act du 18 février 1922. Il ne deviendra possible de "redonner aux agriculteurs français un pouvoir de marché" que si l’on consacre, à l’avenir, un principe favorable aux associations agricoles et si l’on autorise la fixation de prix communs de cession par les vendeurs. En dernière analyse, la crise économique actuelle impose plus que jamais l’affirmation de la primauté effective des objectifs de la Politique agricole commune (PAC) sur les règles européennes de la concurrence.

 

En savoir plus :

Photo ©