Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

60eme anniversaire de la Libération


Photo : Charles de Gaulle à la tribune

" LA REPUBLIQUE RESTAUREE "
L'ASSEMBLEE CONSULTATIVE PROVISOIRE S'INSTALLE AU PALAIS DU LUXEMBOURG

9 novembre 2004

Envisagée dès 1941 par le Général de Gaulle afin de permettre aux différents courants issus de la Résistance de s'exprimer et de contribuer, par leurs idées et leur soutien, à l'action du Comité national français, l'Assemblée consultative provisoire ne pourra cependant être convoquée que par l'ordonnance du 17 septembre 1943.

Siégeant à Alger de novembre 1943 à août 1944, l'Assemblée organisera de nombreux débats d'une importance capitale pour la France.

Dès la fin de 1943, elle créé en son sein une commission de la législation et de la réforme de l'Etat chargée d'examiner les propositions d'organisation des élections à l'Assemblée constituante.
Ces travaux aboutirent à l'ordonnance du 21 avril 1944 portant organisation des pouvoirs publics en France après la Libération qui reconnaîtra, notamment, le droit de vote aux femmes.

Photo : Charles de Gaulle Après la Libération de Paris, le Général de Gaulle fait entrer le Conseil national de la Résistance dans l'Assemblée consultative provisoire. Celle-ci est élargie à 248 membres et réorganisée par une ordonnance du 11 octobre 1944.

A partir du 7 novembre, l'Assemblée siège au Palais du Luxembourg.


Le 9 novembre 1944, l'Assemblée consultative provisoire tient sa première séance de travail au palais du Luxembourg exprimant ainsi le retour à la démocratie dans une France encore en guerre. Le Général de Gaulle y prononce un discours important.

Dans ses Mémoires de guerre, il décrit ainsi l'atmosphère de ce jour :
" Les assistants sont, comme moi, pénétrés du sentiment que leur réunion consacre une grande réussite française succédant à un malheur démesuré… Ensuite, l'essentiel dépendra de ceux là même qui sont, aujourd'hui, assemblés autour de moi dans cette salle du Luxembourg. Car, demain, le peuple fera d'eux ses mandataires élus et légaux ".

Le 9 novembre 2004, la commémoration de cette étape décisive dans le rétablissement de la République, devrait s'articuler autour de deux événements :
  • D'une part, une brève manifestation à l'occasion d'une séance solennelle dans l'hémicycle du Sénat à 16 heures;
  • D'autre part, l'inauguration dans une partie de la Salle des conférences d'une Exposition organisée par le service de la Bibliothèque et des Archives du Sénat, portant sur la Libération et le retour à la légalité républicaine.


A partir de documents tirés du fonds de la Bibliothèque et des Archives, ou de documents prêtés par l'extérieur, cette exposition évoquera notamment la libération du Palais du Luxembourg, où était installée la Luftwaffe pendant la guerre, et la mémoire de certains sénateurs ou futurs conseillers de la République qui, aux heures les plus sombres, combattirent pour la liberté.

Cette exposition restituera la chronologie du retour à la légalité républicaine, du transfert à Paris des organes institués à Alger (Comité français de Libération nationale, devenu, à la veille du débarquement, Gouvernement provisoire de la République française, Assemblée consultative provisoire) jusqu'aux élections municipales des 29 avril et 13 mai 1945, élections qui furent les premières de l'après-guerre et les premières auxquelles les femmes purent voter.

Les documents présentés rappelleront la priorité qui fut donnée, dans ce temps de complexité et de provisoire, au rétablissement des rouages institutionnels, à l'échelon national et local, et remémoreront sa mise en œuvre concrète.

En écho, la Division des Archives consacre au même thème un des " dossiers d'actualité du passé " qu'elle met régulièrement en ligne sur le site internet du Sénat : la liberté retrouvée, la souveraineté restaurée 1944-1946.