Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Les musées du Luxembourg depuis 1750

 

 

La galerie est ouverte deux jours par semaine, les mercredi et samedi, de dix heures à treize heures d’octobre à avril, et de seize heures à dix-neuf heures d’avril à octobre. " La galerie de Rubens sera pareillement ouverte les mêmes jours et aux mêmes heures. ". Le catalogue précise " Entrée par la porte principale du Palais, sous l’arcade à gauche "

 La revue " Mercure de France " en informe ses lecteurs dans son numéro de novembre 1750, à la rubrique " Nouvelles de la cour, nouvelles de Paris " :
 

 

 

 

 

 

" Le Roi a voulu qu’une partie de ses tableaux qui sont à la Surintendance des Bâtiments fût employée à décorer l’appartement du Luxembourg que la Reine d’Espagne occupait ci-devant, et que cet appartement fût ouvert au Public deux fois la semaine.

Sa Majesté, toujours attentive à donner de nouvelles marques de protection aux Beaux Arts, et à ceux qui les professent, en mettant sous leurs yeux les chefs-d’œuvre des plus grands maîtres, excite en eux de plus en plus une noble émulation, et entretient dans la Nation ce goût décidé pour la peinture, qui lui fait tant d’honneur dans toute l’Europe. "

 Dans sa " Description de Paris " publiée en 1765, Piganiol mentionne longuement la Galerie du Luxembourg et encourage sa visite :

" On y admire, en liberté, ces magnifiques ouvrages de peinture des trois écoles d’Italie, de l’École flamande et de la française, avec plusieurs dessins sous glace, des plus grands maîtres, et entre autres de Raphaël (…) Cette magnifique exposition, dont la gloire revient à M. de Tournehem, fait les délices des amateurs régionaux et étrangers. Elle devient une école extrêmement utile à nos jeunes peintres (…)

 

 

 

Ces beaux salons, ouverts à tous les étrangers, sont une preuve bien authentique de l’amour de Louis XV pour les Beaux Arts. La protection singulière dont ce prince les honore a toujours illustré le règne des grands rois. "
 

Ces beaux salons, ouverts à tous les étrangers, sont une preuve bien authentique de l’amour de Louis XV pour les Beaux Arts. La protection singulière dont ce prince les honore a toujours illustré le règne des grands rois. "

La fermeture du musée, sous l’insistance du Comte de Provence

 Le frère du Roi, " Monsieur ", Comte de Provence revendiquait depuis très longtemps le Palais du Luxembourg, où il avait installé ses archives dès les années 1760. Il finit par l’obtenir en complément d’apanage en 1778 et obtient en 1780 la fermeture du musée.

 Du coup, l’administration de la Couronne reprend les tableaux, y compris les vingt-quatre Rubens de la Galerie Ouest, qui n’avaient jamais quitté le Palais depuis leur mise en place par le maître lui-même en 1625. Les tableaux sont envoyés au Louvre où ils sont stockés jusqu’à l’ouverture du " Musée Central des Sciences et des Arts " au Louvre en 1793.