Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

CITATIONS DE VICTOR HUGO,  HOMME POLITIQUE


Sur le Sénat

Récit par Victor Hugo de son élection au Sénat

" Aujourd’hui, élection des sénateurs. Je suis allé à 10 heures au Luxembourg. J’ai voté. On a apporté Louis Blanc souffrant d’un rhumatisme au genou, et accompagné de son médecin, le docteur Faivre. Nous nous sommes serré la main. Gambetta m’a invité à déjeuner.

J’ai accepté. Nous sommes allés déjeuner chez Magny, près de la rue Dauphine. à midi : résultat du premier scrutin. Trois sénateurs : Freycinet, Tolain, Hérold. Ce résultat bizarre vient des intrigues mêlées de Thiers, des bonapartistes, etc. Vive agitation. Les électeurs se réunissent dans l’ancienne salle du trône, en ce moment salle du Conseil municipal. Discussion presque violente. Il reste deux sénateurs à nommer. Le second scrutin va s’ouvrir. Gambetta abandonne Louis Blanc et se rallie à moi. Ernest Lefèvre parle supérieurement. On vote. Je vais voter.

Puis je retourne rue de Clichy où j’annonce ce commencement inattendu de scrutin. Ma voiture me ramène au Luxembourg.

Salle des séances du Sénat vue de la place qu'occupait Victor Hugo

Au moment où j’arrive (4 h) et comme je descends de voiture, un huissier me dit : Prenez garde, Monsieur le Sénateur. Ce mot m’étonne. Je passe outre. Au bas de l’escalier, je trouve Allain-Targé qui me montre un bulletin de pointage et me dit : Vous êtes nommé. Vous avez 115 voix sur 209. En sortant du Luxembourg, immense ovation du peuple, plus grande encore que celle d’hier.

[…] Cette salle du Luxembourg, je ne l’avais pas revue depuis le 25 février 1848. J’en suis sorti alors pair de France. J’y suis rentré aujourd’hui sénateur. "

Choses vues (30 janvier 1876)


Le défenseur des grandes causes

" Ce commencement de fraternité qui s’appelle la tolérance… "

" Discours pour Voltaire " (30 mai 1878), Actes et paroles, IV

Sur les femmes

" Dans la civilisation actuelle, il y a une esclave. La loi a des euphémismes ; ce que j’appelle une esclave, elle l’appelle une mineure. Cette mineure selon la loi, cette esclave selon la réalité, c’est la femme. "

" Il y a des citoyens, il n’y a pas de citoyennes. C’est là un état violent ; il faut qu’il cesse. "

Extraits de la Lettre du 8 juin 1872 à Léon Richer, rédacteur en chef de L’Avenir des femmes

" L’homme n’est pas à lui seul l’homme : l’homme plus la femme plus l’enfant, cette créature une et triple, constitue la vraie unité de l’unité humaine. Toute l’organisation sociale doit découler de là. Assurer le droit de l’homme sous cette triple forme, tel doit être le but de cette providence d’en bas que nous appelons la loi. "

Actes et paroles, " Depuis l’exil "

" Dans ce siècle qui a pour loi d’achever la révolution française et de commencer la révolution humaine, l’égalité des sexes faisant partie de l’égalité des hommes, […] George Sand meurt, mais elle nous lègue le droit de la femme puisant son évidence dans le génie de la femme. "

Extrait du Discours de Victor Hugo aux obsèques de George Sand, le 10 juin 1876

Citations : pages    1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8