Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

CITATIONS DE VICTOR HUGO,  HOMME POLITIQUE


Sur le refus de la misère

" La question est dans ceux qui souffrent, dans ceux qui ont froid et qui ont faim. La question est là. "

Discours sur les ateliers nationaux (20 juin 1848)

" La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! oui, cela est possible. Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli. "

Discours sur la misère (9 juillet 1849)

A propos des Misérables (1862)

" Tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles. "

Les Misérables et le jardin du Luxembourg

" Depuis plus d’un an, Marius remarquait dans une allée déserte du Luxembourg, l’allée qui longe le parapet de la Pépinière, un homme et une toute jeune fille presque toujours assis côte à côte sur le même banc à l’extrémité la plus solitaire de l’allée, du côté de la rue de l’Ouest [actuellement rue d’Assas]… "
Les Misérables, troisième partie, livre VI, chap. 1

Gavroche


" Un jour, l’air était tiède, le Luxembourg était inondé d’ombre et de soleil, le ciel était pur comme si les anges l’eussent lavé le matin, les passereaux poussaient de petits cris dans les profondeurs des marronniers, Marius avait ouvert toute son âme à la nature, il ne pensait à rien, il vivait et il respirait, il passa près de ce banc, la jeune fille leva les yeux sur lui, leurs deux regards se rencontrèrent.

Qu’y avait-il cette fois dans le regard de la jeune fille ? Marius n’eût pu le dire. Il n’y avait rien et il y avait tout. Ce fut un étrange éclair.

Elle baissa les yeux, et il continua son chemin. "

Les Misérables, troisième partie, livre VI, chap. 3

Les droits de l’enfant

" Si l’enfant a la santé, l’avenir se portera bien ; si l’enfant est honnête, l’avenir sera bon. "

" Aidons le progrès par l’assistance à l’enfance. "

Paroles de Victor Hugo au " Christmas " de Hauteville House à Guernesey, décembre 1869

" Tous les mardis, je donne à dîner à quinze petits enfants pauvres, choisis parmi les plus indigents de l’île, et ma famille et moi, nous les servons ; je tâche, par là, de faire comprendre l’égalité et la fraternité. "

Actes et paroles, " Avant l’exil "

Le repas des enfants pauvres

Citations : pages    1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8