Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

DECEMBRE 1953 : René COTY, un sénateur à l'Elysée


 

Sa carrière d'élu local

Très attaché à sa ville du Havre, René Coty s'engage tôt dans la vie politique locale.

Le 4 août 1907, à 25 ans, il est élu conseiller d'arrondissement du Havre. Lors de cette première campagne électorale menée sous l'étiquette Radical et radical socialiste, il se montre virulent à l'égard des conservateurs.


 Le Havre

Il proclame son attachement à l'idéal républicain, la justice sociale, la laïcité, se recommandant de Gambetta, Jules Ferry et Waldeck-Rousseau. L'élection est invalidée par le Conseil d'Etat en raison d'une affiche apposée la veille du scrutin. René Coty est néanmoins élu dès le premier tour lors d'une nouvelle élection organisée le 27 septembre, puis réélu conseiller d'arrondissement le 10 août 1913 sous l'étiquette d'Union des gauches.  

Le 3 mai 1908, il devient conseiller municipal du Havre sur la liste d'Union du comité républicain du bloc des gauches, conduite par Henri Genestal, qui adhère au programme du Bloc des gauches au pouvoir depuis 1902. Dans sa profession de foi, il dénonce la gestion de la municipalité sortante et rappelle son attachement aux valeurs républicaines et son opposition au collectivisme révolutionnaire et à la lutte des classes. En raison du retrait du maire sortant après sa défaite au premier tour, la liste de René Coty emporte la totalité des 36 sièges avec 73% des voix. Au sein du conseil municipal, il intervient dans les nombreux domaines qui l'intéressent. Il fait partie de la commission de l'instruction publique et de celle de l'intérêt général, puis à partir de 1913 de celle des finances. Pendant les 11 années passées au service de la municipalité du Havre, il reste soucieux des questions de justice sociale, d'amélioration de la qualité de vie et d'éducation.

A l'occasion des élections municipales de 1912, le maire sortant Henri Genestal conduit la liste des Républicains de l'union des gauches sur laquelle René Coty figure en 9ème position. Le score médiocre obtenu au premier tour (25% des suffrages exprimés) incite les colistiers à s'unir à 3 autres listes. La nouvelle liste ainsi constituée, « Représentation proportionnelle des minorités », conduite par Henri Genestal, l'emporte avec 63 % des voix correspondant à 29 sièges sur 37. Très vite, une opposition se forme à l'intérieur de la majorité en raison des nombreux courants qui la composent. René Coty continue de défendre ses idées de République démocratique

A l'occasion des élections législatives de 1910