Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

DECEMBRE 1953 : René COTY, un sénateur à l'Elysée


 

Cet entretien secret a lieu dans la nuit du 28 mai. Les trois hommes conviennent que la nouvelle Constitution s'inspirera des principes énoncés dans le discours du général de Gaulle, prononcé à Bayeux en 1946. Dans son ouvrage « Vingt-deux ans de Présidence », Gaston Monnerville relate la suite de cette rencontre : « Il était plus d'une heure du matin lorsque André Le Troquer et moi nous présentâmes à l'Elysée. Le président Coty nous reçut aussitôt dans un petit cabinet de travail au premier étage, où à l'évidence il veillait. Nous lui rendîmes compte de la mission qu'il nous avait confiée quelques heures plus tôt, et nous répondîmes aux questions qu'il nous posa. »

Le lendemain, jeudi 29 mai 1958, René Coty demande au Parlement d'investir le général de Gaulle comme chef du gouvernement. Pour donner tout son poids à cette démarche, le Président de la République annonce qu'il démissionnera en cas de refus.

Le 1er juin, l'investiture est accordée au nouveau gouvernement. Le général de Gaulle, chargé des fonctions de président du Conseil, obtient de l'Assemblée nationale, puis du Conseil de la République, les pouvoirs spéciaux pour réformer la Constitution.

Au cours de l'été, Gaston Monnerville, président du Conseil de la République, se tient constamment en rapport avec les membres du Comité consultatif constitutionnel. Pour défendre au mieux les intérêts de la seconde chambre, il entretient une correspondance suivie avec le garde des Sceaux, Michel Debré, chargé de rédiger l'avant-projet de la Constitution.

 Le 28 septembre, le texte définitif est adopté par référendum avec près de 80% des suffrages exprimés. La Constitution est publiée au Journal officiel le 4 octobre 1958 : la Ve République est née. Le 21 décembre, Charles de Gaulle est élu à la présidence de la République. Quelques jours plus tard, le 8 janvier 1959, René Coty transmet ses pouvoirs à son successeur.

Gaston Monnerville