Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée


RENÉ COTY (1882-1962)

 

 

Pendant la guerre, il se retire au Havre, refusant fermement les fonctions administratives que le Gouvernement de Vichy veut lui confier, cela en dépit de son vote positif, le 10 juillet 1940, accordant la délégation de pouvoirs au maréchal Pétain. A la Libération , le jury d'honneur le relève de l'inéligibilité qui en découle, mentionnant « son opposition politique constante » à l'État français.
En 1946, il est élu aux deux Assemblées nationales constituantes et, en 1947, se voit confier le portefeuille de la reconstruction et de l'urbanisme. A ce titre, il intervient au Conseil de la République sur le projet de loi relatif aux sociétés coopératives de reconstruction et prend part à la discussion du budget ordinaire pour 1948.
Interrogé sur sa conception des attributions du Conseil de la République par un journaliste de Paris-Normandie, peu de temps avant les élections sénatoriales de 1948, Coty rappelle son profond attachement pour le régime parlementaire : « Il n'y a pas de République en France sans régime parlementaire. Le régime républicain doit reposer sur le Parlement ». 


 Page 3