Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée


ALAIN POHER (1909-1996)

En 1975, Alain Poher organise solennellement la célébration du centenaire du Sénat. Rendant hommage à cette assemblée baptisée Grand conseil des communes de France par Gambetta, le Président Valéry Giscard d'Estaing annonce la mise en œuvre d'une procédure inscrite dans Constitution mais à ce jour inutilisée : la soumission à l'approbation du Sénat d'une déclaration de politique générale, confirmant ainsi la place éminente du Sénat dans les institutions politiques de la France.

Soucieux de veiller à ce que le Sénat soit toujours en phase avec les avancées juridiques et politiques du processus européen, il crée en 1973, au sein des services législatifs, un service des affaires européennes, six ans avant la mise en place de la délégation parlementaire pour l'Union européenne. En 1974, il profite de son second intérim présidentiel pour procéder à la ratification de la Convention européenne des droits de l'homme après que le Sénat en a voté l'autorisation l'année précédente. Il sera aussi à l'origine de la procédure des questions orales européennes, instituée en 1990. A la fin de son mandat, l'Histoire lui permet de contribuer à poser les premières pierres d'une Europe enfin unie. A peine le mur de Berlin tombé, il s'empresse d'accueillir au Sénat les dirigeants de toutes les jeunes démocraties de l'Est.

 

 

 

En 1992, Alain Poher décide de ne pas se représenter à la Présidence du Sénat et achève son mandat en 1995. Il décède le 9 décembre 1996 et son successeur à la Présidence du Sénat, René Monory, rend hommage en séance publique à cet « homme de bon sens, pragmatique et généreux, avisé et compétent qui a formidablement incarné notre Haute Assemblée ». En 1999, la cérémonie de dévoilement de la plaque commémorative à son effigie dans la salle des séances et l'inauguration d'une exposition retraçant les principales étapes de sa vie sont l'occasion pour Christian Poncelet d'honorer une nouvelle fois la mémoire de cet homme de convictions et d'exprimer la reconnaissance du Sénat à celui qui a su le sauver dans un moment difficile et en faire une assemblée respectée et écoutée.