Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée


28 octobre 1859 : L'HEMICYCLE S'ENFLAMME

 



Mademoiselle Frezet est lingère au Palais. De part son travail, elle tient le compte exact du linge qui est fourni aux lampistes, échangé pièce pour pièce.

Demande : Que savez-vous de l'incendie qui a détruit dans la nuit du 27 au 28 la salle des séances du Sénat ?
Réponse : La demoiselle Frezet, réveillée à 1 heure du matin par un fort crépitement, a vu un jet de flamme paraissant entourer l'orifice du ventilateur, à la voûte de la salle des séances. Cette flamme entourant le ventilateur, immédiatement au dessous des toits, a gagné les combles en descendant et s'est rapidement étendue.

Demande : Dans votre jugement, comment expliquez-vous la présence du feu à une hauteur si inaccoutumée ?
Réponse : J'ai d'abord cru que le ventilateur était un corps de cheminée, maintenant que je sais le contraire, je ne puis me rendre raison du feu par aucune supposition.

Demande : Lorsque les ouvriers lampistes avaient besoin de linge pour le service du lustre, était-ce vous qui le fournissiez, et comment la chose se passait-elle ?
Réponse : Lorsqu'ils ont besoin de linge pour nettoyer les lampes, ils m'en demandent. J'en ai donné dernièrement pour nettoyer les lanternes du Petit Palais. Je n'en ai jamais su si ces linges étaient destinés aux lampes ordinaires ou au nettoyage du lustre. Depuis fort longtemps, on ne m'a rien demandé spécialement pour le lustre. On m'a demandé un supplément de linge, mais c'était pour les lanternes du Petit Palais.

Demande : Tenez-vous un compte exact du linge que vous fournissez aux lampistes ? Ceux-ci vous le rendent-ils après que vous l'avez reconnu et qui fait la demande de ce linge ?
Réponse : Chaque lampiste a sa part déterminée de linge, savoir 6 torchons, 3 serviettes, 2 tabliers. Il arrive souvent que les lampistes ont besoin de renouveler le linge. Alors, j'échange pièce pour pièce, et après l'avoir reconnu, le linge sale contre du linge propre. Chaque lampiste échange son linge. Dans le cas où on a besoin de linge supplémentaire. Le Sieur Briet me fait prévenir ou vient lui-même.

Demande : Avez-vous connaissance qu'il existât, dans la salle dite du lustre, une réserve de vieux linge que vous n'auriez pas eu en compte.
Réponse : Je n'en ai jamais entendu parler.

Lecture faite, la comparante a signé.

Signé : Frezet.