Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Alain POHER, Président du Sénat de 1968 à 1992

Alain Poher, Président du Sénat de 1968 à 1992Sénateur de Seine-et-Oise puis du Val-de-Marne
de 1946 à 1948, et de 1952 à 1995

Président du Sénat de 1968 à 1992

Président de la République par intérim en 1969 et en 1974

Président de l'Assemblée parlementaire européenne de 1966 à 1969

 

 

Né le 17 avril 1909 à Ablon-sur-Seine, Alain Poher, licencié en droit, diplômé de l'Ecole libre des sciences politiques, ingénieur civil des Mines, entre au ministère des Finances comme rédacteur, puis comme administrateur civil.

 Résistant dès 1941, après avoir été grièvement blessé au front en 1940, il participe au réseau "Libération-Nord". Il préside en 1944 le comité de libération du ministère des Finances.

 Élu maire d'Ablon-sur-Seine en 1945, il le restera jusqu'en 1983.

 Chef de cabinet de Robert Schuman, ministre des Finances de juin à novembre 1946, il est élu au premier Conseil de la République de 1946 à 1948, où il est désigné comme rapporteur général de la commission des finances.

 En 1948, il est nommé Secrétaire d'État aux Finances, puis au Budget, dans les gouvernements Schuman et Queuille.

 Commissaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes de 1948 à 1950, il devient délégué de la France et président de l'Autorité internationale de la Ruhr de 1950 à 1952.

Réélu Sénateur MRP de la Seine-et-Oise en 1952, il siège sans interruption au Conseil de la République, puis au Sénat, pendant plus de 40 ans.

Secrétaire d'État à la Marine dans le cabinet de Félix Gaillard en 1957-1958 et membre de l'Assemblée parlementaire européenne de 1958 à 1977, il y préside le groupe démocrate chrétien de 1959 à 1966 et l'assemblée elle-même de 1966 à 1969.

Sénateur de Seine-et-Oise puis du Val-de-Marne de 1946 à 1948, et de 1952 à 1995, il est également Président du Sénat sans interruption pendant 24 ans, de 1968 à 1992.

Alain Poher, Président du Sénat de 1968 à 1992 et Gaston Monnerville, Président du Conseil de la République de 1947 à 1958 puis du Sénat de 1958 à 1968 (à gauche)

A l'Élysée

Sept mois après son accession à la présidence du Sénat, Alain Poher est appelé à assurer l'intérim de la présidence de la République, après la démission du général de Gaulle, du 28 avril au 20 juin 1969.

Arrivée à l'Elysée le 28 avril 1969

Arrivée à l'Élysée le 28 avril 1969

 Allocution télévisée le 28 avril 1969

Allocution télévisée le 28 avril 1969

Pendant 55 jours, il assume, dans une conjoncture politique délicate, la plus haute charge de la République : présidant les Conseils des ministres, ratifiant les traités, promulguant les lois, signant les décrets, accréditant les ambassadeurs.

Retour au Sénat

Candidat aux élections présidentielles des 1er et 15 juin 1969, il obtient 23,4 % au premier tour et 42,4 % au second, face à Georges Pompidou.

Sous sa présidence, le Sénat retrouve toute sa place de seconde chambre du Parlement au sein des institutions de la Vème République.

En 1971, s'opposant au ministre de l'intérieur, il saisit le Conseil constitutionnel pour protéger la liberté d'association. Il incite également au développement des commissions d'enquête qui permettent au Sénat de contrôler l'action du Gouvernement.

Seconde présidence par intérim



Départ pour l'Elysée en 1974

Appelé à exercer un deuxième intérim à l'Élysée à la mort de Georges Pompidou du 2 avril au 19 mai 1974, Alain Poher sait prendre à cette occasion des décisions importantes.
Bureau de l'Elysée 1974Il assure la régularité du scrutin présidentiel outre-mer et intervient dans la politique africaine. Il décide du lancement officiel du programme Airbus et de la construction du cinquième sous-marin nucléaire français.

Au cours de son intérim, il réclame la définition d'un statut pour les travailleurs migrants européens et promulgue, le 3 mai 1974, la loi de ratification de la Convention européenne des Droits de l'Homme. Signée en 1950 par Robert Schuman, cette convention, qui organise la protection des libertés individuelles, n'avait, vingt-quatre ans plus tard, toujours pas été ratifiée par la France. Alain Poher, président de la République par intérim, porte, lui-même, les instruments de ratification de ce texte à Strasbourg, à l'occasion du vingt-cinquième anniversaire du Conseil de l'Europe.
 

M. Alain Poher à la tribune du Conseil de l'Europe en 1974

 

Européen convaincu, il met à profit cet intérim pour faire ratifier, au nom de la France, la Convention européenne des droits de l'homme.

Président de l'Association des Maires de France de 1977 à 1983, il incarne les élus locaux et les collectivités territoriales dont le Sénat est le représentant constitutionnel.

Il décède le 9 décembre 1996

Le Sénat lui a rendu hommage, jeudi 20 mai 1999, en dévoilant une plaque à son effigie sur le pupitre qu'il a occupé pendant plus de quarante ans dans l'hémicycle du Palais du Luxembourg

Alain POHER

Libération: Alain Poher sur le parvis de l'église d'Ablon-sur-Seine

A à la Libération sur le parvis de l'église d'Ablon-sur-Seine, très amaigri, le bras ceint de son brassard FFI, Alain Poher se recueille avec les ablonais

 

MAIRE D'ABLON-SUR-SEINE

Mairie d'Ablon-sur-Seine

Célébration de mariage dans la salle du conseil municipal

 



Président de l'Assemblée parlementaire européenne (1966-1969)

 

ALAIN POHER ET ROBERT SCHUMAN

Cabinet de Robert Schuman en 1946

Les membres du cabinet de Robert Schuman, ministre des finances, en 1946. Alain Poher, son chef de cabinet se tient derrière le ministre, à gauche sur la photo, )

Alain Poher reçoit la Légion d'Honneur remise par Robert Schuman

Remise de la Légion d'Honneur par Robert Schuman

Centenaire de la naissance de Robert Schuman - Montigny-les-Metz (1986)

Cérémonie du centenaire de la naissance de Robert Schuman, en présence du Chancelier Kohl - Montigny-les-Metz (1986)



Mme Thatcher



Le Président Walesa



Le Président Eltsine



Le Président Havel



Le Commandant Cousteau

 

Dossier d'archives : Actualité du passé (mai 1999)