Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée
Editorial
Programme au format pdf
Photo : Feu de forêtLe thème général du Troisième Forum Mondial du Développement Durable " Le climat et les patrimoines de l'humanité " sera décliné selon trois axes principaux : les risques majeurs, la puissance d'agir, les gouvernances, avec une transversale forte : les disparités, dans l'échelle des préjudices, dans les capacités de réaction, dans le choix des priorités, etc., de façon à bien mettre en évidence la spécificité des pays les plus pauvres, qui risquent d'être particulièrement perdants.
Photo : CycloneLa question du climat est devenue centrale pour l'avenir de la planète. Elle doit être analysée dans le cadre d'une réflexion sur les biens publics mondiaux, c'est-à-dire les patrimoines communs de l'humanité. Elle renvoie à des débats publics entre experts, citoyens, décideurs privés et publics. Elle exige des actions collectives à diverses échelles territoriales.

Le climat et les aléas naturels qui lui sont liés n'apparaissent plus comme un élément extérieur à l'action de l'homme. Leurs transformations, au-delà des nombreuses controverses scientifiques, résultent en partie des activités humaines. Ces modifications climatiques ont des conséquences importantes sur l'environnement et sur l'évolution de ces activités humaines. La responsabilité du développement économique est très délicate à établir du fait des échelles de temps différentes entre une activité donnée et ses effets sur le climat. Il existe une pluralité de facteurs naturels et humains, mais un rapport de causalité est reconnu de façon quasi certaine entre l'émission de gaz à effet de serre, le réchauffement de la planète et probablement aussi les catastrophes naturelles.

Photo : InnondationsLes changements et les aléas climatiques agissent sur les écosystèmes et ils concernent aussi bien l'agriculture, la santé, la montée de la désertification dans de nombreuses régions du monde ou les inondations et les pluies torrentielles dans d'autres régions. Leurs effets sont toutefois fortement différenciés selon les zones géographiques ou les niveaux de développement. Les pays les moins développés y sont particulièrement sensibles.

Les questions climatiques supposent dès lors des actions collectives, des financements et des gouvernances à diverses échelles territoriales, mises en œuvre par un nombre important d'acteurs. Les actions collectives dans le domaine du climat peuvent, elles, conduire à une construction institutionnelle par des États selon la définition canonique d'un ensemble de principes, de normes, de règles et de procédures de prise de décision autour desquels les anticipations des acteurs convergent dans un domaine donné des relations internationales. Comment trouver des processus de décision légitimes et des compromis qui permettent de prendre en compte l'hétérogénéité des systèmes de préférences et de valeurs ?

En savoir plus - Le programme au format PDF - Le formulaire d'inscription au format PDF