Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Journée numérique au Sénat le 11 février 2015

Le Sénat, en partenariat avec l'Inria - Institut National de recherche en sciences du numérique - organise, mercredi 11 février 2015 de 10 h 00 à 19 h 00, en salle René Coty, une journée de rencontres et d’échanges avec une vingtaine d’équipes de recherche de l’Institut.


Cet événement constituera une occasion unique de découvrir l’excellence française dans le domaine des sciences du numérique.



 

 

 



 

 

 

 

 

Le programme au format PDF (1.99 Mo)

Informatique débranchée : découvrir la pensée informatique, sans ordinateur

La démonstration : Contrairement à ce que beaucoup de monde pense, les ordinateurs ne sont pas la seule raison d'être de l'informatique. Pour preuve, cet atelier présente diverses activités à faire avec des pions, des jetons ou des bouts de bois, mais sans aucun ordinateur et même sans électricité. Pourtant, ces petits jeux permettront à chacun de découvrir de manière ludique les notions au cœur de l'informatique : ce qu'est un algorithme et ce qui fait qu'un algorithme est meilleur qu'un autre, ou encore comment coder et transmettre une information.

Martin Quinson (Nancy-Grand Est)

Maitre de conférences à l'université de Nancy, responsable de l'équipe-projet Inria Algorille. Sa recherche porte sur les méthodes d'expérimentation pour les systèmes distribués à grande échelle. Passionné par la médiation scientifique, Martin Quinson est très impliqué dans des actions de vulgarisation sicentifique notamment auprès du jeune public.

L’informatique et les sciences du numérique dans l'enseignement, retour sur l'expérience de l'option "Informatique et Sciences du Numérique" proposée en Terminale scientifique depuis la rentrée 2012.

Gilles Dowek (Paris-Rocquencourt, basé à Paris)

Gilles Dowek est aujourd'hui directeur de recherche Inria. Au sein de l'équipe-projet TYPICAL (Inria Saclay -Île-de-France), il a mené ses recherches sur les rapports entre les langages de programmation et le langage mathématique, sur les systèmes informatisés de traitement de démonstrations mathématiques et sur la sureté des logiciels.

Précédemment, il a été chercheur à l'institut de 1993 à 2002, puis professeur à l'École polytechnique de 2003 à 2010. Il a également exercé aux Etats-Unis, à l'Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, dans les laboratoires de la société Computational Logic à Austin et au sein du NIA (National Institute for Aerospace, NASA) à Hampton.

Gilles Dowek est particulièrement engagé dans la médiation scientifique auprès du grand public. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation sur les sciences mathématiques. En 2000, la Société mathématique de France lui a remis le Grand prix d'Alembert des Lycéens pour son action de diffusion des mathématiques auprès des jeunes. Il a reçu le Grand Prix de Philosophie 2007 de l'Académie française pour "Les métamorphoses du calcul, une étonnante histoire de mathématiques" (éditions du Pommier).

 

L’éducation grâce au numérique : Kidlearn (Flowers)

La démonstration : KidLearn : pédagogie sur mesure et première mondiale. Les logiciels proposés aux enseignants rassemblent des séquences d’exercices rigides, supposées correspondre à un élève « moyen », mais en réalité inadaptées à la plupart des élèves. Le projet KidLearn, développé par l’équipe-projet Flowers, vise à expérimenter un logiciel d’enseignement en ligne permettant d’adapter automatiquement à chaque enfant des stratégies pédagogiques personnalisées. KidLearn est expérimenté en mathématiques dans les écoles primaires de Gironde

Manuel Lopes (Bordeaux - Sud Ouest)

Chercheur au sein de l'équipe projet Flowers d'INRIA . Manuel Lopes s'intéresse à l'utilisation de l'apprentissage automatique, la théorie du contrôle pour créer des robots qui sont plus robustes et capables d'interagir et de travailler avec les gens. Il travaille notamment sur ​​l'apprentissage par imitation, le développement artificiel et les approches d'apprentissage actif.

Effet des médicaments : simulation de la résistance aux antibiotiques (EP Beagle)

La démonstration : Sur la base de la plate-forme Aevol, développée par l'équipe Beagle pour étudier l'évolution des génomes bactériens, nous avons développé un prototype de jeu sérieux destiné à enseigner comment un usage maladapté des antibiotiques conduit à l'émergence de résistances de plus en plus complexes à contrer.

Guillaume Beslon (Grenoble Rhône-Alpes, basé à Lyon)

Professeur au Département Informatique de l'Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (France), qui fait partie de l'Université de Lyon.

Membre du Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'information (LIRIS, UMR 5205 CNRS); Responsable de l' équipe Beagle INRIA , vice-directeur de l'Institut des Systèmes Complexes (IXXI) Rhône-Alpes.

Guillaume Beslon est membre du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) dans le 6ème section ("sciences de l'informations: Fondements de l'informatique, Calculs, Algorithmes, représentations, exploitations» -lien vers le site CN6 ) et l'CID51 ("Modélisation et analyse des donnees et des Systèmes biologiques: Approches informatiques, Mathématiques et physiques ».

Ses travaux de recherche se concentrent sur la modélisation des systèmes biologiques par le moyen d'outils informatiques. L'objectif est de démêler les principes d'organisation des systèmes biologiques grâce à la modélisation, la simulation et l'abstraction.

Imagerie médicale augmentée : modélisation des zones et des fibres du cerveau (EP Parietal)

Bertrand Thirion et Olivier Grisel (Saclay Ile-de-France)

Responsable de l'équipe-projet Inria PARIETAL intégrée au sein de la plateforme Neurospin du CEA. Neurospin est une plateforme d'acquisition de données de neuroimagerie à l'aide d'IRM à haut champ, les plus puissantes en France à ce jour. Elle permet d'acquérir des images anatomiques et fonctionnelles de très grande qualité et avec une résolution optimisée, de l'ordre du millimètre. L'objectif de PARIETAL est de répondre aux défis posés pas ces nouvelles données afin d'exploiter totalement leur potentialités. Pour cela, il faut mettre en place des techniques d'analyse statistique et géométrique qui permettent de mieux décrire le cerveau, son fonctionnement, sa structure et sa variabilité. Bertrand Thirion est également engagé dans le projet européen Human Brain Project.

Maintien des personnes âgées à domicile, avec DomAssist, une boîte à outils de services d’assistances numériques permettant de rendre intelligents les objets du quotidien (EP Phoenix)

La démonstration : L’équipe-projet Phoenix a créé DomAssist, un outil d'assistance domiciliaire pour la personne âgée visant son bien-être et son autonomie dans ses activités à domicile, et ceci grâce à des petits objets (détecteurs de mouvement, de luminosité, de consommation électriques...) orchestrés intelligemment par des applications et interagissant avec la personne via une tablette numérique.

Charles Consel & Adrien Carteron (Bordeaux Sud-Ouest)

Charles Consel

Charles Consel a obtenu son doctorat en Informatique à l'université Paris VI. Il est professeur des Universités à Bordeaux INP en informatique, où il a créé et dirigé le département de Télécommunications. Il est responsable de l'équipe Inria Phoenix.

Charles Consel était précemment professeur à l'Université de Rennes 1, professeur associé à l'Oregon Graduate Institute et chercheur à l'Université de Yale aux Etats-Unis.

Sa recherche vise à concevoir des approches de génie logiciel à partir de principes et techniques de langage de programmation. Ces approches sont mise en oeuvre et validées par des contributions scientifiques dans des domaines variés comme l'informatique ubiquitaire, l'assistance numérique à la personne, les systèmes d'exploitation, les réseaux et la téléphonie.

Charles Consel a publié plus de soixante dix articles dans des journaux et conférences scienfiques internationales. Il a donné des exposés dans des laboratoires et universités de renommée internationale tels que Microsoft Research Redmont, Carnegie Mellon, Columbia et Stanford.

Mensia Technologies (start-up Rennaise)

Mensia Technologies met en place des technologies issues de travaux en BCI (Brain Computer Interaction ou Interaction cerveau-ordinateur). Mensia a mis au point une nouvelle interface numérique qui utilise les données électriques du cerveau et une analyse de l'activité neuronale pour piloter des services tout à fait étonnants. Une expérience permet ainsi de connaître en temps réel l’état de ses émotions : nervosité, fatigue, stress... et de viser la sérénité...

Jean-Yves Quentel, Marie Prat, Louis Mayaud

Villes intelligentes (smart cities) : utiliser les technologies pour réguler la pollution et le trafic, adapter l'urbanisme, développer la vie sociale, apporter de nouveaux services aux citadins (partage...)

Démonstration : Le déploiement de capteurs pour une ville intelligente.

Hervé Rivano
Hervé Rivano est chargé de recherche Inria, il dirige l'équipe UrbaNet qui travaille sur les réseaux sans fils pour les villes connectées. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon, il est docteur depuis 2003 et est titulaire d'une HDR (habilitation à diriger les recherche) depuis 2014. Il a travaillé auparavant des des équipes communes avec le CNRS et avec l'INSA, à Sophia Antipolis et à Lyon. Il s'intéresse aux approches combinatoires et algorithmiques appliquées à la conception et à l'approvisionnement des réseaux de communication (notamment réseaux mobiles urbains).

Les technologies numériques au service de la mémoire et de la préservation du patrimoine culturel.

Modèles 3D, réalité augmentée et sauvegarde du Patrimoine : la reconstitution 3D Phare d’Alexandrie (ANR Search), ou la réalité augmentée spatiale pour la reconstitution d(‘objets archéologiques (projet VMust)

A la convergence de l'optique et de l'image de synthèse, l’équipe Manao a pour objectif d'étudier la façon dont lumière, matière et forme interagissent pour constituer de nouvelles représentations de l'apparence. Le projet Manao permet aussi de prendre en compte les échanges entre monde réel et monde virtuel, dans des contextes culturels, artistiques comme patrimoniaux.

Xavier Granier, Patrick Reuter, et Brett Ridel (Bordeaux Sud-Ouest)

Patrick Reuter est maître de Conférences à l’Université Bordeaux Segalen (LaBRI) et chercheur en informatique 3D au sein de l’équipe Inria Manao. Il dirige le projet ANR SeARCH (Semi-automatic 3D Acquisition and Reassembly of Cultural Heritage) qui a pour objectif la reconstruction géométrique des sites archéologiques grâce à des techniques de modélisation géométrique 3D, de visualisation expressive

innovante et d’interaction tangible. Ce projet a dores et déjà une apllication concrète : l’étude du légendaire Phare d’Alexandrie, 7ème Merveille du monde, et de ses colosses qui surplombaient la mer méditerranée durant l’Antiquité

Brett Ridel, doctorant de l'équipe Manao, étudie l’interaction en Réalité Augmentée Spatiale dans l’objectif d’apporter de l’information numérique au monde réel. Il enseigne à l'Université de Bordeaux et à l' institut d'Optique Graduate School.

Xavier Granier est professeur à l'insitut d'optique de Bordeaux, membre du LP2N et membre associé du Labri, responsable de l'équipe-projet Manao d'Inria. Il s'intéresse notamment à la simulation précise des phénomènes optiques et à la création de nouvelles technologies qui combinent les forces de l'optique et de l'infographie.

Patrimoine et veille scientifique

La démonstration : exploitation des contenus d’archives de publication (plate-forme nationale HAL), analyse de la production scientifique, veille stratégique, suivi des activités des institutions de recherche

Laurent Romary et Patrice Lopez (Saclay Ile-de-France)

Laurent Romary est conseiller à l’information et à l’édition scientifique chez Inria. Il mène des recherches en informatique linguistique et en modélisation de données en sciences humaines. Il contribue ainsi à la mise en place de cadres normatifs pour la représentation de données textuelles (au sein du consortium TEI qui regroupe des acteurs de la recherche dans le but de normaliser le codage de toutes sortes de documents sous forme numérique) et de représentation de données linguistiques complexes. Il coordonne par ailleurs l’infrastructure européenne DARIAH pour les humanités numériques dont l'objectif est de mettre en commun dans un « hub de compétences » les briques numériques de l’expertise en SHS pour contribuer à structurer le travail des communautés scientifiques (linguistes, philologues, historiens…).

La startup Iconem modélise la villa de Diomède (Pompéi)

La démonstration : Issue des travaux de recherche de l'équipe Willow, la start-up Iconem mêle intelligemment l'architecture et la recherche informatique pour permettre de créer, par un survol des lieux, et une intégration d'iimages et d'informations de formes et de sources variées, des maquettes 3D réalistes. Pour cela, il faut tout d'abord identifier des objets ou motifs dans des images provenant de différents medias, avec différentes conditions de prise de vue comme l'angle, la définition, l'éclairage, etc. puis caractériser leurs changements. Une fois ces éléments intégrés, la maquette ainsi constituée et enrichie de détails à toutes les échelles, peut faire revivre des sites archéologiques promis à la disparition ou difficilement accessibles.

Yves Ubelman est architecte et fondateur d'Iconem.

Climat et transition énergétique : les sciences du numérique permettent d’analyser et de prévoir les changements climatiques, de développer et exploiter de grands modèles, et d’explorer les nouvelles énergies

Simulation numérique de la qualité de l’air (EP Clime avec Airparif)

La démonstration : L’équipe-projet Clime, commune entre Inria et l’École des Ponts ParisTech, travaille sur le couplage des observations environnementales et des modèles de simulation numérique. Elle applique une grande partie de ses recherches à l’étude de la qualité de l’air. Les chercheurs ont notamment collaboré avec l’association Airparif et l’entreprise Numtech pour réaliser un outil permettant de cartographier plus précisément la qualité de l’air au cœur de Paris.

Vivien Mallet (Paris-Rocquencourt)

Vivien Mallet Ingénieur de l’École Centrale de Lyon et docteur en mathématiques appliquées de l’École nationale des ponts et chaussées, Vivien Mallet est chargé de recherche depuis 2007 à Inria dans l’équipe-projet Clime (modélisation dans les sciences de l’environnement). Il est notamment responsable du projet Polyphemus, plateforme multimodèles pour la pollution atmosphérique et l’évaluation des risques.

Mieux comprendre et prévoir les changements climatiques : le numérique au service du GIEC

La démonstration : Contrairement à la plupart des autres domaines scientifiques, on ne peut pas réaliser d’expérimentations sur le climat de la Terre. La simulation numérique est donc la seule façon d’étudier et d'anticiper les futurs changements climatiques, aux échelles globale et régionale. On illustrera par quelques vidéos ce domaine de recherche, et les enjeux mathématiques et informatiques associés.

Eric Blayo (Grenoble Rhône-Alpes)
Eric Blayo est professeur en mathématiques appliquées à l’Université de Grenoble. Son activité de recherche porte sur le développement de systèmes numériques de prévision pour des applications environnementales (météorologie, océanographie, glaciologie, climat). Elle se situe à l’interface des mathématiques et de la géophysique, et donne lieu à de nombreuses collaborations avec des mathématiciens, des informaticiens, et des géophysiciens.
Il a créé l’équipe MOISE (Modélisation, Observation, Identification pour les Sciences de l’Environnement) du Laboratoire Jean Kuntzmann et d’INRIA, qu’il a dirigée de 2006 à 2014. Il est responsable du volet « Méthodes Mathématiques et Numériques » du programme français inter-organismes LEFE de recherche en sciences de l’océan, de l’atmosphère et du climat.

Des modèles numériques au service de l'environnement

La démonstration : Les nappes phréatiques constituent des réserves d’eau douce importantes, d’autant plus cruciales pour la société que l’eau à grande profondeur est souvent d’une bonne qualité. Comment gérer au mieux ces ressources en eau ? Comment prévenir les risques de pollution, voire réhabiliter des zones polluées ? Comment concilier des objectifs environnementaux et énergétiques, tels que le stockage de déchets, la séquestration de CO2, l’exploitation de gaz non conventionnels ? En combinant géologie, physique, chimie, mathématique, informatique, les modèles numériques visent à comprendre les phénomènes en jeu dans le sous-sol. La simulation sur ordinateur permet de visualiser l’évolution dans le temps et dans l’espace de la circulation de l’eau et de sa composition chimique. Cette représentation de la réalité peut alors aider à la prise de décision.

Biographie Jocelyne Erhel (Rennes Bretagne Atlantique)

Jocelyne Erhel est directrice de Recherche Inria à Rennes et responsable de l'équipe de recherche SAGE. Ses travaux portent sur le calcul scientifique et la simulation numérique. Elle dirige des projets de recherche pluridisciplinaire sur la modélisation et la simulation du transport de polluants dans des nappes phréatiques. Elle est d’autre part responsable scientifique d’Interstices, une revue de culture scientifique en ligne, qui traite d’informatique et mathématique.

Internet des objets : objets connectés et intelligence ambiante (déjà aujourd’hui, des dizaines de milliards d'objets sont connectés).

HOP, Hip-Hop ou les moyen d’un dialogue efficace entre les objets

La démonstration : L'équipe Indes étudie les modèles de la programmation diffuse et conçoit de nouveaux langages de programmation pour les applications diffuses sécurisées. Les applications diffuses exigent de fortes garanties de sécurité puisqu'elles consistent essentiellement à partager des informations privées sur des réseaux constitués de noeuds peu fiables et peu sures. Manuel Serrano présentera le projet Hop qui est une plateforme d'exécution pour le Web diffus

Manuel Serrano (EP Indes)
Manuel Serrano est directeur de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée. Il est le responsable de l'équipe-projet Indes (Informatique Diffuse et Sécurisée). Il est aussi le responsable du projet Hop qui est une plateforme d'exécution pour le Web diffus. Il a donné un cours au Collège de France sur la programmation diffuse.

Les traces numériques de nos smartphones et la vie privée

La démonstration : Les smartphones, incontournables outils du quotidien, concentrent et génèrent un volume important de données personnelles. Ces données, par nature sensibles, sont convoitées par de nombreux acteurs économiques, en particulier dans le domaine de la publicité en ligne. Au travers du projet Mobilitics, mené conjointement par Inria et la CNIL, nous analysons ces pratiques qui conduisent souvent à des collectes de données qui sont tout à la fois massives, qui échappent aux frontières nationales, et qui se font à l’insu des utilisateurs.

Vincent Roca (Grenoble Rhone-Alpes)
Vincent Roca
est Chargé de Recherche au centre Inria de Grenoble Rhône-Alpes, et membre de l'équipe PRIVATICS d'Inria. Longtemps actif dans le domaine des protocoles et composants permettant des communications efficaces, et en particulier sur les smartphones, il s'intéresse également à l'analyse des risques en termes de vie privée liés à leur usage. Il est co-auteurs de plusieurs standards (au sein de l'IETF en particulier) et logiciels utilisés dans ce domaine (par exemple http://openfec.org).

Claude Castelluccia (Grenoble Rhone-Alpes)
Claude Castelluccia
est directeur de recherches au centre Inria de Grenoble - Rhône Alpes. Il dirige l'équipe PRIVATICS qui travaille sur la protection de la vie privée et le numérique. Claude Castelluccia s'intéresse plus particulièrement à la "dataveillance" (surveillance par les données), l'équilibre entre sécurité et protection de la vie privée, la conception de systèmes qui préservent la vie privée par défaut ("Privacy By Design") et l'anonymisation des données dans le contexte du "Big Data". Il collabore étroitement avec la CNIL sur ces sujets, notamment dans le cadre du projet Mobilitics.

Claude Castelluccia dirige des thèses de doctorat, et enseigne régulièrement dans plusieurs universités et écoles d'ingénieurs. Il a effectué des nombreux séjours de recherches à l'étranger, notamment à l'Université de Californie, Irvine et Berkeley, et à Stanford.

projet Europeen UbiSec&Sens : http://www.ist-ubisecsens.org/

Le wifi, les traces numériques et la vie privée

La démonstration : La technologie Wi-Fi, équipant de plus en plus de téléphones mobiles, représente une menace pour notre vie privée. En effet les appareils équipés d’une interface Wi-Fi diffusent sur les ondes radios des messages contenant des informations à caractère personnel. Cette démonstration présentera une visualisation en temps réel des informations diffusées par les terminaux mobiles présents dans la salle. L’objectif de ces travaux est de mettre en évidence une faille de vie privée dans un but de sensibilisation des utilisateurs, des fabricants et du législateur.

Mathieu Cunche (Grenoble Rhone-Alpes)
Mathieu Cunche est Maître de Conférences à l'INSA-Lyon, membre du laboratoire CITI et de l'équipe Inria Privatics. Il est docteur en Informatique de l'Université de Grenoble et Ingénieur diplômé de l'ENSIMAG. Ses travaux de recherche s'articulent autour des problématiques de protection de la vie privée et de sécurité liées aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Il s'intéresse en particulier aux implications pour la vie privée de l'utilisation des technologies radio sur les terminaux mobiles. Les systèmes de communications anonymes ainsi que le problème de la censure d'Internet font également partie de ses centres d'intérêt.

Pour "vie privée et smartphones"

le document de la CNIL fournit des informations complémentaires,: http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/La_CNIL/publications/DEIP/Lettre_IP_N-8-Mobilitics.pdf

Sous une forme plus graphique, la synthèse de cette étude (infographie CNIL) : http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/infographie-mobilitics-saison-2-android/

Pour "vie privée et réseaux wifi"

Document audio sur le site Interstice : « Quand les terminaux mobiles jouent les mouchards de poche » https://interstices.info/jcms/ni_74624/quand-les-terminaux-mobiles-jouent-les-mouchards-de-poche

Communication Inria sur les travaux sur le Wi-Fi et les liens sociaux : « Je sais avec qui tu vas passer la soirée ! » https://www.inria.fr/centre/grenoble/actualites/je-sais-avec-qui-tu-vas-passer-la-soiree Article dans la revue MISC (un peu technique): « Smartphone, Wi-Fi et vie privée : comment votre smartphone peut se révéler être votre pire ennemi" http://connect.ed-diamond.com/MISC/MISCHS-008/Smartphone-Wi-Fi-et-vie-privee-comment-votre-smartphone-peut-se-reveler-etre-votre-pire-ennemi

Organiser les données (culturelles, environnementales, de santé) pour leur donner du sens : le Web sémantique. Exemple : DiscoveryHub

La démonstration : Discovery Hub est un moteur de recherche exploratoire qui aide ses utilisateurs à découvrir des sujets inconnus en offrant notamment des facilités de navigation, de compréhension et de tri des résultats. Il repose sur l’interrogation, le raisonnement et l'exploration des bases de données publiées et liées sur ce que l'on appelle le web sémantique.

Fabien Gandon et Nicolas Marie (Sophia Antipolis Mediterranée)
Fabien Gandon
est directeur de Recherche à Inria et responsable de l'équipe Wimmics (Inria, I3S, CNRS, Université de Nice.) qui étudie des méthodes, modèles, outils et algorithmes pour concilier le Web social, essentiellement tourné vers les usagers, et le Web sémantique, essentiellement tourné vers les machines et les logiciels. Fabien est aussi représentant d'Inria au consortium international de standardisation pour le Web (W3C) et membre de plusieurs groupes de travail du consortium notamment dans le domaine du Web de données, des Données liées et du Web sémantique.

Nicolas Marie (Sophia Antipolis Mediterranée)
Nicolas Marie est doctorant dans le cadre d’une convention Cifre avec Alcatel-Lucent Bell Labs et l’équipe Edelweiss, spécialisée dans le web sémantique, à Inria Sophia Antipolis dont l'objectif est d'iinventer les services de demain pour les réseaux sociaux en s’appuyant sur les technologies sémantiques.

Produire demain (les enjeux de la production additive et de l’impression 3D)

La démonstration : Vers une personnalisation des objets existants : démonstration d’impression 3D, issues des travaux de Shape Forge, ou comment explorer des méthodes facilitant la création d'objets à partir d'exemples.

Sylvain Lefebvre (Nancy – Grand-Est)



Sylvain Lefebvre

Après une thèse dans le domaine de l’image de synthèse, Sylvain Lefebvre a passé un an à Seattle dans les laboratoires de Microsoft en 2005 avant de rejoindre Inria. Dès le départ, il a cherché à optimiser le calcul des textures qui habillent les images de synthèse. Récompensés en 2010 par le prix Eurographics, ses travaux ont eu un impact considérable dans les mondes académique et industriel.Sylvain est chercheur au sein de l’équipe ALICE du centre de Nancy Grand-Est. Sa recherche se focalise sur la production procédurale de contenus, la manipulation de contenus par les utilisateurs finaux et les structures de données adaptées aux GPU pour les applications interactives, les jeux et l’impression 3D.

Robotique

Poppy, le robot open source :

Poppy – coquelicot en français – est un petit robot humanoïde (84 cm, 3 kg) open-source et imprimé en 3D créé par l’équipe de recherche Flowers. C'est une plateforme robotique commune d’échange sur laquelle travaillent les chercheurs de l'équipe Flowers, sous la supervision de Pierre-Yves Oudeyer, responsable de l’équipe. Elle a pour but de tester différentes morphologies mécaniques et algorithmes de contrôle du robot et de partager entre utilisateurs les résultats obtenus.

Pierre-Yves Oudeyer et Pierre Rouanet (Bordeaux Sud-Ouest)

Pierre-Yves Oudeyer, directeur de recherche chez Inria, étudie les mécanismes de l'apprentissage et du développement sensorimoteur, cognitif et social chez l'humain et chez les robots. Suivant une approche multidisciplinaire, où les sciences du numérique participent à notre compréhension du vivant et de l'homme, il s'intéresse au rôle de l'auto-organisation et de l'apprentissage au cours des interactions entre cerveau, corps et environnement physique et socia

En particulier, il étudie le rôle de la curiosité et des motivations intrinsèques dans l'acquisition de nouveaux savoir-faire, et a joué, avec ses collaborateurs, un rôle pionnier dans l'élaboration de mécanismes de curiosité en robotique et en intelligence artificielle. Ces expérimentations robotiques ont aussi mené à des hypothèses nouvelles sur l'organisation du développement cognitif chez l'enfant, et la manière dont il découvre progressivement son corps et les interactions avec son environnement.

Il a également étudié la manière dont des langues nouvelles peuvent se former dans des communautés d'individus, et en particulier en construisant et en analysant des populations de robots capables d'inventer leurs propres langues.

Lauréat du programme européen ERC et du prix Le Monde de la recherche universitaire, il dirige l'équipe Flowers chez Inria et à l'Ensta ParisTech, et a été chercheur au Sony Computer Science Laboratory à Paris.

Il participe aussi activement à la diffusion des sciences vers le grand public, au travers de l'écriture d'articles et de livres de vulgarisation, et en participant à des expositions sur les sciences. Il a notamment participé à l'exposition "Mathématiques: Un Dépaysement Soudain" à la Fondation Cartier, et collaboré avec le cinéaste David Lynch dans le cadre du projet Ergo-Robots.

Patrick Guillaud (ingénieur - Grenoble Rhône-Alpes)

Patrick Guillaud est arrivé à la Direction du Développement Technologique d’Inria depuis avril 2010 pour s’occuper des relations entre le développement technologique et ses aspect sociétaux. Titulaire d’un doctorat en sciences de l’information et de la communication Patrick a débuté son parcours professionnel dans le domaine technique dans l’aéronautique, dans le domaine des systèmes d’information pour l’industrie automobile, puis en R&D dans le domaine des telecoms. Son activité de recherche concerne la conception des produits complexes par des équipes hétérogènes.

- http://vimeo.com/96262428 >> Time lapse of Poppy humanoid's assembly

- http://vimeo.com/76917854 >> Poppy humanoid beta Overview

Modéliser et Commander des robots mous (déformables).

La démonstration : La robotique déformable va apporter un nouveau souffle à la conception mécatronique des robots de demain: ils ne seront plus uniquement rigides mais seront composés de structures complexes, qui créent le mouvement par déformation, proches des tissus organiques que l’on peut trouver dans la nature. Ces robots déformables ouvrent des perspectives en terme d’applications, de réduction des coûts de fabrication, de robustesse, et de sécurité.... L'équipe Defrost propose d’intégrer une modélisation précise et temps-réel des déformations du robot et de nouvelles approches inverses pour permettre l’interaction avec son environnement.

Christian Duriez (Lille Nord Europe)
Diplômé de l'Institut Catholique d’Arts et Métiers of Lille et docteur en robotique, et récemment titulaire d'une habilitation à diriger les recherches, Christian Duriez a travaillé au CEA, après un passage au CIMIT SimGroup à Boston. Il est aujourd'hui responsable de l'équipe Defrost, où il s'intéresse à la simulation d'objets déformables, au calcul d'interactions et au retour haptique. Ses recherches trouvent des applications notamment dans la médecine.