Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le Prix Européen 
du Livre d'Économie


Le Prix Européen du Livre d'Économie est né en l'an 2000 d'un partenariat entre l'association Lire la Politique et EDF. Ce prix récompense un ouvrage écrit en français ou traduit, publié en France et paru dans l'année écoulée. Les ouvrages sélectionnés sont consacrés à la réflexion économique et les thèmes traités doivent s'adresser à un public européen. Cette année, ce prix sera remis conjointement par M. Christian Poncelet, Président du Sénat, et M. François Roussely, Président d'Électricité de France.

 

 

 
   Le jury du Prix Européen 
   du Livre d'Économie 2002

 

Président du Jury

François Roussely, Président d'Électricité de France

Secrétaire Générale

Luce Perrot, Présidente-fondatrice de «Lire la Politique»

Courrier International

Alexandre Adler

The Economist

John Andrews

Süddeutsche

Gerhard Blaske

Électricité de France

Gérard Creuzet

Le Figaro

Jean de Belot

Wirtchaftwoche

Monica Dunkel

International Herald Tribune

Joseph Fitchett

OFCE

Jean-Paul Fitoussi

Les Echos

Erik Izraëlewicz

Journaliste

Gilles Le Gendre

Financial Times

Victor Mallet

El Païs

Octavi Marti

Le Monde de l'Économie

Serge Marti

La Stampa

Cesare Martinetti

La Tribune

Philippe Mudry

Handelsblatt

Christoph Nesshöver

Le Pli

Guy Perrimond

TF1-LCI

Jean-Marc Sylvestre

 

«La réflexion économique au service de l'homme»
par François Roussely, Président d'EDF

L'économie n'est pas une science exacte, elle génère le débat et a donc toute sa place dans ce haut lieu de la démocratie parlementaire que représente le Sénat, où va se tenir, au mois de novembre prochain, la quatrième édition de la Journée du Livre d'Économie. Créée par Luce Perrot et placée sous le Haut patronage du Président Christian Poncelet, cette manifestation est devenue l'un des rendez-vous attendus de la rentrée. Le groupe EDF se réjouit d'y participer, en tant que parrain du Prix Européen du Livre d'Économie.

Pourquoi un Prix Européen du Livre d'Économie? Parce que jamais nous n'avons eu autant besoin de réflexion, d'échange sur l'art de "bien tenir notre domaine", objet et sens de "l'Oiconomia" , écrit par Xénophon il y a plus de 2400 ans. Depuis ce dernier traité, notre domaine s'est élargit : c'est l'Europe, dont il faut construire l'identité dans un univers de plus en plus complexe. L'ambition du Prix Européen du Livre d'Économie est de proposer aux citoyens européens des réflexions stimulantes pour éclairer et alimenter les grands débats qui se livrent autour de nos aspirations souvent contradictoires. Car nous rêvons d'une société européenne plus équitable, plus sûre, moins impitoyable aux faibles, mais aussi plus libre, plus ouverte aux initiatives, à la concurrence et pouvant donc générer inégalités et incertitudes.

Les économistes peuvent-ils nous aider à résoudre ces contradictions? Même si leurs livres ne peuvent apporter des réponses absolues, chacun d'eux est un éclairage qui nous aide à trouver notre propre route. C'est pourquoi EDF soutient leur promotion. Car nous avons besoin d'inventer de nouveaux chemins pour construire un progrès qui ne soit pas "insoutenable", ce "sustainable development", usuellement traduit en "développement soutenable". Au-delà des établissements publics qui visent l'intérêt général, au-delà des firmes centrées sur la maximisation de leurs résultats, nous devons chercher de nouvelles formes d'entreprise qui conjuguent ces différents objectifs au service de l'homme.

Nous sommes tous concernés, citoyens, responsables d'entreprises et responsables politiques, car l'économie est l'affaire de tous, notre "res publica". Cette recherche, l'Europe, qui se construit sur la base ouverte de la pluralité des cultures, est la mieux placée pour la mener à bien.

Lisons, pensons l'économie et aimons-la puisque, selon le Socrate de Xénophon : "la nature fait que nous aimons tout ce dont nous pouvons tirer profit".

 

Lauréats précédents :
«Ils ont reçu le Prix Européen du Livre d'Économie»


Prix du Jury 2001

Amartya Sen est né en Inde en 1933 où il commence sa carrière d'universitaire avant de partir en Angleterre. Titulaire d'un doctorat de l'université de Cambridge (1958), il fut chargé de cours au Trinity College à Cambridge (1957-1963), puis enseigna à l'université de Delhi (1963-1971), à la London School of Economics (1971-1977), à l'université d'Oxford (1977-1980), puis aux USA (à Harvard) dans les années 1990. Il est actuellement professeur au Trinity College de Cambridge et professeur visiteur à Harvard où il enseigne l'économie et la philosophie. Il reçoit en 1998 le Prix Nobel d'Economie.

Un nouveau modèle économique
aux Éditions Odile Jacob

Ni anti-mondialisation, ni anti-marché, Amartya Sen propose dans son ouvrage une nouvelle approche du développement. S'appuyant sur le modèle de pensée dit " utilitariste " (le plus grand bonheur pour le plus grand nombre), il renouvelle la pensée libérale.
Pour Sen, les objectifs prioritaires du développement doivent être les libertés individuelles, en ce qu'elles deviennent les véritables facteurs du progrès. Le développement doit privilégier les libertés individuelles - qui sont les possibilités et les opportunités concrètes données aux individus d'un " choix de vie " - et non pas sacrifier à " la croissance pour la croissance " qui s'appuie ici sur une augmentation globale du revenu des nations (PNB).
Sen distingue les libertés politiques (libre expression, élection) des libertés sociales (accès à l'éducation, à la santé) rendues possibles par la démocratie, et où le marché en tant que lieu d'échange et de production, favorise la participation des individus et permet une amélioration du niveau de vie.
Enfin, l'auteur démontre admirablement combien le niveau de développement d'une nation n'est pas égale à sa richesse (il prend pour exemple les effets pervers des démocraties libérales dans leur capacité à créer de l'exclusion), mais bien à la qualité de la répartition des biens, services et revenus offrant la possibilité d'une initiative individuelle.

Prix du Jury 2000

David S. Landes est né en 1924, historien et économiste de formation, il est connu du public français pour L'Europe technicienne (1975), L'Heure qu'il est (1987) et Banquiers et pachas (1993). Mais sa notoriéré est mondial ses ouvrages sont publiés dans le monde entier. Il est membre de l'Académie Nationale des Sciences, de l'Académie Américaine des Arts et des Sciences, de la Société américaine de philosophie, de l'académie britannique...
Il est actuellement professeur d'histoire de l'économie à l'université de Harvard.

Richesse et pauvreté des nations
aux Éditions Albin Michel

" L'inégalité entre nations riches (peu nombreuses) et nations pauvres (la majorité) est un des problèmes les plus préoccupants de notre temps ". En écrivant ce livre, David S. Landes a voulu " faire de l'histoire mondiale ", c'est-à-dire mettre l'accent sur les valeurs propres à chaque société comme facteur explicatif des performances économiques. Combattant avec un solide bon sens les dogmatismes à la mode - le tiers-mondisme, le relativisme culturel, l'anti-occidentalisme, etc. -, David S. Landes n'hésite pas à réhabiliter la géographie qui montre une " vérité désagréable " - la nature distribue inégalement ses bienfaits.
Avant tout historien, l'auteur recherche les racines historiques des inégalités actuelles entre les nations. En trente chapitres d'une étourdissante érudition, nous parcourrons le monde entier : de l'Europe de l'An Mille au théâtre de la Révolution industrielle, en passant, entre autres par la Chine et le monde islamique, nous suivons la lente et irrésistible division du monde entre pays riches et pays pauvres.
On comprendra pourquoi, d'après l'auteur, le prix d'excellence va aux Etats-Unis, et la deuxième place revient au Japon : pays au capital humain " culturellement déterminé " ; on comprendra aussi pourquoi, depuis sa publication, cette somme d'histoire économique et sociale a provoqué d'âpres débats dans le monde anglo-saxon. Ce livre, en effet, nous oblige à porter un regard neuf sur ce que David S. Landes souligne avec force : le rôle décisif de l'Occident comme force motrice du développement économique et de la modernité. "