Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

MÉDIASÉNAT MARSEILLE : UNE EXPOSITION POUR DÉCOUVRIR LE SÉNAT D'AUJOURD'HUI


Le mot du Président
Les sénateurs de la région PACA
MédiaSénat ouvre ses portes à Marseille
Revue de presse
Les établissements scolaires visitent l'exposition


MédiaSénat à Marseille

MédiaSénat Marseille

Tous les jours 
de 10h00 à 19h00

Entrée gratuite

(Numéro vert pour la réservation des groupes :
0800 20 14 41
appel gratuit)

 

MédiaSénat Marseille
Cours d'Estienne d'Orves / Vieux Port
du 24 mai au 17 juin 2001

La décentralisation au menu des Etats Généraux des élus locaux le 15 juin à Marseille.

L'exposition MédiaSénat, qui a pour objet de mieux faire connaître le Sénat d'aujourd'hui grâce aux nouvelles technologies de l'information,  a été présentée pour la première fois à Paris à l'automne 1998.

Le Sénat a souhaité rendre itinérante cette exposition dans toutes les régions françaises afin d'en faire bénéficier tous nos concitoyens.

puce_v_b.gif (50 octets) MédiaSénat Orléans
puce_v_b.gif (50 octets) MédiaSénat Lorraine
puce_v_b.gif (50 octets) MédiaSénat Clermont-Ferrand

Cette exposition largement ouverte au public présente, sous forme d’animation audiovisuelle et informatique d’images et de sons, le travail du Sénat d’aujourd’hui.
puce_v_b.gif (50 octets) Pour en savoir plus

media_enfants2.jpg (15210 octets)


Le mot du Présidenthaut

L'exposition MédiaSénat, qui a pour objet de faire découvrir le Sénat d'aujourd'hui grâce aux nouvelles technologies de l'information, a été présentée pour la première fois à Paris à l'automne 1998.

Le Sénat a souhaité rendre itinérante cette exposition dans toutes les régions françaises afin d'en faire bénéficier tous nos concitoyens.

Cette exposition, largement ouverte au public, présente, sous forme d'animation audiovisuelle et informatique d'images et de sons, le travail du Sénat d'aujourd'hui.

Divisée en trois espaces, l'exposition s'ouvre sur un espace patrimoine qui permet de découvrir sous une forme inhabituelle le Palais du Luxembourg, le Jardin et les 321 Sénateurs qui y travaillent.

L'espace législatif organisé autour d'un hémicycle stylisé offre, sous une forme attractive, les informations utiles à la compréhension des principales activités du Sénat : le travail législatif, la mission de contrôle et la fonction de proposition.

L'exposition se prolonge par un troisième espace, celui du futur, des nouvelles technologies et de l'international, qui s'ordonne autour d'un globe terrestre et des 75 pays qui sont aujourd'hui dotés de deux chambres.

Le visiteur peut découvrir un Sénat tourné vers l'extérieur, organisateur de colloques, soucieux de contacts internationaux, attentif aux incidences des nouvelles technologies sur la société et sur l'avenir de la démocratie, son ouverture vers la jeunesse et son enracinement dans les réalités françaises.

L'espace du futur est aussi un espace de communication au sein duquel chacun pourra se familiariser avec les nouvelles technologies et accéder aux richesses des sites Internet du Sénat et ses prolongements.

Aller à la rencontre du citoyen, l'aider à se situer dans les institutions en devenant l'acteur de son propre destin, tel est l'enjeu d'une exposition symbole d'un Sénat ambitieux, dynamique et moderne.

Christian Poncelet
Président du Sénat

 

Les sénateurs de la région PACAhaut

Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin,
maire de Marseille,
sénateur des Bouches-du-Rhône.

Jean-Noël Guérini
Jean-Noël Guérini,
président du Conseil général et
sénateur des Bouches-du-Rhône.

Claude Domeizel
Claude Domeizel
sénateur des Alpes de Haute-Provence

José Balarello
José Balarello,
sénateur des Alpes-Maritimes

Charles Ginésy
Charles Ginésy,
sénateur des Alpes-Maritimes

Pierre Laffitte
Pierre Laffitte
sénateur des Alpes-Maritimes

Jacques Peyrat
Jacques Peyrat,
sénateur des Alpes-Maritimes

Henri d'Attilio
Henri d'Attilio,
sénateur des Bouches du Rhône

Robert Bret
Robert Bret,
sénateur des Bouches du Rhône

Francis Giraud
Francis Giraud
sénateur des Bouches du Rhône

Jean-François Picheral
Jean-François Picheral
sénateur des Bouches du Rhône

André Vallet
André Vallet,
sénateur des Bouches du Rhône

Marcel Lesbros
Marcel Lesbros,
sénateur des Hautes-Alpes

Hubert Falco
Hubert Falco
sénateur du Var

René-Georges Laurin
René-Georges Laurin,
sénateur du Var

François Trucy
François Trucy,
sénateur du Var

Alain Dufaut
Alain Dufaut,
sénateur du Vaucluse

Claude Haut
Claude Haut,
sénateur du Vaucluse


Revue de pressehaut

 


  Mardi 29 mai 2001 - Le Dauphiné Libéré - Article de José d'Arrigo


« MédiaSénat » : L'expo qui ouvre les coulisses du Sénat

Marseille. L'exposition MédiaSénat qui recrée sur le Vieux-Port un Sénat miniature a ouvert ses portes vendredi jusqu'au 17 juin.

En cette occasion, les sénateurs Alain Dufaut et Claude Haut ont prévu de se transformer en guides d'un jour lors de la venue des scolaires.

Contrairement à ce que beaucoup de citoyens s'imaginent, le Sénat n'est pas exclusivement composé de vieilles barbes qui viennent pantoufler au Palais du Luxembourg pour y jouir durant neuf ans de confortables indemnités, c'est une assemblée vivante, utile et qui permet de corriger les excès ou les approximations de l'autre Assemblée nationale, celle des députés réunie au Palais Bourbon.

Pour sensibiliser le public à la « modernité » du Sénat, le Président actuel M. Christian Poncelet, sénateur des Vosges, a décidé d'ouvrir le plus largement possible les coulisses de l'assemblée des sages en organisant une expo itinérante dans les grandes villes.

Présentée pour la première fois à Paris en 1998, l'expo a tourné successivement à Strasbourg, Lille, Caen, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Metz, Orléans et Marseille depuis vendredi. « C'est une occasion unique pour les Provençaux, notamment les jeunes, de découvrir l'institution qu'est le Sénat et même de jouer aux sénateurs lorsqu'ils élaborent un texte de loi », explique Sophie de Gaulle, chargée de mission au Sénat.

Il est vrai que cette expo a été conçue de façon ludique et pédagogique et qu'elle n'a rien de « barbant ». De nombreuses classes se passionnent déjà pour cette visite et tout professeur intéressé peut réserver une heure de visite au 08.00.20.14.41.

L'entrée est gratuite et les portes sont ouvertes de 10 heures à 19 heures. Seul petit conseil, cette expo se déroule sous un chapiteau exposé en plein soleil au cœur du Cours d'Estienne-d'Orves et il a tendance à se transformer en véritable étuve : ne pas oublier de se munir d'un mouchoir pour s'éponger le front et d'une bouteille d'eau pour se désaltérer.

Jean-Claude Gaudin, vice-président du Sénat et Christian Poncelet qui brigue un second mandat, inaugureront officiellement cette expo le 30 mai en animant un débat sur le thème suivant : « Le Sénat un contrepouvoir utile à la démocratie ? ». Le journaliste Hervé Vaudoit sera chargé de poser les questions que se posent les gens du style : Le Sénat, qu'est-ce que c'est ? A quoi ça sert ? Est-ce que de Gaulle avait raison ou tort de l'éliminer ? Combien gagne un sénateur (environ 40 000 francs par mois).

Pour retracer l'histoire de la chambre, son rôle et son fonctionnement, l'expo présente un mini-hémicycle agrémenté de fauteuils grenats inspiré du « vrai ». Là, les visiteurs peuvent s'asseoir en demi-cercle et participer à une séance fictive du Sénat pour élaborer eux-mêmes le texte de loi de leur choix en l'amendant au fur et à mesure...

D'austère, la présentation de la Haute Assemblée devient attrayante. La visite se fait avec un casque audio sur la tête et elle a su épargner aux jeunes de grands panneaux bourrés de phrases indigestes calquées sur la langue de bois.

Plusieurs des 18 sénateurs de la région PACA (Alain Dufaut et Claude Haut pour le Vaucluse) ont prévu de se transformer en guides d'un jour lors de la venue des scolaires. Leur travail est facilité par dix grands écrans, 13 moniteurs vidéo, 10 jeux interactifs.

Ils ne verront pourtant nulle part cette conférence extraordinaire que nous avait faite Jean-Claude Gaudin en 1994 : « Au Sénat, on tue aussi. Mais quand les cadavres tombent, ils font moins de bruit parce que la moquette y est plus épaisse... ».


  Jeudi 31 mai 2001 - La Marseillaise - Article de Françoise Vernahaut


Poncelet inaugure MédiaSénat

C'est aux côtés de Jean-Claude Gaudin, que Christian Poncelet, Président du Sénat, a inauguré hier à Marseille l'exposition MédiaSénat.

Entouré des principaux élus de la droite marseillaise, venus en force, et de trois sénateurs sur les 18 de la région PACA (outre Jean-Claude Gaudin seuls Henri d'Attilio et Francis Giraud étaient présents), Christian Poncelet s'est montré très critique à l'égard de l'Assemblée nationale et du gouvernement notamment sur le projet de loi sur la Corse. Mais si Christian Poncelet « n'accepte pas la dévolution même partielle du pouvoir législatif », il n'est pas hostile « à la reconnaissance pour toutes les régions d'une possibilité d'adaptation aux réalités locales de la réglementation nationale ». Il aura l'occasion d'évoquer ce thème lors des Etats généraux des élus locaux organisés par ses soins à Marseille à la mi-juin.

Hier il s'agissait avant tout de faire la promotion de l'exposition MédiaSénat avec, en faire-valoir, un débat particulièrement bien cadré, auxquels participaient de « simples citoyens », en l'occurrence des lecteurs choisis par le quotidien La Provence, partenaire de l'opération.

Dehors, une délégation de militants pour le droit de vote des étrangers aux élections locales, avaient dressé une urne symbolique, histoire de rappeler que la majorité de droite du Sénat refuse d'inscrire cette loi (votée en première lecture à l'Assemblée, le 3 mai 2000) à son ordre du jour. Ils ont pu, très rapidement, avant que ne débute sous chapiteau la rencontre avec les lecteurs de La Provence, interpeller Christian Poncelet et Jean-Claude Gaudin sur leurs intentions. Le premier a renvoyé la balle dans le camp du gouvernement. Le second a été plus clair : « Je vous répondrai par écrit mais je peux vous dire que pour l'instant c'est non ».


Jeudi 31 mai 2001 - La Provence - Article de Laurent Léonardhaut


Poncelet et Gaudin « vendent » le Sénat

Le président et le vice-président de la Haute Assemblée ont inauguré, hier, l'expo consacrée au Sénat, en répondant aux questions du public lors d'un débat

Le président du Sénat, Christian Poncelet et Jean-Claude Gaudin, respectivement président (RPR) et vice-président (DL) de la Haute Assemblée, ont inauguré, hier, l'exposition itinérante MédiaSénat consacrée au fonctionnement de la deuxième chambre du Parlement français. Le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous... de même qu'un comité d'accueil, imprévu, constitué d'une dizaine de militants favorables au droit de vote des résidents étrangers, postés devant le chapiteau abritant l'expo, Cours d'Estienne-d'Orves.

Un rempart contre le totalitarisme

Christian Poncelet et Jean-Claude Gaudin ont ensuite participé, dans la réplique en miniature de l'hémicycle du Palais du Luxembourg, installé au cœur de l'expo, à un débat sur « Le Sénat, un contre-pouvoir à la démocratie ? », animé par notre confrère Hervé Vaudoit, en présence de plusieurs lecteurs de La Provence qui ont posé différentes questions.

De nombreux autres élus étaient présents pour l'occasion dont Francis Giraud, sénateur‑maire (RPR) de Roquefort‑La‑Bédoule, Henri d'Attilio, sénateur-maire (PS) de Châteauneuf-Les-Martigues, Claude Haut, sénateur, président (PS) du Conseil général du Vaucluse, et Renaud Muselier, député (RPR) des Bouches‑du‑Rhône et premier adjoint au maire de Marseille, de même que Ghislain Le Leu, PDG et directeur de la publication de La Provence, et René Gérard, directeur adjoint de la rédaction du journal. D'entrée, Christian Poncelet a défendu le bicamérisme (Assemblée nationale et Sénat) : « J'ai connu des démocraties basées sur une seule chambre législative. Si au départ cela peut donner plus d'autorité due à une certaine complicité entre l'assemblée unique et le gouvernement, cela dérive vite vers l'autoritarisme et le totalitarisme ».

« L'Assemblée nationale mène les débats avec passion, le Sénat le fait par raison », a ajouté Jean-Claude Gaudin.

L'actualité passée en revue

Au fil des questions, Christian Poncelet s'est prononcé pour « plus de décentralisation, en donnant les moyens financiers aux collectivités locales d'exercer leurs nouvelles compétences », pour « une sanction des mineurs dès la première faute pour éviter que ne s'installe un sentiment d'impunité propice aux récidives », pour « une reprise des liens étroits avec l'Algérie, même s'il s'agit d'un travail de longue haleine », et contre « un pouvoir législatif donné à la Corse en vue de modifier les lois de la République ».

De son côté, Jean-Claude Gaudin a défendu l'amendement gouvernemental adopté la nuit précédente par les sénateurs imposant une « déclaration préalable » pour l'organisation des rave parties. « C'est comme Attila, là où elles passent, l'herbe ne repousse pas », a déclaré le maire de Marseille, faisant allusion aux éventuels dégâts commis lors de telles réunions...

Christian Poncelet reviendra à Marseille à la mi-juin pour les Etats généraux des élus locaux.

En attendant l'expo se poursuit pour le public.


Vendredi 25 mai 2001 - La Provence - Article de Laurent Léonardhaut


La Haute Assemblée se met à la portée de tous

MédiaSénat a ouvert ses portes au grand public. A partir d'aujourd'hui, les classes sont invitées sous les 600 m² du chapiteau dressé sur le Cours d'Estienne-d'Orves

Saviez-vous que le Palais du Luxembourg, qui abrite aujourd'hui le Sénat, était à l'origine la résidence royale de la reine Marie de Médicis, qui commanda le bâtiment en 1615 parce qu'elle trouvait le Louvre inconfortable ? Que ce même Palais du Luxembourg a été transformé en prison juste après la Révolution ? Que c'est Napoléon Bonaparte qui y installa le premier Sénat (le sénat conservateur) en 1804 ? Que la Haute Assemblée compte aujourd'hui 321 élus, dont seulement 20 femmes ? Ou encore que plusieurs films y ont en partie été tournés du Comte de Monte-Cristo à Jet-Set ?

Toutes ces informations, et bien d'autres, sont égrenées au fil de la visite de l'exposition interactive consacrée au Sénat, proposée sur 600 m² sous chapiteau, Cours d'Estienne-d'Orves.

Un travail de vulgarisation

Hier, premier jour d'ouverture de la manifestation, plus d'une centaine de personnes ont fait plus ample connaissance, de manière ludique, avec la deuxième chambre du Parlement français. A partir d'aujourd'hui, l'expo, tout en restant ouverte au grand public, reçoit des classes scolaires. Car l'un des objectifs de MédiaSénat est de vulgariser le fonctionnement du Sénat qui reste moins « populaire » que l'Assemblée nationale, de par le mode d'élection des sénateurs notamment au suffrage universel indirect.

Avec un casque audio sur les oreilles, vous parcourez l'expo en vous arrêtant devant les télés et les moniteurs pour assister à certains débats de la Haute Assemblée, découvrir les sénateurs illustres et apprendre l'histoire de la chambre, suivre les élus sur le terrain ou encore entrer dans le détail des six commissions permanentes... Autres attractions, les postes internet, pour se connecter notamment sur le site officiel du Sénat (www.senat.fr), et l'hémicycle miniature de soixante places, où les visiteurs apprennent tout de l'importance du Sénat, en créant leur propre loi par l'intermédiaire d'écrans tactiles... De quoi se prendre pour un véritable sénateur, l'instant d'une séance virtuelle.

Tous les jours de 10 h à 19 h entrée gratuite
® L'exposition MédiaSénat, s'étendant sur 600 m² sous chapiteau, Cours d'Estienne-d'Orves, est ouverte au public jusqu'au 17 juin, de 10 heures à 19 heures. L'entrée est gratuite pour tous. Groupes et classes peuvent réserver au numéro vert  ) 0 800 20 14 41. La durée moyenne de la visite est d'une heure, un casque audio sur les oreilles.


Jeudi 24 mai 2001 - La Provence (Édition de Marseille)  
 
Article de Laurent Léonardhaut


Les coulisses du Sénat s'ouvrent au public

Jusqu'au 17 juin l'exposition MédiaSénat ouvre les portes de la Haute Assemblée, recréée en miniature sur Cours d'Estienne-d'Orves. Pour tout savoir

Attirer du monde avec une exposition sur le Sénat, ce n'était pas gagné d'avance. Mais le parcours dans la Haute Assemblée proposé au grand public sur le Cours d'Estienne-d'Orves est tout sauf une expo insipide faite de panneaux verticaux remplis de phrases. MédiaSénat ouvre ses portes aujourd'hui, l'inauguration par le Président du Sénat, Christian Poncelet, et le vice-président, Jean-Claude Gaudin, aura lieu le 30 mai. Il faut souhaiter que les Marseillais y entrent pour la visiter tant la manifestation est digne d'intérêt, à la fois pédagogique et ludique, faisant appel aux nouvelles technologies pour retracer l'histoire de la Chambre, son rôle et son fonctionnement. L'attraction de l'expo est sans conteste l'hémicycle de 60 places inspiré du vrai, au Palais du Luxembourg. Les visiteurs peuvent s'asseoir sur les bancs en demi-cercle, pour prendre part virtuellement à une séance du Sénat. A l'aide d'écran tactile, ils ont notamment la possibilité de créer leur propre loi. Ainsi, le fonctionnement du pouvoir législatif du Parlement (Assemblée nationale et Sénat), d'aspect austère, devient attrayant sous la forme d'un jeu.

Jouer aux sénateurs

Présentée pour la première fois à Paris à l'automne 1998, l'exposition a depuis tourné dans plusieurs villes : Strasbourg, Lille, Caen, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Metz -qui détient le record d'affluence avec 19.000 visiteurs-, Orléans et Marseille. « C'est l'occasion pour les Provençaux qui ne montent pas à Paris de découvrir depuis le Vieux-Port l'institution qu'est le Sénat et de jouer aux sénateurs », explique Philippe Cerez, directeur de la communication de la Haute Assemblée. Car outre l'hémicycle, tout ce qui a trait au Sénat est ici regroupé : son histoire, à travers des portraits audiovisuels de sénateurs illustres tels que Victor Hugo, Jules Ferry et Georges Clémenceau, son organisation en commissions expliquée via des bornes TV interactives, ses débats diffusés sur écran, etc. La visite se fait avec un casque audio sur les oreilles. A noter que plusieurs des 18 sénateurs que compte PACA, ont prévu de se transformer en guide d'un jour, lors de la venue de classes scolaires.

Bon à savoir

® L'exposition MédiaSénat est ouverte à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 17 juin inclus, de 10 h à 19 h, Cours d'Estienne-d'Orves. Entrée gratuite. Les groupes et les classes peuvent réserver au numéro vert ) 0 800 20 14 41. La durée moyenne de la visite est d'une heure.
® L'expo de 600 m² sous chapiteau, se compose notamment d'un hémicycle de 70 m² de surface d'images projetées sur 10 grands écrans, de 13 moniteurs vidéo, de 10 jeux interactifs sur le Sénat dont trois pour les jeunes, d'un trombinoscope des 18 sénateurs de la région, d'un espace souvenirs et librairie, etc.
® 75 pays disposent d'une seconde chambre tel le Sénat en France. Ils sont indiqués sur un globe terrestre géant.
® Le Palais du Luxembourg, qui abrite le Sénat, à Paris, a d'abord été, dès 1625, la résidence royale de la reine Marie de Médicis, puis une prison après la Révolution. Napoléon Bonaparte y installe le premier Sénat en 1804.


Jeudi 24 mai 2001 - La Marseillaise - Article de Françoise Vernachaut


EXPOSITION

Le Sénat s'invite à Marseille

L'exposition qui s'ouvre aujourd'hui sur le Cours d'Estienne-d'Orves est destinée à mieux faire connaître la 2e Chambre du Parlement. C'est aussi une belle opération d'auto-promotion.

A Marseille, le Sénat est un peu chez lui. Et pour cause : Jean-Claude Gaudin (DL) en est le vice-président. Et le maire de Marseille est pour beaucoup dans la venue de l'exposition MédiaSénat.

Son but : mieux faire connaître le fonctionnement de la Haute Assemblée et le travail des 321 sénateurs. Si elle s'adresse à tous, MédiaSénat vise avant tout le public jeune. A partir de demain, les scolaires vont se succéder sous le vaste chapiteau dressé Cours d'Estienne-d'Orves. Ils pourront s'installer dans l'hémicycle d'une cinquantaine de places, reproduction en miniature de celui du Palais du Luxembourg. Là, à l'aide d'ordinateurs, les enfants suivront le parcours d'une loi, pourront eux-mêmes amender un projet de loi (pour de rire bien sûr). Même le livre d'or, en fin de parcours, est informatisé ! L'expo utilise en effet les nouvelles technologies avec pas moins de 70 m² de surface d'images projetées sur 10 écrans géants, des liaisons Internet en libre accès. L'expo se visite un casque sur les oreilles afin de suivre le parcours jalonné de 13 moniteurs vidéo qui diffuseront notamment les débats les plus récents du Sénat.

Réalisée par le service communication du Sénat, cette exposition est aussi une belle opération d'auto-promotion pour la 2e Chambre du Parlement, à majorité de droite. A quelques mois du renouvellement de la Présidence et d'autres échéances électorales, Christian Poncelet (RPR), actuel président du Sénat, viendra lui même l'inaugurer la semaine prochaine, entourés des 18 sénateurs de la région PACA dont Jean-Claude Gaudin. Ce dernier a d'ailleurs fait savoir qu'il ne briguerait pas la Présidence... du moins cette fois-ci.

En marge de l'exposition, le Sénat organise le 15 juin à Marseille des États généraux des élus locaux sur le thème de la décentralisation.


Vendredi 4 mai 2001 - La Provence - Article de Thierry Noirhaut


Le Sénat veut montrer qu'il n'est pas « ringard »

Une exposition consacrée à la Haute Assemblée sera organisée 
cours d'Estienne-d'Orves du 24 mai au 17 juin

Ce n'était pas une déclaration de guerre mais cela y ressemblait. Pour Lionel Jospin, le Sénat est un « anachronisme », avait-il déclaré dans un contexte d'hostilité de la Haute Assemblée à la rédaction de la loi sur la parité.

C'est même selon le Premier ministre « une anomalie de la démocratie », avait-il dit en référence au mode de désignation des sénateurs qui rend très difficile toute alternance politique.

La Haute Assemblée, présidée alors par René Monory, se défendait alors en prenant les Français à témoin : « Non », disait-il alors en substance, les sages du Palais du Luxembourg ne sont pas « ringards ». C'est le sens de l'exposition MédiaSénat remaniée par l'actuel président du Sénat, Christian Poncelet, qui sera visible du 24 mai au 17 juin sur le Cours d'Estienne-d'Orves à Marseille.

Contre-offensive

Au-delà de cette ligne de défense, le Sénat passe aussi à la contre-offensive contre le gouvernement de la gauche plurielle. Christian Poncelet, qui place sa présidence sous le signe de la garantie des libertés locales organisera au palais du Pharo le 15 juin les États généraux des élus locaux, parce que la décentralisation reste inachevée et la libre administration des collectivités locales subit des attaques répétées, le gouvernement de gauche ayant repris les habitudes de ceux de droite en confiant des missions nouvelles aux collectivités locales sans leur donner les moyens financiers afférents.


  Vendredi 4 mai 2001 - La Marseillaise - Article de Françoise Vernahaut


Du 24 mai au 17 juin
Le Sénat se met en scène à Marseille

Le président de la Haute Assemblée, Christian Poncelet inaugurera une exposition consacrée au Sénat le 30 mai en prélude aux États généraux des élus de la région PACA sur le thème de la démocratie locale, le 15 juin

« Mieux faire connaître les institutions de la République ». C'est le credo du Président du Sénat, Christian Poncelet (RPR) qui depuis son élection en 1998, a multiplié les initiatives dans les régions, loin du Palais du Luxembourg.

Après l'Alsace, le Nord Pas-de-Calais, la Basse-Normandie, l'Aquitaine, l'Auvergne et le Centre, le Sénat se décentralise en Provence-Alpes-Côte d'Azur pour deux initiatives qui se tiendront à Marseille. La première débute le 24 mai avec l'exposition MédiaSénat. Son but est de faire découvrir l'histoire mais surtout le Sénat d'aujourd'hui, son rôle et son fonctionnement. Cette exposition prendra place sur le Cours d'Estienne d'Orves sur 600 m². Destinée à un large public MédiaSénat utilise les nouvelles technologies pour mieux faire comprendre le travail de la 2e chambre, qui avec l'Assemblée nationale constitue le Parlement français. Christian Poncelet viendra inaugurer MédiaSénat le 30 mai en présence des 17 sénateurs de la région PACA.

1200 élus invités au Pharo

Une inauguration un peu particulière puisqu'elle sera l'occasion d'un « débat citoyen » entre sénateurs et Marseillais.

Cette opération se double d'une autre initiative plus « politique » que pédagogique : la réunion des États généraux des élus locaux. Avec la complicité du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin (DL), vice-président du Sénat, l'ensemble des 1200 maires, conseillers généraux et régionaux de la région sont invités le 15 juin au Palais du Pharo pour débattre sur le thème de la démocratie locale. Auparavant, le Sénat aura envoyé un questionnaire précis à l'ensemble de ces élus afin de recueillir leur opinion, leur analyse et leur proposition sur ce thème. Car au-delà de son rôle parlementaire, le Sénat est aussi l'assemblée qui représente les collectivités locales.


  Samedi 19 mai 2001 - La Provence Libéréehaut


Le Sénat en Provence...
A la rencontre des citoyens

Christian Poncelet a voulu, dès son élection à la Présidence du Sénat, entreprendre un véritable « Tour de France » des régions afin d'aller sur le terrain à la rencontre des citoyens et des élus locaux prendre le pouls de la démocratie locale.

Le vendredi 15 juin prochain, se tiendront au Palais du Pharo à Marseille les Etats Généraux des élus locaux de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Leur organisation a été précédée d'un sondage auprès des 1.200 maires, conseillers généraux et régionaux de la région, toutes tendances politiques confondues, afin de recueillir leur opinion et leur analyse sur le thème : « La décentralisation demain : vers une République territoriale ». Ces Etats Généraux, dont un programme détaillé vous sera très prochainement adressé, seront largement ouverts à la presse.

Par ailleurs, l'exposition itinérante MédiaSénat sera installée du 24 mai au 17 juin, cours d'Estienne-d'Orves à Marseille. Cette exposition audiovisuelle qui présente le rôle et le fonctionnement du Sénat, et au-delà des institutions, sera officiellement inaugurée le 30 mai 2001 à 11 heures, en présence du Président du Sénat, du maire de Marseille et des 17 autres sénateurs de la région. Au cours de cette inauguration, un débat « citoyen » sera organisé avec les Marseillaises et les Marseillais qui pourront interroger en direct les personnalités politiques présentes, dans un hémicycle miniature reconstitué à cette occasion.