Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

À la veille de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, la Délégation sénatoriale à l’outre-mer, présidée par M. Serge  Larcher, organise, avec le Comité Pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage, dans les Salons de Boffrand de la Présidence du Sénat, une rencontre intitulée « Mémoires croisées » sous le haut patronage de Monsieur Jean-Pierre BEL, Président du Sénat.

Editorial

« Que cesse à jamais l’asservissement de l’homme par l’homme. C’est-à-dire de moi par un autre. Qu’il me soit permis de découvrir et de vouloir l’homme, où qu’il se trouve. Le nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc. Tous deux ont à s’écarter des voix inhumaines qui furent celles de leurs ancêtres respectifs afin que naisse une authentique communication. »

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, 1952, Le Seuil

Depuis 2006, le Sénat accueille chaque année au Jardin du Luxembourg la cérémonie de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions.

Ce qui est devenu une tradition républicaine trouve son origine directe dans le vote à l’unanimité par notre haute assemblée, le 10 mai 2001, de la loi tendant à la connaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité. Elle prend ses racines profondes dans l’histoire du Sénat, qui accueillit dans ses rangs l’auteur des décrets de 1848 abolissant l’esclavage dans les colonies françaises, Victor Schoelcher, et qui eut pour président un enfant de Guyane, Gaston Monnerville, descendant des affranchis auxquels cette abolition avait rendu la liberté.

Il nous faut reconnaître et explorer l’histoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, pour construire une histoire partagée et pour passer, comme l’expliquait Édouard Glissant, du ressassement au dépassement.

Afin d’y contribuer, la Délégation sénatoriale à l’outre-mer et le Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage organisent à la veille de la Journée nationale une rencontre mettant en conversation des mémoires issues de la longue histoire de la colonisation française.

Je forme le voeu que cette mise en commun des récits et des mémoires nous permette à tous, héritiers de cette histoire, d’extirper les causes profondes du racisme et d’agir contre toutes les formes d’asservissement.

Jean-Pierre Bel
Président du Sénat