Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Joséphine et les orchidées du Luxembourg

Cymbidium ensifolium, un des genres présent à la Malmaison

Joséphine Bonaparte était passionnée de botanique et de jardin. Native de la Martinique, elle était également particulièrement intéressée par les plantes  exotiques et leur acclimatation. Outre une roseraie, elle fit construire des serres monumentales dans son domaine de La Malmaison.

Parmi les plantes tropicales qui y étaient cultivées, se trouvaient quelques orchidées, plantes très peu cultivées en Europe à cette période. Les toutes premières avaient  été introduites dans les années 1780 par les Anglais. En France, les années tourmentées de la période révolutionnaire  ne favorisèrent pas la culture de ces plantes exotiques. Ainsi, au tout début des années 1800, on ne dénombrait que cinq espèces d’orchidées dans les serres chaudes du Muséum de Paris et chez l’horticulteur parisien François Cels.

L’extraordinaire ouvrage Les Liliacées réalisé par le peintre Pierre-Joseph Redouté entre 1802 et 1816, montre certaines des orchidées présentes en France à cette époque. Quelques-unes   d’entre elles, dont assurément des Cymbidium, étaient cultivées à La Malmaison.


Epidendrum ciliare, espèce conservée au Jardin du Luxembourg et présentée dans l’ouvrage de Redouté Baptiste Lhomme avait travaillé dans sa jeunesse pour Joséphine à la Malmaison. Il y avait acquis un goût certain pour la botanique et la culture des plantes tropicales. Devenu Chef Jardinier au jardin botanique de la Faculté de médecine de Paris, il développa, dès 1838, une collection qui est à l’origine de l’actuelle  collection d’orchidées du jardin du Luxembourg.

Aujourd’hui encore, s’y trouvent quelques-unes des espèces qui furent parmi les plus précieuses à l’époque de Joséphine.

planche de Redouté : Phaius tankervilleae

Liste des orchidées présentées dans l’ouvrage de Redouté

Bletia purpurea du Mexique, Cymbidium aloifolium de l’Inde, Cymbidium ensifolium de la Chine, Cypripedium calceolus de France, Cypripedium parviflorum des États-Unis d’Amérique, Encyclia cochleata des Antilles, Epidendrum bifidum des Antilles, Epidendrum ciliare des Antilles, Liparis liliifolia des États-Unis d’Amérique, Phaius tankervilleae de Chine, Stenorrhynchos speciosum de l’Amérique tropicale