Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée


Contacts :

Ina
Agnès Baraton
Tél. : 01 49 83 20 95
Mél : abaraton@ina.fr

Sénat
Lydia Meziani
Tél. : 01 42 34 27 31
Mél. : l.meziani@senat.fr 

Ligue de l'enseignement
Valérie Maupas
Tél. : 01 43 58 97 50
Mél. : vmaupas@laligue.org


Le prix Médiations a été créé en 2000 par l'association Lire la Politique (qui a créé en 1991, le Prix du Livre Politique) et la Ligue de l'Enseignement.

Depuis 2002, l'Institut national de l'audiovisuel organise ce prix avec Lire la Politique et la Ligue de l'Enseignement, en partenariat avec le Sénat.

Dans une société de la communication et de l'information en pleine mutation, ce prix a pour principal objectif de récompenser une initiative ou une œuvre qui sensibilise les citoyens au phénomène de la communication, qui la rend « lisible », dans un esprit pédagogique. Cette œuvre ou cette initiative peut prendre différentes formes : CD-Rom, livre, journal, émission radio ou télé, site Internet, œuvre de fiction, initiative ponctuelle ou régulière.

Cette œuvre ou initiative doit être accessible à tous et ne peut être réservée à quelques initiés.

Le premier prix Médiations a été décerné en 2000 à « Arrêt sur images », conçu et animé par Daniel Schneidermann et diffusé par La Cinquième (aujourd'hui France 5).

En 2001, le prix a récompensé Naomi Klein pour son ouvrage « No Logo » (édition Acte Sud). 

 

Les lauréats

 « Le Vrai Journal décrypté : 
Chez Karl Zéro, l'information comme nulle
part ailleurs ? »
De Marie Lherault - Editions du Nouveau Monde

Après la fusion Vivendi-Universal et le bouleversement des programmes en clair de Canal+, Le Vrai Journal de Karl Zéro fait figure d'émission-phare de la chaîne cryptée. Plébiscitée par les 15-35 ans, l'émission se signale par un anticonformisme qui lui vaut quelques soucis avec le CSA et l'Elysée. Par le mélange de sketches « réalisés avec trucages », de reportages internationaux et d'interviews en langage « jeune », elle construit une nouvelle représentation de la politique censée plaire à un public d'adolescents et de jeunes adultes. Hommes et femmes de pouvoir s'y pressent pour se soumettre aux questions de Karl Zéro. Personnage controversé, contesté au sein du milieu journalistique, diversement aimé à l'intérieur de la chaîne, Karl Zéro est devenu en quelques années un médiateur incontournable de la vie politique. Son succès, au-delà des anecdotes qui l'accompagnent , témoigne de mutations plus profondes qu'il n'y paraît de la vie politique et médiatique française.

Cet ouvrage explique comment et par qui est conçue l'émission. Il analyse la vision du monde et de la politique qu'elle développe et les raisons de son succès public. Enfin, il étudie les mutations que connaît aujourd'hui la représentation du politique à la télévision, dont Le Vrai Journal est à la fois un facteur et un symptôme.

Marie Lherault est doctorante en sciences politiques. Elle étudie la représentation du métier politique à la télévision française sous la Cinquième République. Née en 1978, elle est une des premières sociologues de la télévision à avoir grandi avec la « Culture Canal+ ».

 

  « Culture Pub »
Emission télévisée de Christian Blachas 
Diffusion hebdomadaire sur M6 vers 22h30

Cette émission propose de regarder derrière la publicité et de tenter de décrypter le message diffusé et les ressources des publicitaires. Elle invite aussi à une réflexion qui va au-delà de l'hexagone pour se tourner vers les spots du monde entier et aide ainsi à mieux prendre la mesure des enjeux de la société de consommation et de ses travers.

 

www.tocsin.net 
Site Internet consacré aux médias

Un magazine critique, consacré aux médias traditionnels et à l'Internet, conçu et réalisé par des journalistes professionnels. Sa diffusion est essentiellement électronique. Il s'adresse à tous les professionnels de l'information, aux consommateurs et aux citoyens qui s'intéressent aux techniques et aux conditions de production de l'information dans la presse écrite, la radio, la télévision et, bien-sûr, sur Internet.

Ils y trouvent de l'information sur la vie financière, économique, sociale ou politique d'un secteur d'activité. Véritable observatoire de l'information et de la « machine médiatique », journalistes et chercheurs y décryptent et y analysent le traitement de l'actualité.

www.tocsin.net propose ainsi de nouvelles grilles de lecture à l'usager des médias ou de l'Internet, souligne et dénonce les dérives quant aux règles déontologiques de la profession. Ce site aide en outre l'internaute à se retrouver dans la « jungle » informationnelle de la Toile. Un outil et un lieu de dialogue et de réflexion qui s'adresse à toutes les personnes sensibilisées aux enjeux de l'information : journalistes, professionnels de la communication, universitaires, enseignants ... et demain producteurs ?

Une tribune et un forum permanents pour ceux qui prennent conscience des enjeux fondamentaux que pose la toute puissance des médias. Pour ceux qui réfléchissent à l'impact futur du développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication.


Le jury 2002

Président d'honneur 

Jean-Noël Jeanneney, président de la Bibliothèque nationale de France

Président du Jury 

Emmanuel Hoog, président-directeur général de l'Institut national de l'audiovisuel

Secrétaires généraux du Jury

Alain Méar, directeur du cabinet du président du Sénat

Luce Perrot, présidente fondatrice de Lire la Politique

Eric Favey, secrétaire national de la Ligue de l'Enseignement

Membres

Lamiel Barret - Kriegel, avocate

Michèle Cotta, présidente d'AB Sat

Jacqueline Costa-Lascoux, présidente de la Ligue de l'Enseignement

Monique Dagnaud, sociologue au CNRS

Pierre Favier, chef du service politique de l'A.F.P. 

René Finkelstein, Journaliste, secrétaire général du Centre d'Études en Économie sociale et Familiale, directeur honoraire du CELSA-Paris IV, membre de la Commission supérieure de la carte d'identité des journalistes professionnels

Dominique Fox-Rigaud, déléguée générale de la Fondation Hachette

Christophe Girard, adjoint au maire de Paris, chargé de la culture

Philippe Méchet, vice-président de la SOFRES

Odette Terrade, sénatrice du Val-de-Marne

Philippe Tesson, journaliste, chroniqueur

Sylvie Vormus, directrice de la communication de l'Ina

Lorraine Willems, directrice de la communication de RTL


Les organisateurs


Le Sénat

Le Sénat est heureux d'accueillir et d'organiser, aux côtés de l'association Lire la Politique, de l'Institut national de l'audiovisuel et de la Ligue de l'Enseignement, le prix Médiations.

Le Sénat, dépassant son rôle de législateur, n'hésite pas à soutenir et à promouvoir des rendez-vous destinés à démocratiser l'accès au savoir et à promouvoir la citoyenneté.

Nous avons ainsi créé le premier site francophone d'instruction civique Sénat junior (www.junior.senat.fr) et nous avons démultiplié les initiatives citoyennes :

La Journée du Livre d'économie, pour donner au plus grand nombre, notamment les étudiants, les clés du débat économique ;

La Semaine de la Presse à l'Ecole, pour apprendre très tôt aux écoliers et collégiens le goût de la lecture d'une presse libre ;

Les Hercules de l'Histoire, pour valoriser les connaissances historiques et civiques de collégiens ;

La Journée du livre d'Histoire qui se déroulera le 14 juin prochain.

Il était donc tout naturel que le Sénat ouvre désormais ses portes au prix Médiations, prix de la communication citoyenne.

Parce que l'excès d'information tue paradoxalement l'intelligibilité du débat démocratique et que nos concitoyens sont souvent sans boussole dans la jungle d'une société désormais mondialisée.

Le 21 avril 2002 nous invite de ce point de vue à réfléchir et à agir sans attendre.

 

L'Institut national de l'audiovisuel 

L'Institut national de l'audiovisuel organise à partir de l'année 2002, le Prix Médiations.

Pourquoi ? Parce que l'Ina est aujourd'hui une entreprise publique, moderne et citoyenne. Premier centre d'archives audiovisuelles au monde, première banque d'images numérisées en Europe, l'Ina s'est engagé résolument dans le XXIème siècle avec une mission première : sauvegarder et valoriser le patrimoine audiovisuel français, quelques 1 700 000 heures de télé et de radio, fondement d'une part de la mémoire collective d'un pays. Cela passe par un plan de numérisation de masse des images et des sons uniques en Europe. L'Ina se donne les moyens de sauver le patrimoine audiovisuel français qui appartient à chacun de ses actionnaires : le citoyen.

Parallèlement, l'Ina s'est engagé dans une autre voix majeure : celle de la communication des images. Pour faire partager ces images au plus grand nombre.

Mais l'Ina c'est aussi, par convictions et par missions, d'autres challenges : préparer la mémoire du futur par la production de documentaires d'excellence ; préparer les métiers du futur par la formation ; participer au débat citoyen sur les médias par le biais de son secteur de recherche précurseur et moteur en matière de médias, mais aussi de ses colloques, de ses manifestations publiques. C'est ainsi que l'Ina conçoit son rôle d'acteur plein et majeur du paysage audiovisuel français.

Dès lors, l'organisation d`un prix Médiations paraissait à l'Ina, logique et nécessaire.

Première banque d'images et de sons numérisés d'Europe, l'Institut national de l'audiovisuel conserve, depuis 1974, les archives télévisées et radiophoniques des sociétés nationales de programmes. En 1992, la mission de dépôt légal de radio télévision lui a été confiée. Outre son action de collecte, de sauvegarde, de restauration et de commercialisation des archives audiovisuelles, l'Ina est également un laboratoire de recherche et le premier centre européen de formation (professionnelle et initiale) aux métiers de l'audiovisuel et du multimédia. 

Enfin, l'institut produit des documentaires et développe une politique de valorisation du fonds à des fins culturelles et éducatives.

Lire la Politique

L'Association « Lire la Politique », créée en 1991, s'est donnée pour vocation de revaloriser l'analyse et le discours politique, de répondre aux demandes urgentes et croissantes de clarté, d'éthique et d'explications des français.

La communication par l'écrit a été largement abordée à travers le livre et déclinée autour des Journées du Livre Politique d'abord, du Livre d'Économie ensuite et du Livre d'Histoire prochainement. Aujourd'hui, avec la même volonté de transparence et de pédagogie, il convient de confronter les autres supports d'information et de communication. Certains sont nouveaux - CD-rom, sites Internet - d'autres plus classiques - documentaires, émissions télévisées. Ces supports sont autant de moyens, de lieux et d'espaces pour les débats d'idées, la réflexion et l'apprentissage de la citoyenneté. Dans ce foisonnement, on perdrait presque le fil ou du moins risque-t-on de perdre l'essentiel : recevoir l'information, saisir le sens de la communication, distinguer l'une de l'autre, appréhender les médias avec une approche et une lecture distanciée.

Le prix Médiations prend alors tout son sens, lorsque, parmi cette multitude, il signale, souligne des initiatives remarquables, sans exhaustivité aucune. Juste un coup de pouce donné par des professionnels de l'image, de l'information, du savoir, bref de la communication qui partage le même intérêt citoyen pour la transmission du savoir.

La Ligue de l'enseignement

Pourquoi la Ligue de l'enseignement dans le prix Médiations ?

Depuis sa création en 1866, la Ligue de l'Enseignement s'est préoccupée de l'information et de la communication : en voulant faire de chacun un citoyen par l'éducation et la culture, les médias étaient partie prenante de l'éducation citoyenne.

Depuis plus de 23 ans, la Ligue de l'Enseignement organise l'université d'été de la communication et a favorisé la création d'un réseau international avec des manifestations en Europe du Sud, dans l'Océan indien, dans les Caraïbes, en Amérique du Sud, en Océanie ... Elle a contribué à la fondation des « Entretiens de l'information » afin qu'avec des universitaires, des chercheurs, des représentants de la société civile et des journalistes, le contenu de l'information soit un enjeu partagé par tous. La Ligue a ainsi créé Médias, Téléspectateurs, Télévisions avec l'UNAF, afin de promouvoir une société plus soucieuse de ses aliénations télévisuelles et de mieux s'en libérer. Elle a imaginé en 2001, toujours avec l'UNAF, le Collectif Interassociatif Enfance et Médias, (le CIEM) afin de replacer au cœur des préoccupations de l'ensemble de la communauté médiatique la culture multimédiatique des jeunes générations.

Enfin, à travers son réseau de 31 000 associations, elle agit au quotidien pour que la communication ne reste pas un concept éloigné, mais une réalité tangible entre des habitants, des territoires et des idées.

La communication est nécessairement une priorité pour l'éducation populaire. A l'heure où « les étranges lucarnes » occupent près de 200 minutes quotidiennes de l'emploi du temps de chacun, où l'Internet à haut débit débarque dans les foyers, où les informations perdent de leur valeur à chaque seconde qui s'écoule, dans une société de l'immédiateté, il est bien utile de prendre le temps d'analyser les outils, peut-être même les fabriquer, en tout cas les promouvoir afin d'aider à comprendre la société de l'information.