Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

LE REPORTAGE VIDÉO DE LA JOURNÉE


 

PROGRAMME

15 h à 17 h : Rencontres sénatoriales de l'Apprentissage (salle Clemenceau)

Ouverture par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat (vidéo)

Échanges entre les apprentis et les sénateurs

  1. Faire le choix de l’apprentissage : le moment de l’orientation
  2. Vivre l’apprentissage : le quotidien dans l’entreprise
  3. Sortir de l’apprentissage et réussir sa vie d’artisan

Intervenants : les artisans Dominique SZULC, Frédéric CASSEL et Eric KAYSER

Clôture par M. Bernard STALTER, Président de l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA)

En France, deux millions de jeunes entre 16 et 25 ans ne sont ni à l’école, ni en formation, ni en emploi et 140 000 jeunes quittent le système scolaire sans diplôme tous les ans. Face à cette réalité, pourquoi l’apprentissage n’est-il pas reconnu par tous comme une voie d’insertion sociale et professionnelle d’avenir ? Ces dernières années, l’apprentissage a souffert de nombreuses contraintes. Les aides à l’embauche ont permis de les compenser partiellement mais son développement a été nettement ralenti. Or les entreprises artisanales sont confrontées à des difficultés de recrutement et ont plus que jamais besoin de jeunes qualifiés.

Chacun le sait, l’apprentissage est la réponse la plus pertinente à l’insertion professionnelle des jeunes. L’apprentissage dans les entreprises artisanales continue à être une voie de formation inégalable d’intégration sociale et professionnelle : 42 % des chefs d’entreprise artisanale sont issus de l’apprentissage. Ils sont l’illustration quotidienne que l’artisanat est un moteur de promotion sociale.

Les parcours de formation en apprentissage doivent être préservés et mieux adaptés à la réalité des jeunes et à l’évolution de la société. Il faut néanmoins que les attentes des entreprises en besoin de main-d’œuvre qualifiée soient mieux prises en compte et que leur financement soit sécurisé. Dans ce but, nous voulons, entre autres, simplifier la validation des acquis de l’expérience afin qu’elle soit l’outil de la construction des passerelles qui sont vitales entre les différentes voies d’enseignement. Nous souhaitons également signer des contrats d'objectifs avec les régions pour faire un état des lieux des besoins des différentes filières.

L'apprentissage ne doit pas être le moyen de réduire le nombre de demandeurs d'emploi dans notre pays. C'est avant tout un dispositif de formation afin d’assurer la relève de nos entreprises et la transmission de nos savoir-faire. Il en va de l’avenir du secteur de l’artisanat.

A la veille de l’élection présidentielle, il faut que nous sachions profiter de ces débats lors de cette journée consacrée à l’apprentissage dans l’artisanat afin de démontrer, encore une fois, combien le secteur est synonyme de réussite et de succès et mettre en perspectives des points de progrès qu’il reste à engager en faveur de l’artisanat. Le réseau des chambres de métiers sera vigilant face aux mesures qui seront prises lors du prochain quinquennat.

Bernard STALTER, président de l’APCMA

Gérard LARCHER, Président du SénatLe Sénat est heureux d’accueillir la 17e édition des Rencontres Sénatoriales de l’Apprentissage, organisée en partenariat avec l’Assemblée permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat.
Les Rencontres sont construites cette année autour du thème des réussites de l’apprentissage. Il est en effet essentiel de montrer combien l’apprentissage peut être une filière d’excellence et une voie de réussite. Et cela dans tous les métiers, y compris ceux de l’artisanat.

Comme il est de tradition, les échanges seront très libres entre Sénatrices, Sénateurs, maîtres d’apprentissage et apprentis issus des centres de formation d’apprentis (CFA) du réseau des Chambres de Métiers.

Ils s’articuleront autour de trois questions principales :

  • comment et quand faire le choix de l’apprentissage?
  • quel est le quotidien de l’apprentissage ?, (vie dans l’entreprise, relation avec le maitre d’apprentissage et d’enseignement au CFA) ;
  • comment est envisagée l’entrée dans la vie professionnelle et quelles sont les perspectives de création ou de reprise d’une entreprise ?


L’année 2017 est celle de l’élection présidentielle. La promotion de l’apprentissage est un sujet mis en avant par tous les candidats. Quelles que soient leurs préconisations sur son organisation et les rôles respectifs de l’État, des branches professionnelles, des organismes consulaires, des entreprises et des régions, quelles que soient leurs approches sur l’adaptation des contenus et des formations aux besoins économiques et à l’insertion professionnelle, chacun s’accorde à reconnaitre la valeur et la place de l’apprentissage parmi les modes de formation initiale.

Puisse ainsi notre pays trouver les bonnes solutions pour favoriser un développement massif de l’apprentissage. C’est l’intérêt de tous !


Gérard LARCHER, Président du Sénat

 

Informations pratiques

  • Palais du Luxembourg - Salle Clemenceau
  • Entrée : 15 ter rue de Vaugirard, 75006 Paris
  • RER Luxembourg – Métro Odéon ou Mabillon
  • Bus : lignes 84, 89, 58 ou 82
  • Parcs de stationnement : Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés ou Rue Soufflot
  • Vélib : Station "Sénat Condé" n°6017
  • L'accès au Palais du Luxembourg sera subordonné à la présentation d'une pièce d'identité.