Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée
Retour à l'accueil du site www.senat.fr Sénat : Prix des lecteurs du Livre d'Economie 2006 Bienvenue
Retour à l'accueil du Prix du Livre d'Economie 2006

La méthode Colbert ou le patritotisme économique efficace

Olivier Pastré

le retour Mittal-Arcelor, Suez-GDF, BNP Paribas-BNL, demain Eiffage, la Société Générale, Euronext, Accor et bien d’autres : la multiplication des raids boursiers, pour la plupart hostiles, oblige à se reposer la question centrale de l’indépendance économique nationale, dans un monde en cours de mondialisation et dans une Europe qui se cherche mais ne se trouve pas. Les politiques ont, pour cela, inventé le concept de "patriotisme économique" sans lui donner un contenu autre à ce jour que celui d’un protectionnisme totalement arbitraire. Si l’on ne veut pas que l’industrie française se dissolve dans la mondialisation, il est temps de réagir. Il est temps de participer à la réflexion pour préciser jusqu’où les restructurations industrielles transfrontières sont acceptables au regard de la cohésion économique et sociale d’une nation. L’histoire économique peut nous y aider. Colbert a, mieux que tout autre, compris les enjeux d’une véritable politique industrielle. Il a compris qu’une politique industrielle ne pouvait pas exister sans un Etat fort. Il a compris que le rôle de l’Etat dans ce domaine n’était pas d’intervenir au coup par coup mais de créer des règles et des procédures favorables à l’expression de l’initiative individuelle. Il a compris enfin qu’une politique industrielle ne pouvait pas "tenir la route" sans une véritable politique sociale. Colbert n’est pas l’interventionniste tatillon que les économistes néo-libéraux, dépourvus pour la plupart de toute culture historique, utilisent comme repoussoir. Dans le cadre d’une mondialisation qui, enfin, cherche à se fixer un cadre et des limites, il constitue un merveilleux guide pour visiter le musée encore virtuel du "patriotisme économique". Il nous permet de repenser le rôle que doivent jouer les banques dans le financement de l’économie. Il nous permet d’esquisser ce que devrait être une ambitieuse politique de la Recherche européenne. Il nous permet enfin d’adapter la politique sociale à une économie en quête d’une mondialisation maîtrisée.

Olivier Pastré :

Olivier Pastré est professeur d’économie à l’Université de Paris VIII et président d’IM Bank (Tunis). Après avoir participé à la réforme du secteur bancaire à la Direction du Trésor (1983-1986), il a dirigé plusieurs banques d’affaires en France et au Maghreb, ce qui l’a amené à diriger de multiples opérations de privatisation et de rapprochements d’entreprises entre la France et le Maghreb. Il a été chargé par le Gouvernement français de nombreuses missions officielles sur des sujets aussi variés que les effets de l’information sur l’emploi (1983), l’épargne salariale (1991) et l’avenir de l’industrie bancaire (2006). Il est conseiller scientifique de la Revue d’économie financière et membre du conseil scientifique de l’Autorité des marchés financiers. Il est chroniqueur économique sur France Culture ("Les Matins de France Culture").

Je vote !
Téléchargez un extrait du livre au format PDF Forum : Donnez votre avis sur ce livre
Livre suivant
Sélection du comité scientifique (accès aux fiches de lecture)
Débat de clôture dans l'Hémicycle :
1ère rediffusion : lundi 2 avril à 16h30 / 2ème rediffusion : mercredi 25 avril à 10h35
Table ronde n°1 : l'Inde, logiciel du monde
1ère rediffusion : mardi 3 avril à 10h35 / 2ème rediffusion : jeudi 26 avril à 10h35
Table ronde n°2 : Démocratie et croissance indiennes
1ère rediffusion : mercredi 4 avril à 10h35 / 2ème rediffusion : jeudi 26 avril à 15h00
Lauréats du Prix des Lecteurs du Livre d'Économie 2006 - P. Artus, M-P. Virard : Comment nous avons ruiné nos enfants
Prix des Lecteurs du Livre d'Économie 2006

Patrick Artus
Marie-Paule Virard

A. Chieng
Retour à l'accueil Forum : donnez votre avis sur les ouvrages Présentation de l'événement Retour à l'accueil du site www.senat.fr Prévenez vos amis par courriel