Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Prix du Sénat : Yohann Rosenthal pour « Du bio à vous » - Vente de fruits et légumes bio
(Toulouse - Région Midi Pyrénées)
Yohann Rosenthal, 31 ans, a crée en 2005 un commerce de vente et de distribution de fruits et légumes issus de l'agriculture biologique. Il a acquis la connaissance de ce secteur au sein d'une structure de maraîchage biologique. Il se fait livrer des produits frais de saison par les producteurs de la région et livre ses clients deux fois par semaine. Sa clientèle est constituée de structures collectives (comités d'entreprises, collectivités, centres sociaux, associations...) pour une meilleure centralisation des commandes et des livraisons. Deux paniers sont proposés (6 kg ou 11kg). Les clients ont la possibilité d'acheter ponctuellement ou de s'abonner. En un an, il a enrichi son réseau de distribution et de prescripteurs qu'il apparente à des partenaires. Grâce aux conseils de la Boutique de Gestion CREER, il a obtenu des aides du Conseil Régional et un financement de l'ADIE. Yohann Rosenthal s'est installé dans le quartier du Mirail où il participe à des projets artistiques intergénérationnels au sein de l'association « Pourparler ». Par ailleurs, il est secrétaire local d'une ONG qui développe des projets humanitaires avec l'Inde.

 

Prix de l'ANRU : Emmanuelle Lucas pour le projet d'une épicerie générale - Commerce de proximité : épicerie générale
(Le Havre - Région Haute-Normandie)
Emmanuelle Lucas a exercé des petits boulots entre 1992 et 2005. Aujourd'hui, maman accomplie, elle souhaite se réaliser professionnellement. Elle veut montrer à ses trois enfants, à son entourage qu'elle peut réussir et être autonome. Elle étudie depuis quelques mois l'idée de créer un commerce de proximité qui fait défaut à son quartier Bois de Bléville. Pour y arriver, elle devra se former à la gestion d'un commerce, trouver un local et les financements nécessaires pour démarrer. 3ES, structure d'accompagnement de Haute-Normandie, lui proposera des stages de formation et l'orientera vers l'ADIE pour des prêts solidaires. Elle est au tout début de son projet mais sa détermination est frappante. Gageons qu'elle ira au bout de son idée.

 

Prix de la Caisse des Dépôts : Sumedina Dardagan pour « L'Art s'emporte » - Création artistique à partir de matériaux recyclés
(Lanester - Région Bretagne)
C'est en octobre 2005 que l'association « l'Art s'emporte » est créée. L'idée est ingénieuse : proposer aux habitants du quartier de Lanester des projets et des créations artistiques à partir de matériaux recyclés provenant de l'habitat social déconstruit. Joël Coche, Sumedina Dardagan et Nadine Thouvenin à l'origine de l'association souhaitent dynamiser le quartier, créer du lien social et permettre aux habitants relogés de faire le deuil de leurs anciens logements. Ainsi, une exposition a été organisée présentant 100 portes d'un immeuble déconstruit, des portes recyclées, décorées, repeintes, transformées en objet d'art. Toute la ville s'est rendue à l'exposition et la vente aux enchères qui aura lieu le 3 décembre permettra de récolter des fonds pour des activités décidées par les habitants du quartier. « L'Art s`emporte » est aussi une affaire de décloisonnement. Aujourd'hui, l'association fédère 10 bénévoles permanents et 130 bénévoles temporaires. 15 artistes animent des cours, des ateliers et des conférences avec comme objectif de faciliter l'accès de tous à la culture. Les ressources proviennent de subventions et de la vente des œuvres. Avec la Boutique de Gestion du Morbihan, « l'Art s'emporte » réfléchit à son développement : la création d'un espace dédié à la création artistique et le recrutement de deux personnes pour faire connaître et étendre les activités de l'association.

 

Prix du Groupe Caisses d'Épargne : Benoît Majorel et Yves Gardet pour « L'Assiette sans frontières » - Restaurant gastronomique d'insertion
(Caen - Région Basse-Normandie)
L'assiette sans frontières est un restaurant gastronomique qui propose une cuisine de création contemporaine dans le quartier de la Guérinière à Caen. Les menus proposés « mêlent les saveurs d'ici et d'ailleurs » pour un prix allant de 7 à 11€. Doté de deux espaces, le restaurant a une capacité de 45 couverts.
Crée en SCIC et bénéficiant du statut d'entreprise d'insertion, le restaurant est un projet - devenu réalité - qui articule projet social et projet économique. Son statut coopératif permet de gérer l'entreprise de manière collective avec les partenaires, les clients, les fournisseurs et les salariés. Situé au cœur du quartier de la Guérinière dans une zone commerçante, le restaurant accueille les habitants mais aussi des personnes extérieures au quartier. Benoît Majorel et Yves Gardet espèrent que cette mixité va contribuer à changer l'image du quartier. Leur projet a séduit de nombreux partenaires : les Fondations Macif et Chèque-Déjeuner, le Conseil régional, le Conseil Général du Calvados, la Caisse d'Epargne... de nombreux soutiens qui ont permis la création de 4 emplois équivalents temps plein. En activité depuis 1 an, le restaurant apporte une réelle dynamique au quartier. Une activité de traiteur pourrait être développée en complément du restaurant.

 

Prix Fondation RATP : Ahmed Agne et Céline Pournin pour « Ki-oon » - Maison d'édition spécialisée dans le manga
(Trappes - Région Île-de-France)
Passionné de culture asiatique et de bande dessinée depuis toujours, Ahmed Agne a également étudié le japonais jusqu'à la licence. C'est lors d'un séjour professionnel de deux ans au Japon que lui vient l'idée de son projet : créer une maison d'édition de bandes dessinées japonaises. La société Ki-oon voit le jour à l'automne 2003. L'activité consiste à adapter des titres japonais (traduction, adaptation, maquette...) et d'en assurer la promotion en France mais également en Belgique, en Suisse et au Canada. Ki-oon propose également des services de traduction de jeux vidéo japonais. Ahmed Agne et son associée, Cécile Pournin, sont bilingues tous les deux. Après bientôt 3 ans d'activité, la société a fidélisé de nombreux éditeurs japonais et vient de signer avec le deuxième distributeur français en librairies.
Originaire de Trappes, Ahmed Agne partage sa passion des mangas avec les jeunes de son quartier. Convaincu que la bande dessinée peut être un bon vecteur d'apprentissage de l'écriture, il a animé des ateliers pour les enfants. Il fait également des dons de livres à des structures socio-éducatives.

 

Prix Fondation VINCI : Afifa Jakir pour « Cap devoirs » - Aide aux devoirs et activités extrascolaires
(Lyon - Région Rhône-Alpes)
L'association Cap Devoirs créée en avril 2004 propose une aide aux devoirs aux collégiens et lycéens en difficultés scolaires. Elle organise également des activités extrascolaires et périscolaires, en complément et en accord avec les écoles. L'association coordonne 45 intervenants bénévoles. Actuellement hébergée par le collège de Vaise, Cap Devoirs bénéficie du soutien de la Ville de Lyon, du Département et de la Région ainsi que du FASILD et de la Caisse d'Allocations Familiales de Lyon. Diplômée en droit public et d'un DESS « marchés publics et délégations de service public », Afifa Jakir s'est investie, parallèlement à son activité professionnelle, dans des actions sociales dès 1996. Son attachement à l'égalité des chances, à l'accès à la culture pour tous l'a poussé à créer Cap Devoirs. L'association est aujourd'hui reconnue et cherche à pérenniser et développer son activité en ouvrant des antennes à Lyon.

 
Prix Fondation Schneider Electric : Anne Sophie Dupont pour « Odas Transport » - Transport et accompagnement de personnes à mobilité réduite
( La Rochelle - Région Poitou-Charentes)
Originaire de Cherbourg, Anne-Sophie Dupont, 27 ans, s'est installée à La Rochelle où elle a créé son entreprise en août 2004 : ODAS TRANSPORT. Elle a étudié et mené son projet avec l'aide de la Boutique de Gestion ACEC. Il s'agit d'une entreprise de transport et d'accompagnement de personnes à mobilité réduite, développée en franchise (réseau Ulysse Transport). Elles sont deux associées et ont créé 7 emplois à ce jour. La valeur ajoutée d'ODAS TRANSPORT est l'accompagnement des personnes tout au long de la journée, de leurs activités et loisirs afin de créer un lien et une relation durable. C'est au cours de ses nombreuses activités de bénévolat que vient à Anne-Sophie Dupont l'idée de créer une activité de transport pour les personnes handicapées. La clientèle d'ODAS TRANSPORT est pour l'essentiel constituée de particuliers et d'établissements médico-pédagogiques et éducatifs et de maisons de retraite. Bientôt deux ans d'activité et l'entreprise se porte bien. Parmi les projets de développement à venir, l'ouverture d'une agence dans les Deux-Sèvres en septembre prochain.
 
Prix Fondation SFR : Rose Luvuvamu Ngudipeto et Marie Rose Dokota Nsabuka pour D&L Création - Création et confection de vêtements pour personnes âgées et à mobilité réduite
(Strasbourg - Région Alsace)
Rose Luvuvamu Ngudipeto et Marie Rose Dokota Nsabuka ont exercé plusieurs emplois dans l'aide à domicile ou en tant qu'auxiliaires de vie dans des établissements d'accueil. Couturières de formation et diplômées d'état auxiliaires de vie sociale, elles réfléchissent à la création d'une activité qui mettrait en valeur leurs talents de couturière aux bénéfices des personnes âgées et à mobilité réduite qu'elles côtoient. Elles se lancent dans la confection des vêtements adaptés aux personnes qui ont des difficultés à se mouvoir. Accompagnées par le Service d'Amorçage de Projets, elles élaborent un plan d'affaires et testent leurs premières réalisations. Elles ont également trouvé des fabricants de tissus à prix abordables situés en Alsace mais aussi dans le sud de la France. Elles espèrent par ailleurs obtenir un prêt à la création d'entreprise et une aide de l'ADIE pour démarrer et montrer ainsi aux jeunes de leur quartier que la réussite est à la portée de tous.
 
Prix Groupe Casino : Mustafa Seghiouer pour HAFC (Hygiène Alimentaire Formation Conseil) - Cabinet de diététique
(Chenôve - Région Bourgogne)
Au cours de ses études de diététique, Mustafa Seghiouer commence à réfléchir à son projet professionnel. Aujourd'hui diététicien et hygiéniste diplômé d'état, il est sur le point d'ouvrir un cabinet de diététique à Chenôve. Il mènera deux activités : audit, formation et conseil en hygiène alimentaire auprès des « métiers de bouche » (restauration commerciale et de collectivité à caractère social) d'une part, et consultations diététiques auprès des particuliers et des entreprises d'autre part. Innovation majeure : il sera le seul cabinet offrant la combinaison de ces deux activités sur Dijon. Il signe ce mois-ci son bail commercial et partagera son local, installé dans la ZFU de Chenôve, avec un médecin angiologue. Son activité devrait débuter en septembre 2006. Actuellement suivi par le Pôle d'Economie Solidaire et la Boutique de Gestion de Dijon, Mustafa Seghiouer a récolté quelques fonds pour démarrer. Il a par ailleurs remporté le prix DEFi jeunes.
La reconnaissance de « Talents des Cités » lui permettra d'informer, sensibiliser d'autres jeunes des quartiers sur la conduite d'un projet, la création d'une activité ou d'une entreprise.
 

Prix HEC : Rachid Abouhilal pour « Mesanges » - Télé-assistance et services à domicile pour les personnes âgées
(Montigny le Bretonneux - Région Île-de-France)
Mesanges, installée dans le quartier des Près à Montigny le Bretonneux, est une société de téléassistance et de services à domicile pour les personnes âgées. Les créateurs sont animés par la volonté de retisser le lien social entre les générations. Les équipements techniques installés à domicile et reliés à Mesanges permettent d'orienter vers les centres d'écoute les alarmes de détresse sans avoir à composer un numéro de téléphone. Le réseau de solidarité de l'abonné, composé de proches et de professionnels (famille, pompiers, SAMU), est alors mobilisé. Par ailleurs, la gamme de services proposés à domicile comprend le ménage, le coiffeur, le jardinage, l'accompagnement des personnes... Rachid Abouhilal, 26 ans, s'est associé avec Eric Gonzalèz Francomme pour créer son entreprise. Ils ont des compétences complémentaires en gestion, comptabilité et commerce et ont la même vision de l'entreprise selon laquelle l'homme est au centre du projet. Pour développer leur activité, ils prospectent les collectivités, les centres sociaux, médicaux, les associations d'aides à la personne. Rachid et Eric veulent être reconnus comme des chefs d'entreprise à part entière, « créer de la valeur économique et sociale » et ainsi donner envie à d'autres de jeunes de réussir.

 

Prix SUEZ : Aïssata Tounkara pour « Etik Concept » - Entreprise d'insertion par l'activité économique : concept store de produits issus du commerce équitable, de chantiers d'insertions
(Argenteuil - Région Ile de France)
Aïssata Tounkara a 28 ans. Née à Argenteuil, où elle réside, elle évolue dans le domaine artistique, culturel et audiovisuel entre 1998 et 2005. Sans emploi depuis quelques mois, et ayant depuis 2 ans un projet d'entreprise alternatif au modèle économique existante, elle réfléchit à la création de sa propre activité qui lui permettrait d'être autonome et de vivre et travailler en accord avec ses valeurs, fondée sur les richesses culturelles , la solidarité et la cohésion sociale. Son projet s'appellera ETHIK CONCEPT. Il s'agit de créer un concept store, un espace de vente de produits variés (prêt-à-porter, objets de décoration, bijoux, accessoires de mode, produits de soins esthétiques, épicerie, etc.) issus notamment du commerce équitable, d'associations à but humanitaire, fabriqués par des jeunes des quartiers, par des créateurs des pays du Sud, des personnes œuvrant dans les chantiers d'insertion, CAT, etc. ETHIK sera développée en entreprise d'insertion et aura donc une vocation sociale forte : recrutement de personnes en difficultés, élaboration d'un parcours de formation et aide au retour à l'emploi.
Aïssata Tounkara dispose d'un parcours scolaire et d'une expérience professionnelle dans la comptabilité et la gestion et n'hésite pas à s'entourer de conseils. Elle a suivi une formation dispensée par la Boutique de Gestion PaRIF où elle a intégré la couveuse d'entreprise d'insertion. Elle est également en relation avec des partenaires institutionnels et des fondations pour obtenir les financements nécessaires à la finalisation de son étude de marché et au lancement de son activité prévu début 2007.

 

Prix SPQR : Sarah BERNIER pour un projet d'atelier d'écriture itinérant - Ateliers d'écriture et d'expression créative itinérants
(Saumur - Région Pays de la Loire )
Sarah BERNIER a 28 ans. Passionnée d'écriture depuis toujours, elle obtient un contrat d'animatrice d'atelier d'écriture au sein de la Régie de Quartier de Saumur en 2005 et décide d'en faire son métier. Accompagnée par le PLIE de Saumur, le centre socioculturel et Balise, elle élabore son projet : créer des ateliers d'écriture et d'expression créative itinérants. Ces ateliers accueilleront des adultes, des adolescents, des enfants et les aideront à s'exprimer sur différents sujets à travers des supports tels que la musique, la photo, des textes... Ils favoriseront les rencontres de personnes issues de milieux et d'âges différents, encourageront et développeront leur créativité. Leurs écrits seront publiés dans des petits livrets et présentés aux habitants lors de séances de dédicaces.
Sarah est née dans le quartier du Chemin Vert à Saumur. Son projet s'adresse avant tout aux habitants du quartier. Elle est par ailleurs membre du collectif « La voix de la Rue » qui organise des manifestations et diverses animations dans le quartier. Elle rencontre prochainement la Boutique de Gestion pour valider toutes les étapes de son projet.

 

Prix TALAN : Laury Burny et Mathieu Paternelle pour « BURPA » - Prestations informatiques aux entreprises
(Hébin-Beaumont - Région Nord - Pas de Calais)
Diplômé d'une licence professionnelle « Technologies de l'Information et Internet », Laury Burny, 30 ans, travaille pendant 4 ans en tant que chef de projet ou chargé de mission dans le secteur des TIC. En 2004, il se retrouve sans emploi et décide de créer son entreprise. Il rencontre Mathieu Paternelle avec lequel il s'associe. Ensemble, ils vont à la Boutique de Gestion Espace qui leur propose d'intégrer la couveuse d'entreprise afin de tester leur projet : créer une société de prestations informatiques à destination des PME/PMI, des associations, des collectivités, des artisans, des commerçants... Ils intègrent dans leurs prestations la maintenance et le dépannage, la mise en place de systèmes de sécurisation de réseau, le développement d'outils informatiques, la formation du personnel, la gestion de l'Internet, intranet/extranet. Laury Burny et Mathieu Paternelle testent leur projet pendant un an, développent leur clientèle et leur chiffre d'affaires tout en se formant à la gestion de leur future entreprise. Ils quittent la couveuse et créés la SARL BURPA en décembre 2005. Quelques mois après le lancement de l'activité, l'entreprise se porte bien, les clients démarchés en couveuse sont restés fidèles et de nouveaux contrats sont signés régulièrement.