entre docilite et mesureentre docilite et mesure les pairs d'une monarchie restaurée
quand les royalistes côtoient les conventionnels
entre domicile et mesure
les grands procés

 

Rendus sceptiques par les événements, les pairs s’opposent aux mesures extrêmes d’épuration visant les “complices” des Cent Jours, proposées par des députés plus jeunes et moins expérimentés. Mais la Chambre Haute dispose, face au roi et à ses ministres, d’une faible marge de manœuvre, puisque Louis XVIII peut nommer des “fournées de pairs”. C’est notamment le cas lors d’une offensive des pairs contre le ministère Dessolles en décembre 1818. Seule la nomination de soixante pairs viendra à bout de cette opposition. La Chambre des Pairs parvient toutefois à se faire entendre et devient même l’une des tribunes privilégiées des défenseurs des libertés publiques, au premier rang desquels on trouve Chateaubriand.

Ainsi, paradoxalement, c’est le parti ultra-royaliste qui contribue à infléchir le régime issu de la Charte vers un régime parlementaire. Ministre de Charles X (qui, à la mort de son frère Louis XVIII, en septembre 1824, hérite du trône), Villèle en fera l’amère expérience. En 1827, il tente de réduire au silence l’opposition parlementaire en prononçant la dissolution de la Chambre des députés et en faisant nommer soixante-seize nouveaux pairs. Sa tentative échoue et il est renversé.

                                 retour vers la haut du texte

Retour a la premiere page de cette rubrique