Sénateur HaussmanSénateur Haussman Sénateur Ingres   Sénateur Mac-Mahon    Sénateur Mérimée   Sénateur St-Beuve

sénateur Haussman

L’homme qui a transformé Paris
Destiné au notariat, Haussmann “bifurque” vers l’administration préfectorale à la faveur des journées de juillet 1830. Favorable aux idées autoritaires du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte, il se forge en 1849 une réputation de préfet à poigne à la tête de la préfecture du Var, combat énergiquement et habilement l’agitation politique, soutient en Gironde le coup d’Etat parisien du 2 décembre. Le chef de l’Etat le nomme préfet de la Seine en 1853, fonction qui permet à Haussmann de mener à bien la gigantesque entreprise de transformation de Paris à laquelle il donne son nom.

Un décret impérial le fait sénateur en 1857. Mais le financement et la gestion des travaux d’urbanisme du préfet Haussmann sont vivement attaqués, notamment par le républicain Jules Ferry, dans un retentissant pamphlet, Les Comptes fantastiques d’Haussmann. C’est finalement Emile Ollivier, devenu garde des Sceaux, qui obtiendra la révocation du préfet de la Seine, réglant ainsi avec Haussmann un vieux compte : préfet du Var, Haussmann avait autrefois fait arrêter Ollivier, alors jeune opposant républicain. Vaincu, Haussmann se retire à Nice et ne revient que brièvement dans la vie parlementaire comme député, de 1877 à 1881, de l’arrondissement d’Ajaccio.

                                 retour vers le haut du texte

Retour a la premiere page de cette rubrique