François Barbé-Marbois, marquis de Barbé-Marbois

1745-1837

Défenseur des Emigrés

Né à Metz en 1745, il commence sa carrière comme consul aux Etats-Unis puis devient intendant à Saint-Domingue. De retour en France, il sera élu le 25 vendémiaire an IV député de la Moselle au Conseil des Anciens, où il tente de plaider la cause des nobles forcés à l’émigration. Une prise de position qui lui vaut d’être déporté en Guyane, avant de retrouver, sous le Premier Empire, de hautes fonctions, notamment à la tête du ministère du Trésor Public. En 1806, des décisions financières imprudentes le font tomber pour plusieurs années en disgrâce auprès de l’empereur.

En 1813, il est nommé au Sénat conservateur. Il y votera la déchéance de Napoléon et le rétablissement de Louis XVIII, qui le nommera pair de France et le confirmera à la présidence de la Cour des Comptes. Exilé de Paris par Napoléon pendant l’épisode des Cent Jours, Barbé-Marbois retrouve ses fonctions au retour des Bourbons et devient garde des Sceaux en 1815.