René Coty

1882-1962

Un Normand à l'Elysée Inscrit au barreau du Havre, la ville dont il est originaire, René Coty se tourne rapidement vers la vie politique. Il assume, avant la guerre de 1914-1918, plusieurs mandats locaux (conseiller muni-cipal, conseiller général, vice-président du Conseil général), puis obtient en 1923 son premier mandat parlementaire. Elu député, il est inscrit au groupe des républicains de gauche et intervient sur des questions touchant au commerce et à l'industrie. En 1935, élu sénateur, René Coty choisit de renoncer à son mandat de député pour siéger au Palais du Luxembourg. Après 1945, il est député de l'Assemblée nationale constituante puis de la première Assemblée nationale, avant d'être appelé par Robert Schuman au ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme. L'année suivante, il est élu au Conseil de la République.

Le 23 décembre 1953, à soixante-et-onze ans, René Coty devient le second président de la IVe République, au terme d'un scrutin “marathon”. Le climat de “marchandage” entre les partis est tel qu'il a fallu treize tours pour départager les votants ! Le style présidentiel du nouveau chef de l'Etat doit beaucoup à son épouse, qui devient rapidement une “première dame” très populaire. Mais le septennat de René Coty est marqué par une forte instabilité ministérielle, avec six cabinets successifs. La crise du régime - pourtant anticipée par le président qui plaide depuis plusieurs années en faveur d'une révision des institutions - culmine le 13 mai 1958. Devant la gravité des événements, René Coty décide d'appeler le général de Gaulle à former un gouvernement de salut public. En décembre 1958, il renonce à se représenter à la magistrature suprême.

Le 8 janvier 1959, il accueille sur le perron de l'Elysée son successeur, le général de Gaulle.