Du Conseil de la République au Sénat de la Vème

Le 27 mai 1975, Valéry Giscard d'Estaing, revient, à l'occasion du centenaire du Sénat, sur les débuts de la IVe République. Le chef de l'Etat rappelle que la Chambre Haute a bien failli disparaître. “ (…) la dégradation de l'image du Sénat (…) explique qu'à la Libération, l'Assemblée constituante ait proposé un régime monocaméral. Mais le vote négatif des Français, le 5 mai 1946, plus clairvoyant que celui de ses premiers constituants, écarta cette solution. Il y a lieu, me semble-t-il, de se réjouir, car ce choix, en permettant le maintien d'une seconde Chambre, même sous la forme modeste du Conseil de la République, a préparé la renaissance du Sénat.

En dépit des précautions prises, dans les premiers textes constitutionnels de la IVe République, à l'encontre d‘un développement de son influence, le Conseil de la République acquit peu à peu, par la qualité de ses délibérations, par la sagesse et le courage de ses prises de position (…) une autorité qui lui permit en 1954 d'obtenir de l'Assemblée nationale une révision constitutionnelle propre à aménager de façon satisfaisante l'équilibre des pouvoirs législatifs entre les deux Chambres du Parlement.”