François Villemain

1790-1870

Professeur d’éloquence

Professeur de rhétorique, protégé du comte de Narbonne et de la princesse de Vaudémont, il est l’un des causeurs les plus en vue des salons du Premier Empire.

Après la Restauration de 1814, il occupe la chaire d’éloquence française à la Sorbonne. Attaché au parti “doctrinaire”, Villemain voit son cours suspendu par le ministère Villèle, comme celui de son futur collègue à la Chambre des Pairs, Victor Cousin.

Elu député de l’Eure en 1830, il fait partie des signataires de “l’adresse des 221” (qui constitue un vote de dénégation à l’égard du ministère Polignac de mars 1830), et siège dans la commission chargée de réviser la Charte.

Elevé à la pairie en octobre 1832, Villemain se montre indépendant au sein de la Haute Assemblée.

Ministre de l’Instruction publique de plusieurs cabinets, il mène une politique prudente, qui ne satisfait ni le clergé ni l’université.

Après 1848, il se retire des affaires politiques et se consacre à ses travaux littéraires et historiques.