Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Colloque "Dette, Démocratie… : la Grèce miroir de l’Europe ?"


 

 

 

 

Lundi 21 mars 2016, un colloque intitulé « Dette, Démocratie … : la Grèce miroir de l’Europe ? » organisé par le groupe interparlementaire d’amitié France-Grèce du Sénat, sous la présidence de M. Luc Carvounas, Sénateur du Val-de-Marne et Président du groupe interparlementaire d’amitié France-Grèce, s’est tenu au Palais du Luxembourg.

Dans son allocution d’ouverture, le Président Carvounas a souligné que la question de la Grèce ne se résumait pas à la dette, mais qu’elle s’étendait aussi aux questions migratoires. Le Sénat, à travers ses rapports d’information et l’organisation de colloques, contribue à éclairer les citoyens sur ces sujets.

En introduction à la première table ronde, M. Albéric de Montgolfier, Sénateur d’Eure-et-Loir et rapporteur général du budget, a quant à lui tenu à souligner la résilience de la société grecque et les efforts consentis par la République hellénique pour améliorer sa situation économique et budgétaire.

Le premier débat a réuni, autour du thème « La dette grecque à l’heure du troisième mémorandum », M. Benjamin Coriat, professeur de sciences économiques à l’Université Paris 13, membre du Comité d’animation du collectif des Économistes Atterrés, M. Xavier Timbeau, directeur de l’Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE), Mme Natacha Valla, économiste, Directeur adjoint du CEPII (Centre d’études prospectives et d’information internationales), et M. Kostas Vergopoulos, économiste et spécialiste de la Grèce. La majorité des intervenants ont estimé que le troisième mémorandum, imposé à la Grèce par ses créanciers, avait empêché la Grèce de déployer une politique industrielle et de croissance propre à relancer l’économie nationale, si bien qu’il s’était avéré contre-productif.

En réaction à ces interventions, M. Costa-Gavras, réalisateur, s’est interrogé sur d’éventuelles solutions qui, tenant compte à la fois des réalités grecques et européennes, permettraient de convaincre les acteurs européens et les membres de l’eurogroupe.

La deuxième table ronde, intitulée « Dette, Grèce, Europe : vers un épuisement ou un renouveau démocratique », fut introduite par M. Luc Carvounas, Sénateur du Val-de-Marne, Président du groupe interparlementaire d’amitié France-Grèce ; au cours de son intervention, M. Carvounas a mis en perspective la notion de souveraineté grecque, dans un contexte où les décisions prises par les autorités publiques helléniques sont subordonnées à l’accord des créanciers du pays. La table ronde a ensuite été l’occasion d’un riche débat au cours duquel M. Jose Manuel Lamarque (Grand Reporter à France Inter), après avoir souligné que la Grèce n’allait ni vers un épuisement, ni vers un renouveau démocratique, s’est enquis du risque potentiel d’une montée de l’extrême gauche ou du parti Aube dorée en Grèce. Mme Maria Koutsovoulou, docteur en psychologie de l’Université Paris V et professeur à ESCP Europe, et Mme Seta Théodoridis, Présidente de la communauté hellénique de Paris, ont, l’une comme l’autre, rappelé la difficulté de redonner confiance aux Grecs alors que l’Europe semble avoir perdu l’esprit humaniste et pacifique qui présidait à sa création. S’agissant de la situation en Grèce et au Portugal, Mme Anna Navarro Pedro, correspondante à Paris de la revue VISAO, a reconnu que les deux pays présentaient des points communs, mais a tenu à souligner que seul le Portugal semblait conserver une image de « bon élève » appliquant les réformes exigées par ses créanciers, face à une Grèce perçue comme contestataire et protestataire.

En clôture, M. Harlem Désir, Secrétaire d’État aux Affaires européennes, a jugé que la France et l’Union européenne avaient le devoir d’aider la Grèce à sortir de la crise économique et migratoire et a salué le courage du peuple grec dans la mise en place de réformes visant à assainir son économie.

 

Actes du colloque

Intervention de M. Luc Carvounas 

Intervention de M. Albéric de Montgolfier

 

 

 

 

 

 

À consulter :

Rapport du sénateur M. Albéric de Montgolfier « Les risques financiers pour la France inhérents à un éventuel défaut grec »

Rapport du sénateur M. François-Noël Buffet « L’Europe à l’épreuve de la crise des migrants : la mise en œuvre de la relocalisation des demandeurs d’asile et des hotspots »

Rapport du sénateur M. Simon Sutour « La situation de la Grèce au sein de la zone euro »

Liste des membres du groupe d'amitié France-Grèce

Diaporama du colloque

Contact(s) :

  • Mme Chloé Szafran
    01 42 34 20 22 – Courriel : c.szafran@senat.fr