Insigne Sénat Sénat
Le journal du
L'activité de vos sénateurs mars 2005-numéro 23-
Sommaire
Une
Initiatives
Aménagement du territoire
Les nouveaux services postaux à l'épreuve du local.
Regards croisés
Réglementation sociale
Faut-il créer un nouveau registre pour les navires français ?
Focus
Transferts
Décentralisation et DDE.
Enjeux
Tribune
En direct
Commissions

Le site du Sénat
Actualités
Travaux parlementaires
Vos Sénateurs
Europe et International
Connaître le Sénat

 

Le débat sur le spectacle vivant a permis de revenir sur le rôle fondamental des collectivités territoriales dans le domaine de la création culturelle. Un investissement qui contribue au développement local.

Photo : le Festival d’Avignon : un modèle pour de nombreuses collectivités locales. (Pascal Gely/Agence Bernand/Enguerand)

"Les collectivités ont à la fois un rôle d'employeur, de donneur d'ordre et de financeur", a rappelé Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture et de la Communication, lors du débat organisé début février au Sénat sur le spectacle vivant. L’investissement des collectivités territoriales dans le domaine culturel a, du reste, été mesuré par le récent rapport de Jean-Paul Guillot au ministre de la Culture. En moyenne, celles-ci consacrent un peu plus de 5 % de leur budget à des dépenses culturelles, alors que la culture n'atteint pas 1% du budget de l'État. Pour le seul secteur de l'audiovisuel, du cinéma et du spectacle vivant, les dépenses des collectivités locales avoisinaient les deux milliards d'euros en 2002. Un chiffre à comparer au 1,3 milliard d'euros dépensé par l'État durant la même période. Pour Jean Puech (Aveyron, UMP), l'intervention des collectivités s'inscrit dans une logique de développement et d’aménagement du territoire, car la culture tient "un rôle essentiel pour l’attractivité de nos communes et de nos départements ruraux". Cette intervention est volontariste car, comme l’a rappelé Catherine Morin-Desailly (Seine-Maritime, UC-UDF), "les collectivités n’ont aucune compétence obligatoire dans ce domaine". La sénatrice a du reste plaidé pour un "partenariat renouvelé", une "clarification du rôle de l’État" et "une meilleure articulation des différents échelons de collectivité". L’État, a cependant souligné Catherine Tasca (Yvelines, Soc.), "ne peut s’exonérer de sa responsabilité dans le secteur culturel, et la décentralisation ne saurait justifier qu’il se désengage". Jacques Valade (Gironde, UMP), président de la commission des affaires culturelles, a pour sa part appelé à une responsabilisation de l’ensemble des acteurs concernés par la création culturelle. Il a également affirmé qu’"il ne fallait pas que la création et l’emploi culturels soient aujourd’hui victimes du jeu politique dans les régions, qui s’amplifie depuis la nouvelle étape de la décentralisation et ses supposées conséquences budgétaires". Le président de la commission des affaires culturelles a proposé que le Sénat réunisse chaque année les différents acteurs publics afin de procéder à des échanges sur les politiques territoriales de la culture.

-
"Contribution au débat sur la création culturelle en France", rapport de M. Jacques Valade

- "Pour une politique de l’emploi dans le spectacle vivant, le cinéma et l’audiovisuel", rapport au ministre de la Culture

Le chiffre du mois

2000

-

Femmes maires s’apprêtent à se rendre, le 7 mars, au Sénat, à l'invitation de Christian Poncelet, pour fêter le 60e anniversaire du premier vote des femmes, et participer aux États généraux de la démocratie locale et de la parité. Selon une enquête, réalisée par le Sénat auprès des femmes maires et à laquelle près de 1 600 ont répondu, plus du tiers (68 %) n’ont pas d’autre mandat électif et 45 % consacrent "plus de 20 heures par semaine" à leur mandat.

- Le site du carrefour des collectivités locales

-

Mentions légales | | Archives