Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

Discours de M. Jean-Pierre Bel, Président du Sénat, à l'occasion du dîner des prêteurs de l'exposition « Le Cercle de l’Art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre »

Le lundi 17 septembre 2012
(salons de Boffrand)

 

Monsieur le Président de l’Etablissement Public de la Réunion des Musées Nationaux et du Grand Palais des Champs-Elysées [Jean-Paul Cluzel],

Monsieur le Député-Maire du Havre [Edouard Philippe], M. Ruffenacht,

Madame, le Conservateur en chef et Directrice du Musée d'Art moderne André Malraux, [Annette Haudiquet]

Mesdames les Commissaires de l’exposition,

Mme Senn-Foulds,

Mes Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

 

Nous venons de découvrir cette magnifique exposition « Le Cercle de l’Art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre », et je me félicite de la collaboration entre l’Etablissement Public que vous présidez, Jean-Paul Cluzel, et le Musée d’Art moderne André Malraux du Havre. Cette coopération a donné un résultat à la hauteur de la double ambition que nous avons ici au Sénat pour le Musée du Luxembourg.

Nous souhaitons, d’une part, proposer au public des expositions d’excellence, capables de donner un rayonnement national et international au patrimoine mis à notre disposition. Mais nous voulons aussi, puisque le Sénat est le représentant des collectivités territoriales, mettre en valeur, ici au Musée du Luxembourg, les collections parfois trop méconnues des musées de nos régions.

Vous le savez, pour répondre à notre objectif d’excellence, nous avons depuis 2010 délégué la gestion du Musée du Luxembourg à l’Etablissement Public de la Réunion des Musées Nationaux qui partage nos exigences. Et nous avons défini, pour la période 2010-2018, une programmation en lien avec l’histoire du Musée et du Palais du Luxembourg. Le premier thème en était « la Renaissance en Europe » illustré entre autres par l’exposition Cranach que nous avons tous en mémoire.

Aujourd’hui, avec « Le Cercle de l’Art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre », nous abordons le deuxième thème de notre programmation intitulé « Art et pouvoir ».

Mme le Conservateur, vous nous avez rappelé l’origine du Cercle de l’art moderne du Havre. Ce Cercle est né le 29 janvier 1906, de la rencontre entre de jeunes artistes havrais comme Georges Braque ou Raoul Dufy et de quelques grands entrepreneurs, riches négociants et amateurs d’art comme Olivier Senn, Charles-Auguste Marande ou encore Pieter van der Velde.

L’association qu’ils ont créée se fixe alors comme objectif de promouvoir la création contemporaine au Havre, en organisant des expositions, des concerts et des conférences. Forts de leur engagement au service de l’art moderne, des artistes et de la cité, ces collectionneurs ont fait de leur ville un foyer de l’art contemporain. C’est ainsi qu’ils ont accueilli des œuvres dont nous avons vu qu’elles sont pour beaucoup passées à la postérité.

Nombre de ces collectionneurs, ou de leurs descendants, ont consenti d’importants dons ou legs à des musées nationaux ou locaux.

Ainsi le superbe Musée d’Art moderne André Malraux du Havre, idéalement situé en front de mer, abrite, grâce au legs de Charles-Auguste Marande et aux dons inestimables de vous Mme, Mme Hélène Senn‑Foulds, petite-fille d’Olivier Senn, la seconde collection impressionniste de France, après celle du Musée d’Orsay.

Si les collections des autres membres du Cercle ont été dispersées, l’exposition présentée aujourd’hui est une opportunité exceptionnelle de les réunir à nouveau pour les présenter à un large public.

Monsieur le Député-Maire du Havre, Edouard Philippe,

Madame le Conservateur en chef et Directrice du Musée d'Art moderne André Malraux, chère Annette Haudiquet,

Mesdames et Messieurs les prêteurs, publics et privés,

Au nom du Sénat, permettez-moi de vous remercier chaleureusement d’avoir contribué au succès de notre projet.

Je voudrais évoquer enfin, l’autre ambition qui nous anime ici au Sénat, et qui est de contribuer à la mise en valeur des collections conservées dans les musées de nos régions.

C’est l’un des objectifs que nous nous sommes donnés, Monsieur le Président de l’Etablissement Public de la Réunion des Musées Nationaux et du Grand Palais des Champs-Elysées, Cher Jean-Paul Cluzel, en vous déléguant, en 2010, la gestion du Musée du Luxembourg.

L’exposition que nous avons pu visiter ce soir en est une remarquable illustration et elle permettra aux visiteurs Parisiens ou de passage à Paris, de découvrir la richesse des collections du Musée d’Art moderne du Havre.

Mes collègues et moi-même formons le vœu que cette exposition, qui sera ouverte au public du 19 septembre au 6 janvier prochain, rencontre le succès qu’elle mérite et je veux vous dire que, depuis ma visite, je n’ai aucun doute.

Je vous remercie.