Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Intervention de M. Jean-Pierre Bel, Président du Sénat
à la cérémonie de remise des prix de "Tremplin Entreprises"
Lundi 8 octobre 2012 – 18 h 00 - Salons de Boffrand



Monsieur le Directeur Général du groupe Essec, (Pierre Tapie)

Monsieur le Président d’Essec Alumni, (Charles Bouaziz)

Monsieur le Sénateur et Président du Comité de sélection, cher Philippe Adnot,

Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs les Lauréats,

Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir pour moi d’accueillir dans les Salons de Boffrand cette nouvelle édition de Tremplin Entreprises, que le Sénat organise avec l’ESSEC depuis 1999. C’est en quelque sorte la
« soirée de clôture », puisque cette cérémonie marque l’aboutissement d’une opération engagée il y a déjà plusieurs mois, avec la sélection des lauréats.

Je voudrais saluer :

- Tout d’abord mon collègue Philippe Adnot, sénateur et Président du conseil général de l’Aube, qui accompagne Tremplin Entreprises depuis ses débuts, avec un enthousiasme intact. Vous présidez le Comité de sélection, qui regroupe des professionnels du capital risque et de la création d’entreprises. Ce comité est un véritable jury de concours, puisqu’il a dû retenir les trente lauréats, qui sont primés aujourd’hui, parmi 238 candidats. Je sais que vous vous efforcez de ne pas céder aux pressions des jurys des différentes catégories, qui voudraient retenir davantage de lauréats. Cette pression témoigne de la qualité des projets qui sont présentés.

- Je veux également remercier les représentants de l’ESSEC, partenaires du Sénat dans cette opération.
Tremplin Entreprises illustre, si besoin était, l’ouverture d’esprit de cette grande école, qui s’inscrit dans une tradition à la fois humaniste et entrepreneuriale. Une tradition qui se manifeste à travers ses initiatives pour ouvrir ses cursus à tous, mais aussi pour développer l’enseignement et la recherche autour de l’économie sociale, de l’éthique et de la responsabilité sociale de l’entreprise. L’ESSEC marque ainsi sa volonté de former les cadres de demain, au-delà des techniques du marketing ou de la finance, aux grands enjeux de notre société. Je voulais saluer cette ouverture d’esprit dont Tremplin Entreprises est une des multiples facettes.

- Je veux également saluer l’implication et le soutien de tous les partenaires de l’opération. Vous prodiguez, auprès des porteurs de projets, les conseils et les encouragements qui leur permettent de trouver des points d’appui dans leur démarche et d’être accompagnés dans leur parcours.

- Enfin, je me fais votre porte-parole pour adresser d’ores et déjà nos plus chaleureuses félicitations aux lauréats de cette édition 2012.

Tremplin Entreprises permet à des femmes et des hommes de donner un essor déterminant à leurs projets, qui sont aussi des projets de vie, tant la création d’une entreprise est souvent une passion dévorante. C’est là toute l’originalité, et ai-je envie de dire, la valeur particulière de cette manifestation : ce n’est pas seulement une remise de prix, comme ces salons en accueillent régulièrement, et une vitrine du dynamisme de notre économie par la même occasion.

Tremplin Entreprises permet aux lauréats de lever des fonds, mais leur apporte aussi, grâce aux rencontres qui se sont déroulées aujourd’hui, la visibilité, la notoriété et la crédibilité indispensable à leur développement. Les résultats de la précédente promotion montrent que Tremplin Entreprises porte bien son nom puisqu’un tiers des lauréats a levé des fonds et que la plupart ont augmenté de manière importante leurs effectifs.

Je suis donc très heureux que le Sénat contribue à donner une chance à ceux qui, outre le talent, ont la volonté, l’audace et la détermination de se lancer dans cette aventure de la création d’entreprise.

Vous le savez, la France traverse, avec l’ensemble de ses partenaires européens, une période difficile, marquée par l’incertitude et le sentiment diffus d’un déclin inexorable de la « vieille Europe ».

Pourtant, notre pays dispose d’atouts considérables. Celui de sa démographie, d’abord, qui fait de notre pays un des plus jeunes de cette « vieille Europe ».

Cette jeunesse doit être bien formée, et c’est une priorité du Président de la République et du Gouvernement. L’enseignement et la recherche doivent favoriser l’éclosion de projets dans les secteurs d’avenir, qui sont représentés aujourd’hui. C’est la clef de notre croissance future.

Une étude récente montre que les PME innovantes sont plus performantes, plus résistantes et plus compétitives que les autres. C’est –il faut le dire– le fruit des efforts qui ont été engagés depuis une dizaine d’années, avec les pôles de compétitivité, le crédit d’impôt recherche et le grand emprunt, qui a permis de dégager des fonds pour l’innovation et pour l’amorçage. La réorientation des aides en faveur des PME innovantes sera renforcée dans le projet de loi de finances que nous aurons très prochainement à examiner, au Sénat.

Certaines dispositions de ce projet ont suscité une forte émotion parmi les dirigeants de PME ; le ministre de l’économie a annoncé jeudi qu’elles seraient revues en concertation avec eux, afin de trouver un juste équilibre entre la nécessité pour tous de participer à l’effort de redressement, en proportion de leur capacité, et celle de ne pas décourager l’initiative et l'entreprenariat.

Nous devons aussi renforcer l’accompagnement des PME dans leur développement à l’étranger. Nous savons que, particulièrement dans les secteurs de pointe, l’internationalisation devient rapidement une nécessité, car le marché est mondial ; mais nous savons aussi qu’elle impose la mobilisation de moyens importants.

Des initiatives ont été annoncées récemment par la ministre du commerce extérieur pour encourager et faciliter l’exportation des PME. Il s’agit aussi de leur permettre de se développer à l’international depuis la France et donc, d’y trouver les ressources humaines et financières nécessaires.

Nous avons tous en mémoire l’exemple de belles idées françaises qui se sont développées ailleurs, non par choix, mais faute de pouvoir lever des financements en France.

La création de la banque publique d’investissement, dont les contours seront précisés dans les prochains jours par un projet de loi, devrait contribuer à éviter ces situations ; c’est aussi une des vocations de Tremplin Entreprises : près de la moitié des lauréats de 2011 se sont développés à l’international.


Tremplin Entreprises, c’est la rencontre de la nouvelle génération d’entrepreneurs et des investisseurs.

En y apportant son soutien, notre assemblée met en avant le talent, l’audace et l’engagement ; elle œuvre concrètement en faveur du développement des entreprises innovantes, acteurs déterminants pour la vitalité de nos territoires et le dynamisme de notre économie.


Vous êtes au début d’une belle aventure. Je souhaite, avec l’ensemble de mes collègues sénatrices et sénateurs, qu’elle soit couronnée de réussite et vous apporte la juste récompense de vos efforts et de vos talents.  

Je vous remercie.