Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Service des Commissions - Commission des Affaires économiques

Communiqué à la presse du 8 octobre 1997

Quel paysage postal mondial pour la poste française de demain ?

(Communication de M. Gérard LARCHER)


 

Paris, le 8 octobre 1997 

SERVICE DES COMMISSIONS
_________ 
COMMUNIQUÉ À LA PRESSE 

CP- 42 

 
Communication de M. Gérard Larcher
à la Commission des affaires économiques du Sénat :
Quel paysage postal mondial pour la poste française de demain ?
 
Mercredi 8 octobre 1997, M. Gérard Larcher (Vice-Président du Sénat - Yvelines - RPR) a présenté devant la Commission des Affaires économiques du Sénat une communication sur l'avenir de La Poste dans le nouveau paysage postal mondial.

Chargé par la Commission des Affaires économiques et le groupe d'études sur l'avenir de la Poste et des Télécommunications d'un rapport d'information sur " l'avenir de La Poste face à l'évolution technique et aux transformations du paysage postal européen ", M. Gérard Larcher a poursuivi ses investigations depuis dix mois, entendu plus de 400 personnes sur ce dossier, rencontré des postiers sur le terrain, dans cinq départements français, et procédé à plusieurs déplacements à l'étranger, à Bruxelles, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suède et aux États-Unis. Il a tenu -avant de présenter son rapport d'information à la commission, le 21 octobre prochain- à présenter aux sénateurs les enseignements de ces déplacements et à ouvrir le débat en leur faisant part de ses principales préoccupations.

Selon le rapporteur, le paysage postal évolue beaucoup plus vite que ne le perçoivent les Français, et les hommes politiques eux-mêmes. Cette évolution est liée à l'explosion des nouvelles technologies de communication qui se substituent aux moyens traditionnels, ne laissant plus à " la lettre de Mme de Sévigné " qu'une place mineure dans le trafic postal. Elle résulte également de la concurrence de plus en plus vive exercée par des opérateurs très dynamiques, tant privés (notamment les grands intégrateurs internationaux) que publics, notamment celle de la poste néerlandaise, dont M. Gérard Larcher a dénoncé l'action parfois déloyale au travers du repostage, véritable " braconnage ". Enfin, l'évolution de la réglementation européenne ne sera pas sans conséquence, entraînant notamment une réduction du champ du monopole.

Pour M. Gérard Larcher, " les autres postes occidentales anticipent ces évolutions et s'adaptent toutes, plus ou moins rapidement, à la nouvelle donne postale ".

L'analyse de la situation des postes étrangères montre que des tendances lourdes se dessinent en Europe : des évolutions statutaires, une rationalisation des réseaux liée à une nouvelle conception de l'animation du territoire, une stabilisation -parfois une contraction- des effectifs et surtout l'évolution d'un statut de droit public vers un statut mixte intégrant de plus en plus le droit du travail. Au total, selon M. Gérard Larcher, " toutes les postes ont ressenti le besoin d'introduire davantage de souplesse dans leur gestion. "

Dans ce contexte, il a jugé que " La Poste est une belle entreprise qui a des atouts certains, mais souffre de handicaps lourds ". C'est dans le souci d'adapter La Poste aux évolutions du monde pour préserver son avenir, qu'il a, à quinze jours de la présentation de son rapport d'information, lancé quelques pistes de réflexion concernant notamment l'adaptation du réseau postal aux besoins de ses utilisateurs. Le rapporteur a interrogé les sénateurs : " la conception  " immobilière " que nous avons aujourd'hui du réseau permet-elle de rendre le meilleur service à nos concitoyens ? "

Selon M. Jean François-Poncet, président, a souligné que le débat devait dans ce domaine impérativement s'inscrire dans le cadre d'une réflexion globale sur l'aménagement du territoire qui redonnerait espoir au monde rural. "

Soulignant que La Poste joue un rôle social essentiel dans les zones rurales et est un facteur important de réduction de la fracture sociale dans les zones urbaines en difficulté, M. Gérard Larcher a souhaité que l'on donne à La Poste ainsi qu'aux hommes et aux femmes qui y travaillent -car " il n'est de richesses que d'hommes "- les moyens de se battre pour que la poste française reste un acteur postal majeur du XXIe siècle.