Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 15 MARS 2002


Justice : « Philippe MARINI, sénateur Maire de Compiègne, Rapporteur Général de la Commission des Finances, s'insurge contre la politique menée par le ministère de la justice en matière de mise en place d'un fichier génétique »

Alors que la loi, votée il y a près de quatre ans, portant création d'un fichier d'empreintes génétiques n'est toujours pas appliquée, Philippe MARINI attend une nouvelle fois la réponse de Madame LEBRANCHU, garde des sceaux et ministre de la justice à ce sujet.

Sa dernière intervention à ce sujet au Sénat étant restée sans réponse, Philippe MARINI a souhaité insisté à nouveau sur les retards qui s'accumulent dans cette affaire et qui freinent la publication dans un délai acceptable d `un décret d'application issu de cette loi.

Il est inutile de préciser que ces décrets d'application sont très attendus des familles des victimes autant que des associations telles que l'association « Angélique » de Compiègne.

Combien de temps devra-t-on encore attendre pour pouvoir rechercher de manière plus efficace les criminels qui se sont rendus coupables d'actes odieux, notamment à l'encontre des enfants ?

Philippe MARINI insiste sur l'urgente nécessité que représente la mise en place de ce fichier destiné rappelons-le à centraliser les prélèvements de traces génétiques ainsi que les traces et empreintes génétiques des personnes condamnées pour crime et délit sexuel.

Cette méthode qui a déjà fait ses preuves dans d'autres pays comme le Canada, les Pays-Bas ou l'Angleterre permettrait sans nul doute l'identification et l'arrestation des criminel sexuels dans un délai beaucoup plus rapide.