Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en place de nouveaux trains-voitures accompagnés

11e législature

Question écrite n° 32457 de M. Jean-Pierre Cantegrit (Français établis hors de France - UC)

publiée dans le JO Sénat du 12/04/2001 - page 1235

M. Jean-Pierre Cantegrit appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur l'attitude très surprenante et rétrograde de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) dont il a la tutelle. La SNCF a développé il y a quelques années déjà les trains auto-couchettes et les trains-voitures accompagnés qui ont eu un grand succès et qui sont très utilisés par les étrangers visitant notre pays - notamment les Anglais qui font transporter leurs véhicules jusqu'à la Côte d'Azur. Cette idée est donc positive : elle désengorge la circulation en métropole, contribue à notre tourisme, et est rentable pour la SNCF. Il a interrogé à plusieurs reprises le président de la SNCF et ses services pour leur demander quand ils envisageaient de mettre en place des voitures capables de recevoir des véhicules type 4 4 ou monospace qui sont de plus en plus fréquents, comme en est bien informé le ministre de l'équipement, des transports et du logement. Or, malgré des demandes qui remontent maintenant à plusieurs années, rien n'a été fait, et nous sommes toujours dans une attitude frileuse et rétrograde ; la SNCF ne connaissant que les véhicules classiques et ne tenant pas compte de l'évolution du parc automobile. Il lui demande s'il entend inciter fortement le président de la SNCF et ses services pour que soit mis fin à cette situation qui n'est pas conforme à l'évolution du parc automobile actuel en Europe.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 26/07/2001 - page 2472

Le produit auto-train a effectivement réussi à s'attacher une clientèle fidèle, et à être considéré comme un service pertinent, également par son attrait en termes de respect de l'environnement, de sûreté et de désaturation des voies routières. Cependant, de nombreuses évolutions dans les habitudes de transport conduisent la SNCF à réétudier complètement son offre auto-train pour s'adapter à une demande différente. En effet, la clientèle concernée est de plus en plus souvent attirée par un voyage en TGV plutôt que par train de nuit, les destinations préférentielles se modifient et de nouveaux gabarits de véhicules apparaissent. Concernant ce dernier point, la hauteur maximale de 1,63 mètre pour les autos, contraint pour l'instant la SNCF à accepter seulement deux monospaces compacts sur l'auto-train : la Renault Mégane Scénic sans barres de toit (sauf Scénic R x 4, modèle 4 x 4 de la gamme) et la Citroën Xsara Picasso sans barres de toit et sans toit ouvrant en toile. D'autres petits monospaces de marques moins diffusées (Daewoo Rezzo...) sont aussi acceptés mais ils ne représentent que des ventes marginales en France. La réflexion actuellement menée par la SNCF dans le cadre de la rénovation du produit auto-train devrait conduire à la mise en place d'une nouvelle offre intégrant éventuellement le transport de véhicules sur des trains complets, et permettant la compatibilité du matériel roulant avec le gabarit des monospaces compacts, dont la part de marché connaît effectivement une forte croissance.