Allez au contenu, Allez à la navigation

Action en faveur de la formation au secourisme

11e législature

Question orale n° 1105S de M. Roland Courteau (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 01/06/2001 - page 2617

M. Roland Courteau expose à M. le ministre délégué à la santé que, malgré l'augmentation de l'espérance de vie en France, plus de 180 000 personnes meurent toujours chaque année d'une maladie cardiovasculaire, première cause de mortalité dans notre pays. Or, dans le même temps, des pays comme les Etats-Unis ou la Finlande ont fait baisser de moitié le taux de mortalité dû à l'infarctus du myocarde. Selon certaines informations, il semblerait que l'absence d'évolution en France du taux de mortalité serait due, en partie, à l'insuffisance, notamment, d'actions de prévention intense. Ainsi, des expériences menées à l'étranger, à travers des mesures simples, auraient montré leur efficacité et permis de sauver de nombreuses vies humaines. Par ailleurs, il semble démontré que la chaîne de l'urgence qui doit démarrer par l'appel immédiat du 18 (sapeurs-pompiers) ou du 15 (SAMU) doit être absolument renforcée par une intervention efficace du premier témoin... et ce d'autant que la majorité des accidents surviennent dans le cadre familial. En effet, face à une détresse cardiorespiratoire, chaque minute compte. Et s'il est vrai que les services d'intervention d'urgence assurent dans un temps reccord une assistance vitale, il n'en est pas moins vrai que les premières minutes sont fondamentales pour sauver la vie d'une victime dans l'attente de l'utilisation du défibrillateur. Or il semblerait qu'en France le déficit de personnes formées à agir immédiatement et efficacement soit flagrant ; moins 6 % de Français connaissent les gestes à faire. Face à un tel constat, des initiatives ont été prises, notamment par la Fédération française de cardiologie (FFC) incitant les Français à la formation aux " gestes qui sauvent ". Ces initiatives qui ont rencontré un réel succès méritent d'être amplifiées et nécessitent donc le soutien indispensable des pouvoirs publics afin de faciliter l'accès du plus grand nombre à une formation dont la gratuité totale s'impose. C'est pourquoi il lui demande s'il entend oeuvrer, plus particulièrement auprès de la FFC, et sous quelle forme, en faveur de cette mesure de santé publique majeure et si, d'autre part, il entend favoriser le développement dans les écoles, collèges et lycées de l'application d'une directive de l'éducation nationale de 1997 " Education à la santé et à la citoyenneté : apprendre à porter secours ".



Réponse du ministère : Économie solidaire

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2001 - page 4044

M. Roland Courteau. Monsieur le président, je vous adresse à mon tour nos félicitations.
Monsieur le secrétaire d'Etat, je dresserai un premier constat : 180 000 personnes meurent chaque année d'une maladie cardio-vasculaire, première cause de mortalité en France.
Pourtant, selon la Fédération française de cardiologie, il suffirait, pour sauver de nombreuses vies, de prendre un certain nombre de mesures : une meilleure diffusion de l'information sur ces maladies, une éducation sanitaire des jeunes, un renforcement de la lutte contre le tabagisme, l'installation de défibrillateurs dans certains lieux publics - aéroports, gares, stades et salles de spectacle -, enfin, une formation développée aux « gestes qui sauvent ».
Le deuxième constat que je dresserai porte sur le diagnostic de mort subite qui concernerait chaque année quelque 60 000 personnes. Or, nous le savons tous, face à une détresse cardiorespiratoire, chaque minute compte. Dès lors, toujours selon la fédération française de cardiologie, la chaîne d'urgence que doit déclencher l'appel immédiat du 18 ou du 15 gagnerait à être renforcée par une intervention efficace du premier témoin, et ce d'autant que la majorité des accidents surviennent dans le cadre du cercle familial.
Cette intervention du premier témoin dans l'attente des secours passe, bien sûr, obligatoirement par la formation d'une population plus nombreuse « aux gestes qui sauvent », ce qui implique un accès simple aux techniques de base de l'urgence cardiologique.
Or, dans ce domaine, beaucoup reste à faire puisque seulement moins de 6 % des Français connaissent les gestes à accomplir en cas d'urgence. Certaines initiatives ont donc été prises - notamment par la fédération française de cardiologie - pour inciter les Français à suivre cette formation afin que les « gestes qui sauvent » deviennent des gestes citoyens. Ces initiatives, qui ont rencontré un réel succès, méritent d'être amplifiées et nécessitent le soutien des pouvoirs publics pour faciliter l'accès du plus grand nombre à une formation dont la gratuité s'impose.
Sachez enfin que des hommes et des femmes d'expérience estiment que les 180 000 décès déplorés chaque année en France des suites de maladies cardio-vasculaires ne relèvent pas de la fatalité et ne constituent pas davantage une situation figée.
Voilà pourquoi, monsieur le secrétaire d'Etat, je souhaiterais connaître la position du Gouvernement concernant, d'abord, l'intensification d'une politique de prévention, la formation « aux gestes qui sauvent » et, enfin, développer l'application de certaines instructions données par le ministère de l'éducation nationale en 1997, qui préconisent l'enseignement des gestes élémentaires de secourisme dans les écoles et dans les collèges.
M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'Etat.
M. Guy Hascoët, secrétaire d'Etat à l'économie solidaire. Monsieur le sénateur, je tiens tout d'abord à vous prier de bien vouloir excuser M. le ministre délégué à la santé, que je remplace aujourd'hui.
Comme vous l'avez indiqué, les maladies cardio-vasculaires représentent la première cause de mortalité en France, avec près de 180 000 décès par an, dont 25 % affectent des personnes de moins de soixante-quinze ans. On estime le nombre d'infarctus du myocarde annuel à environ 120 000.
L'arrêt cardiaque qui survient hors contexte hospitalier est de pronostic gravissime. Son taux de survie est inférieur à 5 % et l'on estime à environ 40 000 le nombre de décès annuel. Il survient dans 85 % des cas à domicile et, dans 35 % des cas, durant le sommeil.
Afin d'améliorer ce pronostic, différentes mesures ont déjà été prises, telles que l'attribution de nouveaux moyens humains et financiers pour les SAMU, ou services d'aide médicale urgente, la formation accrue des urgentistes, ainsi que l'habilitation, après une formation, de personnes qui ne sont pas médecins à utiliser des défibrillateurs semi-automatiques et la diffusion de ces appareils. Une étude est d'ailleurs actuellement en cours pour déterminer l'intérêt de la mise en place d'un défibrillateur implantable chez des sujets à risque.
Toutefois, au regard des défis de santé publique que représentent les pathologies cardio-vasculaires et la filière de prise en charge, notamment dans l'extrême urgence, c'est dans le cadre d'une démarche globale que le Gouvernement s'inscrit. Un programme de lutte contre les maladies cardio-vasculaires, qui viendra renforcer de manière spécifique le programme national nutrition santé, est en cours d'élaboration avec la fédération française de cardiologie. Il comprendra bien entendu, dans sa partie prévention, des actions relatives à l'apprentissage des « gestes qui sauvent ». Le ministre délégué à la santé présentera ce programme en février prochain.
Je précise cependant que de nombreuses actions sont déjà en cours, en particulier au sein de l'éducation nationale.
Depuis 1997, un programme national s'appuyant sur une brochure pédagogique réalisée par les SAMU et intitulée Apprendre à porter secours est développé par les enseignants au sein de l'école primaire. Son application est très suivie depuis 1998. Il est accompagné d'une affiche - Protocole d'alerte au SAMU en cas d'urgence - qui constitue un aide-mémoire pour effectuer une démarche d'alerte et déterminer la conduite à tenir face à une situation d'urgence.
Par ailleurs, un programme national de formation de formateurs et d'apprentissage des premiers secours est actuellement développé dans les établissements du premier et du second degrés avec l'appui du service de la promotion de la santé en faveur des élèves. Aujourd'hui, vingt-huit académies disposent d'une équipe de formateurs. La formation est sanctionnée par une attestation de formation aux premiers secours délivrée par la préfecture.
Enfin, comme vous l'avez dit, la fédération française de cardiologie propose des formations qui vont dans le même sens, ce dont le Gouvernement se félicite.
M. Roland Courteau. Je demande la parole.
M. le président. La parole est à M. Courteau.
M. Roland Courteau. Il s'agit là effectivement d'un réel sujet de préoccupation, mis en lumière par un sondage fédération française de cardiologie-IFOP : un Français sur deux se sent concerné par les maladies cardio-vasculaires, mais 62 % des personnes de moins de trente-cinq ans s'estiment insuffisamment informées ; en outre, 81 % des personnes interrogées - ce chiffre est révélateur - se déclarent prêtes à suivre une formation sur les gestes d'urgence.
Je suis convaincu dès lors que le contexte est aujourd'hui propice à une action accrue en vue de combattre ce fléau, action au niveau tant de la prévention que de la formation aux gestes qui sauvent.