Allez au contenu, Allez à la navigation

Difficultés des maisons familiales et rurales

11e législature

Question écrite n° 37180 de M. Fernand Demilly (Somme - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 13/12/2001 - page 3892

M. Fernand Demilly attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur les difficultés que rencontrent les maisons familiales et rurales. Les maisons familiales et rurales ont la particularité d'être les seules à assumer la rémunération de leur personnel enseignant. L'aide de l'Etat prévue à l'article 5 de la loi de 1984 (n° 84-1285 du 31 décembre 1984), réglée par décret, permet la revalorisation de l'équivalent " coût du poste enseignant ". A ce jour ce décret n'a toujours pas été signé et met ainsi l'équilibre des associations en péril. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si ce décret est susceptible d'être signé très prochainement.



Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 11/04/2002 - page 1042

Les représentants des fédérations gestionnaires de ces établissements, notamment le Conseil national de l'enseignement agricole privé, affirment que la loi du 31 décembre 1984 n'est pas respectée car l'Etat ne fait pas face à ses engagements. Le ministre de l'agriculture et de la pêche réaffirme, comme il l'a à de nombreuses reprises fait au Parlement, que la loi est appliquée. En effet, il est vrai que la ligne budgétaire correspondant à la rémunération des personnels n'a pas été abondée en loi de finances 2001 lors de la création des 320 postes. Mais comme il s'y était engagé, ces dépenses ont été couvertes par redéploiement de crédits en 2001 au sein du chapitre 43-22. II en sera de même pour l'année 2002 car les crédits budgétaires sont votés par chapitre et non par article. En ce qui concerne l'allocation de cessation anticipée d'activité, le ministère de l'agriculture a établi le décret d'application qui est passé au Conseil national de l'enseignement agricole de juillet 2001 et qui a été transmis par la suite au ministère des finances et au ministère des affaires sociales. En attente de leur assentiment sur ce texte, aucun crédit n'a été provisionné mais, dès sa parution, le ministère de l'agriculture et de la pêche fera face à ses engagements. Concernant le reclassement des enseignants contractuels de troisième catégorie, la direction générale de l'enseignement et de la recherche a pour résoudre ce problème mis sur pied des groupes de travail visant à rénover et à modifier les concours d'accès à la fonction d'enseignant. Ainsi le décret de juin 1989 fixant les pourcentages de places réservées aux candidats internes et donc aux contractuels de troisième catégorie a été modifié, ce sera 70 % et non plus 40 % des places qui leurs seront offertes, ce qui permettra à un plus grand nombre d'enseignants de troisième catégorie d'accéder à la deuxième ou quatrième catégorie.