Allez au contenu, Allez à la navigation

Schéma directeur de reconfiguration du réseau culturel français à l'étranger

12e législature

Question écrite n° 15834 de M. Alain Fouché (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 03/02/2005 - page 252

M. Alain Fouché attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la nécessité de mettre en place un schéma directeur de reconfiguration du réseau culturel français à l'étranger. Un tel schéma permettrait en particulier de supprimer définitivement les redondances qui peuvent exister entre les différentes structures, dans certains pays ; le cas de Madrid où l'Alliance française se trouve à deux stations de métro du centre culturel en est un exemple. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer s'il envisage, et dans quel délai, d'oeuvrer à la mise en place de ce schéma qui, pour être efficace, devra couvrir l'ensemble des régions du monde, concerner la totalité des acteurs du réseau et proposer un redéploiement en fonction des priorités de notre action culturelle.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 14/04/2005 - page 1050

Le réseau des établissements culturels français dans le monde est composé des centres et instituts dotés de l'autonomie financière (EAF), placés sous la tutelle du ministère des affaires étrangères, mais qui ne disposent pas de la personnalité juridique, et des Alliances françaises, associations de droit local. L'histoire ancienne et complexe de ce réseau, ainsi que le caractère autonome de sa composante associative, expliquent, en partie, qu'au fil des ans, des redondances ou situations de concurrence se sont créées et, pour certaines, perdurent encore aujourd'hui. Le ministère des affaires étrangères a entrepris depuis plusieurs années de résorber ces doublons et de rationaliser les implantations du réseau culturel et de coopération, en procédant, partout où c'est possible, à des regroupements entre établissements à autonomie financière et Alliances françaises, avec l'accord et la collaboration de ces dernières. Ailleurs, c'est en redéfinissant leur rôle réciproque qu'une répartition de leurs missions a pu être effectuée. Ce mouvement de reconfiguration s'est accéléré en 2004 et 2005, avec la fermeture ou le regroupement d'un nombre non négligeable d'implantations, en Allemagne notamment, mais aussi ailleurs en Europe et en Afrique (Zagreb avec transfert à l'Alliance française, Dakar avec fusion du CCF et de l'Alliance française au sein d'un institut culturel et linguistique, Nairobi, au profit de l'Alliance française). Ce mouvement se poursuivra dans les années à venir, et tiendra compte des conditions locales et de la redéfinition des missions du dispositif culturel. Un chantier de la stratégie ministérielle de réforme porte précisément sur la reconfiguration du réseau des établissements culturels dans le périmètre « Union européenne à quinze ». Ce chantier doit aboutir dès cette année à des propositions concrètes parmi lesquelles la disparition des redondances constatées à Madrid sera un aspect important du réaménagement envisagé.