Allez au contenu, Allez à la navigation

Plan de lutte contre la grippe aviaire : mesures préventives en faveur des Français expatriés

12 ème législature

Question écrite n° 19840 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 13/10/2005 - page 2592

Mme Joëlle Garriaud-Maylam attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur les risques que fait courir en Asie du Sud-Est le développement de la grippe aviaire, le virus H5N1 ayant contaminé jusqu'à présent 112 personnes, dont au moins 65 sont décédées principalement au Vietnam et en Thaïlande. Suivant les recommandations de l'OMS, un plan gouvernemental de lutte contre la pandémie grippale avait été annoncé par le ministre de la santé en octobre 2004 applicable en cas de survenue de la pandémie. Et en conseil des ministres du 31 août dernier, un renforcement des mesures de prévention était rendu public prévoyant un approvisionnement de centaines de millions de doses d'antiviraux et de 200 millions de masques de protection pour la fin 2005. Après l'annonce le 27 septembre par les autorités indonésiennes de la mort d'une petite fille de 5 ans et d'une jeune femme de 27 ans des suites de la grippe aviaire, les plus hautes autorités sanitaires redoutent une expansion de la pandémie, même si les scientifiques considèrent à ce jour que la maladie n'est pas transmissible d'un homme à un autre. La découverte ces jours-ci de volatiles qui auraient été contaminées en Roumanie et en Turquie fait monter encore d'un cran l'inquiétude légitime des populations. Elle lui demande donc quelles mesures préventives et sanitaires ont été prises en direction des Français résidant dans ces zones, très exposées, et plus généralement de nos compatriotes expatriés.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 30/03/2006 - page 914

Dans le cadre du plan national de lutte contre la grippe aviaire, le ministère des affaires étrangères a mis en place un dispositif de protection en faveur des Français de l'étranger. 1. Dotation de la communauté française en anti-viraux et en masques : pour faire suite à l'engagement du Gouvernement d'offrir aux Français de l'étranger un niveau de protection équivalent à celui de la France, il a été décidé, conjointement avec le ministère de la santé, l'approvisionnement des ambassades et consulats en Tamiflu, en masques de protection FFP2 et en masques anti-projections (masques chirurgicaux). La situation est la suivante : tous nos postes devraient être livrés en traitements Tamiflu adulte d'ici avril. Tous nos postes seront livrés en traitements Tamiflu pédiatrique (stocks limités) d'ici avril, à l'exception des Amériques, de l'UE et d'une partie de l'Afrique, pour laquelle des délais supplémentaires sont nécessaires. Tous nos postes devraient être livrés en masques FFP2 d'ici avril. Quant aux masques chirurgicaux, une commande a été passée. 2. Information de la communauté française : l'information à destination de la communauté française est une des priorités du ministère. Aussi veille-t-il à une actualisation régulière du site Internet « conseils aux voyageurs » ; une fiche spécifique consacrée à la grippe aviaire sur le site « France diplomatie » est, elle aussi, mise à jour ; des « fiches réflexes » sont éditées sur Diplonet, avec des liens vers les sites extérieurs au ministère (santé, INVS, OMS). 3. Mise en place d'un « réseau grippe aviaire ». Un « réseau grippe aviaire » a été mis en place dans tous nos postes à l'étranger. Chacun d'entre eux a nommé un médecin référent (conseiller médical grippe aviaire), et un correspondant grippe aviaire, qui constituent la base d'une cellule de crise en cas d'apparition d'une transmission interhumaine. Le « conseiller médical grippe aviaire » assure le conseil médical des chefs de poste et de la communauté française, le contact avec les autorités médicales françaises et locales et supervise l'administration des traitements anti-viraux. Le « correspondant grippe aviaire » est chargé des relations avec les autorités locales et de l'information des agents du poste. Enfin, le chef de poste réunit aussi souvent que nécessaire le comité de sécurité auquel sont associés tous les représentants de la communauté française. En fonction de l'évolution des situations, le ministère des affaires étrangères, en liaison avec le ministère de la santé, pourra mettre en place, si nécessaire, un « réseau régional » de veille sanitaire.