Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des petites communes rurales exclues du dispositif de la DDR

12e législature

Question écrite n° 20086 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 27/10/2005 - page 2763

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, sur le problème que rencontrent les petites communes rurales qui n'appartiennent pas à un EPCI. Elles sont exclues de ce fait du dispositif de la dotation de développement rural (DDR). Il souhaiterait qu'il lui indique les solutions envisageables pour que ces communes ne soient pas injustement pénalisées.



Réponse du Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 01/06/2006 - page 1532

La dotation de développement rural (DDR) a pour objet, depuis sa création par la loi n° 92-125 du 6 février 1992 relative à l'administration territoriale de la République, de favoriser le développement et la solidarité en milieu rural. Alors que, depuis sa création, la DDR bénéficiait tant aux groupements de communes qu'aux communes rurales, la loi n° 99-586 du 12 juillet 1999, relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, a réservé cette dotation aux seuls établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. Les progrès de l'intercommunalité en zone rurale ont plaidé en effet pour que les sommes attribuées au titre de la DDR transitent exclusivement par les groupements, dont l'éligibilité est facilitée dès lors qu'ils ont une fiscalité propre. Cette solution répondait également aux critiques de saupoudrage adressées à la DDR, qui est en outre un élément incitatif de l'intercommunalité en zone rurale. L'article L. 2334-40 du code général des collectivités territoriales pris en application de l'article 108 de la loi 12 juillet 1999 dispose ainsi que seuls les groupements de communes à fiscalité propre, exerçant une compétence en matière d'aménagement de l'espace et de développement économique et répondant à certaines conditions démographiques peuvent, en métropole et dans les départements d'outre-mer, bénéficier de la DDR. Il en résulte que les syndicats intercommunaux et les syndicats mixtes qui n'ont pas de fiscalité propre ne peuvent pas, à l'heure actuelle, bénéficier de la DDR même si les projets présentés par ces structures intercommunales sont susceptibles de répondre aux conditions d'éligibilité à cette dotation. Cependant, un amendement au projet de loi de finances pour 2006 prévoit l'élargissement de l'éligibilité à la DDR aux syndicats mixtes composés uniquement d'EPCI à fiscalité propre, eux-mêmes éligibles à la DDR. Par ailleurs, la loi de finances pour 2006 prévoit dans son article 140 la création d'une seconde part au sein de la DDR, réservée aux projets destinés à maintenir et à développer les services publics en milieu rural. Cette seconde part bénéficie tant aux EPCI à fiscalité propre éligibles à la première part de la DDR qu'aux communes éligibles à la seconde fraction de la dotation de solidarité rurale. Dans ce cadre, les communes rurales peuvent, dès lors qu'elles remplissent les conditions d'éligibilité, bénéficier de la DDR. Il n'est pas envisagé actuellement d'autres élargissements de l'éligibilité à la DDR, qui constitue un instrument privilégié de soutien aux intercommunalités à fiscalité propre en milieu rural, étant rappelé que les communes bénéficient de l'essentiel des subventions allouées au titre de la dotation globale d'équipement (DGE)